#3 – Le coin des mangavores !

#3 – Le coin des mangavores !

Comme il me faudrait des journées de 45 heures pour pouvoir lire et critiquer toutes les sorties manga que nous proposent les différents éditeurs français et comme tout le monde le sait, nos journées ne font que 24 heures, j’ai décidé d’inaugurer ici, une nouvelle rubrique compilant plusieurs reviews. Ce coin des mangavores vous permettra d’avoir une vue d’ensemble sur les dernières sorties parues et de ne rien louper de vos titres préférés. C’est parti, suivez le guide !

 

Nuisible (T. 2)

nuisible-2-kanaLe récit horrifique de l’éditeur Kana se poursuit dans ce second tome sombre et inquiétant. Kikoku Munakata n’est définitivement pas une fille comme les autres ! Après avoir jeté son dévolu sur Ryôichi, un jeune lycéen sans histoire, voilà qu’elle le séquestre dans sa propre maison. Pendant ce temps-là, l’arrivée d’un homme mystérieux nous en apprend plus sur les origines et la nature de Kikoku. Les auteurs Masaya Hokazono et Yu Satomi nous proposent donc un récit à base d’expérimentations scientifiques, de phéromones, de substances biologiques et d’insectes. Si dans ses grandes largeurs, Nuisible ne brille pas par son originalité, c’est dans les petits détails qu’il parvient à tirer son épingle du jeu. Dans la tradition des grands maîtres du genre, tel Junji Itō, les deux mangakas distillent une ambiance étrange et ce dès la couverture avec ce visage inexpressif sur lequel se baladent de charmantes petites abeilles. Au dessin, Yu Satomi fait preuve d’une vraie sensibilité et laisse s’exprimer toute sa fragilité grâce à un trait aussi léger que fin. La clarté des lignes permet de voir le moindre coup de crayon pour un rendu qui, s’il rappelle le shôjo, n’en reste pas moins du seinen. Avec ce second tome, Nuisible continue de distiller son poison, lentement mais sûrement. Reste à voir comment cela se conclura dans le troisième et dernier tome.

Nuisible (T. 2)
De Masaya Hokazono et Yu Satomi
Édité par Kana

 

The Rising of the Shield Hero (T. 6)

The-rising-of-the-shield-heroQui l’eut cru ?! Alors qu’à ses débuts, The Rising of the Shield Hero avait tout du produit marketing sans une once d’originalité, voilà qu’après six tomes, le titre semble avoir opéré sa mue. Le concept du mec lambda qui se retrouve malgré lui balancé dans un univers alternatif en mode RPG, on le connaît par cœur. Là où la série d’Aiya Kyu parvient à se démarquer, c’est dans le contre-pied qu’elle prend vis-à-vis de son héros. Piégé, accusé injustement, conspué et poursuivi, le pauvre Naofumi se retrouve acculé de toutes parts, voué à être un héros maudit. Ici, l’auteure met l’accent sur le personnage de Raphtalia qui doit faire face au seigneur sadique qui, par le passé, l’avait fait esclave et l’avait torturé. The Rising of the Shield Hero n’est finalement pas le titre lisse et sans saveur qu’il paraît être et s’avère plus riche que ce qu’on pouvait penser. Le petit bémol concerne plus le dessin qui, s’il n’est pas mauvais, est un peu fade. On aurait aimé une approche graphique plus poussée afin que ce petit titre d’Heroic Fantasy finisse de nous séduire. Cela aurait notamment permis aux couvertures de chaque tome d’être plus attractives, car il faut bien le reconnaître, elles sont assez moches. Allez, ce n’est pas si grave, l’apparence ne fait pas tout !

The Rising of the Shield Hero (T. 6)
D’Aiya Kyu
Édité par Doki-Doki

 

Karman Gain (T. 3)

9782818941591Et si l’avenir de l’humanité se jouait sur un jeu de smartphone…? Avec Karman Gain, Akira Kazumiya nous offre une série courte que ce troisième tome vient conclure. Afin de choisir celles et ceux qui peupleront la planète dans le futur, un jeu vidéo a été inventé, le Karman Gain, dans lequel des joueurs s’affrontent par avatars interposés. Le truc, c’est que ces avatars sont en fait des proches des joueurs et qu’une mort dans le jeu entraîne la mort dans la réalité. Voilà, en substance, ce que propose le titre, le tout noyé dans des scènes pas toujours claires, accompagnées de tartines de dialogues indigestes. Eh oui, ce troisième tome fait sombrer Karman Gain dans un gloubi-boulga à base de reboot et de nouvelles technologies. On ressort de la lecture un peu épuisé par tant d’informations dont on n’a pas retenu grand-chose. Ce n’est pas franchement mieux sur la forme avec le trait passe-partout du mangaka. Peu détaillé, parfois maladroit, son trait manque de précision et de force pour pouvoir se frotter au poids lourds du genre. Au final, ce seinen de l’éditeur Doki-Doki ne parvient pas à séduire et se conclue de piètre manière. Game Over!

Karman Gain (T. 3)
D’Akira Kazumiya
Édité par Doki-Doki

 

Levius Est (T. 1)

levius-est-1-kanaAprès les trois tomes de Levius, voici sa suite sous la forme d’un nouvel arc intitulé sobrement Levius Est. On retrouve Haruhisa Nakata aux commandes du dessin et du scénario qui se situe dans la continuité du troisième tome de Levius, environ un an plus tard. Le jeune boxeur Levius a remporté son âpre combat face à A. J. et est désormais le Numéro 1. Cependant, il a subit d’importants et graves dommages qu’il lui faut surmonter. Aux côtés de A. J., il va tenter de se reconstruire tandis qu’une nouvelle génération de boxeur est en train d’émerger. Le mangaka explore plus profondément encore, la psyché de son personnage principal dans un récit toujours aussi mélancolique, grave et intense. Nakata n’est pas là pour rigoler, on l’avait déjà bien assimilé avec Levius. Ici, il confirme son ton très sérieux et sombre. Ce nouvel arc est également l’occasion d’en apprendre plus sur les coulisses de la boxe mécanique, ce sport-roi dont le secret réside dans la vapeur d’eau sous pression. On rentre dans les écuries, pépinières de jeunes talents avides d’arriver au sommet. On est toujours aussi bluffé par la maestria de l’auteur, aussi bien dans son récit tragique que dans son approche graphique somptueuse. La force de son trait et la palette d’expressions des personnages démultiplient la sensation de fureur qui se dégage de Levius Est. Une claque !!!

Levius Est (T. 1)
De Haruhisa Nakata
Édité par Kana

Partager