20 moments terrifiants de télé, épisode 5 (The Outer Limits, X-Files, Buffy, Dexter)

20 moments terrifiants de télé, épisode 5 (The Outer Limits, X-Files, Buffy, Dexter)

Pour fêter Halloween, la rédaction séries du Daily Mars vous propose un revival de son dossier « 100 moments de télé » avec un angle particulier : l’horreur (oui, en même temps, c’est Halloween, vous vous en doutiez). Pour ce dernier numéro, on va parler de The Outer Limits 1995 (6/10 sur l’échelle du Spoiler), X-Files (4/10), Buffy (4/10) et Dexter (10/10).

 

17. Nanos les petits robots

Par Dominique Montay

La série : The Outer Limits (1995)

L’année : 1995

L’épisode : 1×17 – The New Breed

L’une des peurs profondes de Nicolas Robert venait de la série d’origine de The Outer Limits. Un épisode avec David McCallum qui parlait d’évolution non contrôlée et de mutations atroces.

Ici on troque un excellent acteur britannique pour un excellent acteur canadien. C’est Peter Outerbridge qui joue le rôle du médecin-cobaye. Il a créé des nanobots capables de repérer toutes les anomalies du corps humain et de les traiter.

Au début, tout va pour le mieux, il se soigne, devient un athlète hors pair, voit mieux, a des branchies… attendez… oui, donc il a des branchies. Le problème avec les nanobots, c’est qu’ils ne se contentent pas de cibler ce qui ne va pas, mais ils inventorient aussi ce qu’il manque.

Les derniers instants du docteur Andy Groenig sont absolument atroces. Il a des yeux derrière la tête, des os au-dessus de son ventre et des tentacules empoisonnées sur la peau. Cette vision d’horreur a eu raison de la bravoure de mes 17 ans.

 

18. Sous Terre

Par Dominique Montay

La série : X-Files

L’année : 1999

L’épisode : 6×21 – Field Trip

Mulder et Scully sont gazés par un champignon hallucinogène qui les mets dans un état de rêve constant pendant qu’un petit salopard de monstre les digère tranquillou sous terre.

C’est loin d’être l’épisode qu’on ressort traditionnellement quand on associe pétoche et X-Files, et pourtant, il a fonctionné sur moi. Au-delà de la simple peur instantanée, il m’a considérablement mis mal à l’aise, surtout dans ses dernières minutes.

Pour expliquer, on y enchaîne les moments où on pense que Mulder et Scully s’en sont sortis, mais en fait à chaque fois ils prennent conscience qu’ils évoluent toujours dans l’hallucination. Ce qui dérange le plus dans cet enchaînement de scènes, c’est l’impression d’évoluer dans un univers cotonneux, renforcé par la musique lente et atmosphérique de Mark Snow.

Fait pas si commun, si au final Mulder et Scully s’en sortent, c’est par l’intervention d’un personnage extérieur, ici Skinner, qui les extraits de leur « prison » en les sortant de terre.

19. Personne ne vous entend crier

Par Marine Pérot

La série : Buffy contre les vampires

L’année : 1999

L’épisode : 4×10 – Hush

« Hush » est sans conteste l’un des plus effrayants et des meilleurs épisodes de Buffy. Il est d’ailleurs le seul épisode de la série à avoir été nommé pour le Emmy du meilleur scénario.

Sur 44 minutes d’épisode, 27 ne comportent aucun dialogue. Un beau matin, toute la ville de Sunnydale se réveille muette car un groupe de créatures appelées “The Gentlemen” a volé leurs voix pendant la nuit, afin de pouvoir tranquillement éventrer les gens sans que leur victime ne puisse hurler à la mort. Charmant, n’est-ce pas ?

Au milieu de l’épisode intervient donc cette séquence pendant laquelle les Gentlemen se glissent chez les gens pour leur arracher silencieusement le cœur. Tout est terrifiant dans cette scène : la musique, les monstres en camisole de force qui accompagnent les Gentlemen, les Gentlemen eux-même et leur atroce sourire, et bien-sur le fait que quand vous êtes muets, personne ne vous entend crier.

Rien que d’y penser j’en ai encore des frissons, cette scène est d’une horreur sans nom.

 

[ATTENTION, SCROLLEZ PLUS BAS A VOS RISQUES ET PERILS SI VOUS N’AVEZ PAS VU LE FINAL DE LA SAISON 4 DE DEXTER, MEME L’ILLUSTRATION EST UN SPOIL]
20. Un enfant, une baignoire

Par Dominique Montay

La série : Dexter

L’année : 2009

L’épisode : 4×12 – The Getaway

On l’a déjà dit mille fois ici (et ailleurs), la série Dexter aurait dû connaître son épilogue au terme de cette saison 4. La boucle était bouclée, tout était parfait, et intervenait après une saison globalement maîtrisée (l’impression inverse totale de la saison 8, donc).

Que se passe-t-il de si fort pour que tout ait pu se terminer là ? Si vous lisez ces mots, vous serez gravement spoilés sur le contenu. On l’a déjà dit dans le cadre d’ouverture, mais on le répète. Dexter vient de se débarrasser de Trinity, le dernier serial killer qui lui a servi d’opposant. Les derniers mots de Trinity « c’est déjà trop tard ». Mais trop tard pour quoi ?

Sans le savoir, Dexter, en gardant en vie le tueur pour apprendre de lui, a mit sa famille en danger. Et ce final vient le rappeler le plus cruellement possible. Dexter Morgan avait été retrouvé dans un container, entouré d’une mare de sang, celui de sa mère. L’expérience l’avait transformé et certainement servi de base à sa condition de serial killer.

Quand Dexter, après avoir expédié le corps de Trinity dans la baie, revient chez lui, c’est cette même image qui vient le hanter en entrant dans sa salle de bains. Celle d’un enfant, le sien cette fois-ci, entouré d’une mare de sang, celui de Rita, sa femme. Une fin cruelle qui laissera tous les téléspectateurs de la série bouche bée. Une vraie et mémorable fin.

Partager