#13 – Le coin des mangavores !

#13 – Le coin des mangavores !

Comme il me faudrait des journées de 45 heures pour pouvoir lire et critiquer toutes les sorties manga que nous proposent les différents éditeurs français et comme tout le monde le sait, nos journées ne font que 24 heures, j’ai décidé d’inaugurer ici, une nouvelle rubrique compilant plusieurs reviews. Ce coin des mangavores vous permettra d’avoir une vue d’ensemble sur les dernières sorties parues et de ne rien louper de vos titres préférés. C’est parti, suivez le guide !

 

Dragon Ball Landmark

S’il est un filon inépuisable, c’est bien Dragon Ball et l’éditeur Glénat le sait ! En parallèle de la publication de Dragon Ball Super, voilà qu’il nous sort de derrière les fagots, un nouveau petit guide officiel ou « data book » comme certains l’appellent. Ce guide couvre absolument tout ce que vous devez ou voulez savoir sur l’œuvre culte d’Akira Toriyama, de l’enfance de Goku à l’arc Freezer. Si vous souhaitez obtenir des infos sur Cell ou Buu, il faudra éventuellement attendre un second Landmark, si tant est qu’il y en ait un. Ce guide est avant tout pour les fans de la première heure, à l’époque où Goku parcourait le monde à la recherche des boules de cristal, en compagnie de Bulma, Krilin et Yamcha. Des fameuses Dragon Ball au Tenkaichi Budokai, le mythique tournois d’arts-martiaux en passant par la cartographie de The World (le monde de Dragon Ball) ou encore les différents ennemis, après vous être plongés dans Dragon Ball Landmark, vous serez absolument incollables sur le titre de Toriyama. Pour l’occasion, Glénat nous propose une édition de très bonne qualité, au même format que l’édition Perfect ; ultra-complet, blindés d’illustrations, dont notamment une magnifique galerie en couleur ainsi que tout un tas d’informations, bref une petite mine d’or à portée de main. En prime, le cinquième et dernier chapitre de l’ouvrage met à l’honneur les héritiers de maître Toriyama avec pour l’occasion des dessins de chacun des mangakas sur l’univers Dragon Ball. Eiichiro Oda, Masashi Kishimoto, Yoshio Sawai, Tite Kubo ou encore, Yusuke Murata, la fine fleur du shōnen est présente pour célébrer ce titre fondateur. C’est cadeau ! Bref, n’hésitez plus !

Dragon Ball Landmark
De Akira Toriyama
Édité par Glénat

 

Dead Dead Demon’s Dededededestruction (T.04 & 05)

Je n’ai plus de mot pour dire combien j’aime cette série d’Inio Asano ! Derrière ce titre improbable se cache très certainement le récit le plus singulier et atypique qu’il nous ait été donné de lire depuis longtemps. Voilà maintenant quelques années que le vaisseau-mère d’une race extraterrestre recouvre la ville de Tokyo. L’arrivée de ces visiteurs complètement inoffensifs a non seulement boosté la politique d’armement du pays, mais en plus elle a considérablement divisé le pays entre les partisans de leur éradication pure et simple et les défenseurs de cette nouvelle forme de vie. Dans un Japon en pleine fracture sociale mais qui n’a jamais autant pesé sur la scène internationale, on suit la vie d’étudiante de Kadode et Ôran, deux jeunes filles un peu dans leur bulle et adeptes de jeux vidéo. Nous sommes spectateurs de leurs déambulations, accompagnées de leur groupe d’amies, dans un monde au bord de la rupture, dans une société sans repère. Dans ces deux derniers tomes sortis, la tension monte d’un cran et l’auteur décide de nous en dire un peu plus. Je me garderai bien de vous dévoiler quoi que ce soit, cependant, on en sait plus sur ceux que l’on appelle les envahisseurs. Jusqu’ici, ils étaient omniprésents, à travers l’énorme vaisseau qui plane constamment sur la ville mais on ne savait presque rien d’eux. Voici donc deux tomes riches en informations qui affinent les contours d’une histoire à tiroirs parfaitement insaisissable. Avec un véritable savoir-faire, Asano mêle récit socio-politique, science-fiction et tranche de vie, le tout enveloppé dans une forme de désinvolture sur fond de fin du monde. Entre clairvoyance et naïveté, le personnage de Ôran a quelque chose de gentiment punk et contestataire et elle l’exprime à travers une imagination débridée. De son côté, Kadode semble un peu plus pragmatique, essayant de trouver un semblant de stabilité auprès de son ancien prof dont elle est amoureuse. Ces tomes sont également l’occasion de faire la connaissance d’autres personnages comme Futaba, jeune provinciale fraîchement arrivée à Tokyo mais surtout Ôba, un extraterrestre qui a pris possession d’un corps humain. L’apport de nouveaux protagonistes multiplie les points de vue et permet de confronter les idées, pour une expérience d’autant plus riche. Ce qui frappe dans le titre de Asano, c’est sa maîtrise du tempo, ses changements de ton, passant d’une séquence de papotage entre copines à une violente scène d’extermination d’extraterrestres, des plus graphiques. Autre gros point fort de l’auteur, le dessin ! D’une grande sensibilité, son trait sait se faire extrêmement précis et minutieux. Il nous balance ci et là des doubles pages hallucinantes, démontrant toute sa maestria. Bref, Dead Dead Demon’s Dededededestruction ne ressemble à rien d’autre et c’est pour ça qu’on l’aime. Absolument géniale !!!

Dead Dead Demon’s Dededededestruction (T.04 & 05)
D’Inio Asano
Édité par Kana

 

Mushoku Tensei (T.03)

Voilà maintenant dix ans qu’un loser anonyme et sans avenir, s’est réincarné dans le corps du jeune Rudeus. Finies les sinistres heures de solitude devant son écran d’ordinateur, finie cette vie morose et sans perspective… Désormais, il évolue dans un monde de magie, dans le corps d’un jeune garçon, bien conscient de ce qui lui arrive et ayant conservé tous les souvenirs de sa précédente vie. Les deux premiers tomes plutôt réussi, jouaient sur le décalage des situations. Bien que le délire autour de l’esprit et de la personnalité d’un otaku trentenaire se réincarnant dans la peau d’un nouveau-né soit l’élément déclencheur et moteur de l’histoire, Yuka Fujikawa ne se focalise pas uniquement là-dessus. Au fil des tomes, elle développe son univers, laissant tranquillement son personnage principal mais également les lecteurs découvrir ce nouvel environnement. En nous mettant au même niveau que Rudeus, l’auteur amplifie l’immersion dans ce monde imaginaire. Ici, c’est avant tout sa relation avec Eris Boreas, jeune fille de bonne famille, qui est au centre de l’attention. La mangaka ne se sent pas obligée de développer des intrigues artificielles dans lesquelles le jeune héros doit faire preuve de courage et montrer sa bravoure. Pas plus qu’elle n’a besoin d’inventer un ennemi à combattre… Non, pour le moment, elle se contente de regarder son personnage grandir, mûrir et apprendre. Pour le moment… Car il n’est pas dit que les choses ne se corsent pas par la suite, compte-tenu de la fin du tome. Si les tomes 1 et 2 ne cherchaient pas vraiment à maintenir un quelconque suspens, celui-ci se termine sur un cliffhanger aussi intéressant qu’inattendu et qui pourrait bien donner au titre une toute autre voie. Quoi qu’il en soit, avec Mushoku Tensei, l’éditeur Doki-Doki a mis la main sur un petit titre très sympathique. Une bonne surprise, quoi…

Mushoku Tensei (T.03)
De Yuka Fujikawa
Édité par Doki-Doki

Partager