#20 – Le coin des mangavores!

#20 – Le coin des mangavores!

Comme nos journées ne font que 24 heures et qu’il m’en faudrait 45 pour pouvoir lire et critiquer toutes les sorties manga que nous proposent les différents éditeurs français, ce coin des mangavores vous permettra d’avoir une vue d’ensemble sur les dernières sorties parues et de ne rien louper de vos titres préférés. C’est parti, suivez le guide !

 

Dead Dead Demon’s Dededede Destruction (T.6)

La tension monte entre pro et anti-envahisseurs… De son côté, la société S.E.S. gagne du terrain et étend sa zone d’influence grâce à l’intelligence artificielle Plankton. En effet, cette technologie dernier cri commence à intégrer toutes les infrastructures de la ville au détriment des libertés individuelles et ce n’est pas le gouvernement japonais, qui n’a plus les cartes en main, qui pourra y faire quoi que ce soit. Alors que le temps semble désormais compté et que Tokyo est plus que jamais menacé, Kadode, Ôran et leurs amies tentent d’aller de l’avant tout en donnant un sens à leur vie. Inio Asano poursuit son exploration d’un monde en pleine mutation. Avec un regard affûté sur notre époque et notre civilisation, il dresse un portrait d’une incroyable modernité de notre société. Le manque de repères, le repli sur soi, l’hégémonie de certains industriels et l’impuissance des gouvernements, à tous les niveaux, Dead Dead Demon’s Dededede Destruction nous tend un miroir et trouve un écho troublant dans notre vie contemporaine. Alliant poésie, violence et questionnements éthiques et existentiels, le seinen d’Asano est en tout point une pure réussite. Sur le fond comme sur la forme, ce titre nous ébranle et nous donne à réfléchir. Ce sixième tome, pour la première fois, se place du point de vue des extra-terrestres et leur donne une voix, notamment à travers le personnage d’Ôba qui se retrouve dans le corps d’un humain. C’est l’occasion pour lui d’appréhender ce monde inconnu et de ne pas subir les violences dont sont victimes ses congénères. Bref, c’est toujours aussi saisissant et maîtrisé et chaque tome tend à confirmer la chose. Kana tient ici une véritable pépite !!!

Dead Dead Demon’s Dededede Destruction (T.6)

De Inio Asano

Édité par Kana

 

Shônan Seven (T.7)

Shônan Seven, Round 7! Eh oui, voilà déjà sept tomes que nous assistons à ce navrant concours de qui a la plus grosse…?! Sept tomes d’un spectacle vulgaire et parfaitement stupide dans lequel des lycéens se mettent sur la gueule pour… pour… pour rien ! Enfin si, pour s’affirmer comme l’alpha mâle, pour montrer qui a les plus gros biceps et le plus petit cerveau. Nous voilà donc dans la phase finale de ce sous Fight Club, opposant les plus badass des lycéens. Mais avant cela, Ikki compte bien obtenir la récompense tant attendue que lui avait promis la belle Madoka en cas de qualification. C’est que ça le démange à Ikki, il a les hormones en feu. Du coup, il organise une petite après-midi au zoo, puis à la fête foraine avec pour but de terminer en apothéose. Mais il n’est pas seul sur le coup et voilà que ses moindres faits et gestes sont épiés par Shô et Ryôma, d’anciens participants au Shônan Seven. L’occasion pour les auteurs Tôru Fujisawa et Shinsuke Takahashi de nous offrir une scène d’une invraisemblable stupidité dans laquelle Shô et Ryôma, déguisés en bulot et en sardine (ne cherchez pas à comprendre…) se retrouvent à affronter un ours polaire dans son enclos et finissent par le défoncer à grands coups de high-kick… Cette séquence improbable est symptomatique de la vacuité scénaristique dont souffre le titre. Même lors des scènes sans baston, il y a de la baston, quitte à se mettre sur la tronche avec un animal et tant qu’à faire, avec un ours. Décidément, rien ne sauvera le seinen de l’éditeur Kurokawa du naufrage. Navrant !

Shônan Seven (T.7)

De Tôru Fujisawa et Shinsuke Takahashi

Édité par Kurokawa

 

Fire Force (T.5)

Retour sur le passé et la formation de la huitième Brigade de la Fire Force, dans ce nouveau tome. Shinra vient d’apprendre de la part de l’énigmatique Joker que son frère est vivant et l’un des leaders de la secte du Grand Prédicateur à l’origine des torches humaines. Avec son équipe, ils vont aller se frotter à la septième Brigade dans le quartier de Asakusa afin de trouver plus d’indices. Sur place, ils font la connaissance de Shinmon Benimaru, capitaine et membre le plus puissant des Fire Force mais celui-ci n’est pas très conciliant et ne semble pas disposé à les aider. Ce tome est donc l’occasion de nous faire découvrir une nouvelle brigade et quelques-uns de ses membres tout en revenant sur les origines de la huitième. Comme depuis le début, Fire Force se lit avec plaisir, empruntant la route assez balisée du shônen, mais ne parvient pas à complètement nous enthousiasmer. La faute à un léger manque de prise de risque. Bien que son univers, tendance Steampunk sur de super-brigades de pompiers soit assez original et bien géré, Fire Force conserve une structure très classique qui nous donne une impression de déjà-vu. Oui, les scènes de fight sont assez canons avec des idées de chorégraphies très cool et dans l’ensemble, on passe un bon moment, mais on ne peut s’empêcher de se dire qu’il manque quelque chose, un je-ne-sais-quoi qui permettrait au titre de complètement décoller. Atsushi Ohkubo saura-t-il trouver la formule…?

Fire Force (T.5)

De Atsushi Ohkubo

Édité par Kana

Partager