#4 – Le coin de mangavores!

#4 – Le coin de mangavores!

Comme il me faudrait des journées de 45 heures pour pouvoir lire et critiquer toutes les sorties manga que nous proposent les différents éditeurs français et comme tout le monde le sait, nos journées ne font que 24 heures, j’ai décidé d’inaugurer ici, une nouvelle rubrique compilant plusieurs reviews. Ce coin des mangavores vous permettra d’avoir une vue d’ensemble sur les dernières sorties parues et de ne rien louper de vos titres préférés. C’est parti, suivez le guide !

 

One Piece (T. 82)

one-piece-manga-volume-82-nouvelle-edition-francaise-276647Dans l’industrie du manga, il y a One Piece et puis il y a le reste. Du haut de ses 20 printemps et de ses quatre-vingt-deux tomes, le titre d’Eiichiro Oda joue dans une toute autre catégorie avec son œuvre-monde complètement hors norme. C’est depuis bien longtemps le shônen roi et il ne semble pas vraiment prêt à abdiquer. Cependant, on avait remarqué une petite baisse de régime dans les derniers tomes, notamment à cause d’un schéma trop répétitif et des arcs parfois confus compte-tenu des dizaines de trucs qui se passent simultanément. L’arc de Dressrosa est définitivement derrière nous et l’équipage de Luffy est désormais sur Zo, un éléphant géant qui sillonne les mers. Si le précédent tome nous a sortis un surprenant twist de sa manche concernant Sanji, on qualifiera celui-ci de plus mythologique. Au fil des tomes, l’auteur construit sa toile, multiplie les connexions et les ramifications et entretient un savant mystère concernant certaines questions essentielles. Parmi elles, les ponéglyphes dont on n’avait pas parlé depuis quelques temps et qui refont surface. Autre pilier de One Piece, Gol D. Roger qui est également abondamment cité, ce qui, il faut bien le dire, rend le récit assez passionnant. Ajoutez à cela l’armée révolutionnaire, deux empereurs sur le point de passer à l’action et l’emplacement du One Piece, bref ce tome 82 est riche et dense. Comme du bon One Piece, quoi… !

One Piece (T. 82)
De Eiichiro Oda
Édité par Glénat

 

Versus Earth (T. 8)

album-cover-large-33007En seulement huit tomes, le jeune Haruto s’en est pris déjà plein la gueule. Depuis qu’il se bat contre les piliers au sein des Pillar Breakers, il voit des proches mourir et se retrouve broyé sous le poids des responsabilités. Alors même qu’il déploie une puissance inédite capable de neutraliser l’ennemi, il est une nouvelle fois sévèrement blessé. Pendant ce temps, Empt-Note, le roi aux yeux d’argent qui commande aux piliers profonds, lance ses meilleurs atouts dans la bataille. Mine de rien, petit à petit, Versus Earth trace son sillon avec son récit SF qui parvient à nous tenir en haleine. Kazutomo Ichitomo et Yoshihiko Watanabe maintiennent le rythme grâce à des rebondissements réguliers. Les personnages s’épaississent tome après tome et Haruto n’est clairement plus le jeune garçon qu’il était au début du récit et prend ici une dimension supplémentaire. Malgré les circonstances, il semble enfin embrasser son destin et endosse le costume de héros. En ce qui concerne le dessin et la mise en scène, Versus Earth sait faire dans l’efficacité. Le trait précis et agressif fonctionne particulièrement bien dans les scènes d’action. Sans qu’on s’y attende vraiment, le titre a su s’imposer comme un seinen SF assez solide, dont on prend plaisir à lire chaque nouveau tome. Et finalement, n’est-ce pas l’essentiel ?!

Versus Earth (T. 8)
De Kazutomo Ichitomo et Yoshihiko Watanabe
Édité par Kurokawa

 

No Guns Life (T. 3)

No-guns-lifeAvec No Guns Life, l’éditeur Kana a définitivement mis la main sur une véritable petite perle. Ce seinen mêlant SF et polar façon Blade Runner continue de nous impressionner avec son univers noir et urbain. Dans ce troisième tome, on apprend le fin mot de l’histoire sur le massacre s’étant déroulé dix ans plus tôt. Mega Armed Sai, le héros de la nation, n’est finalement pas celui que l’on croyait et son affrontement super musclé avec Juzô Inui va réveiller la bête. Si jusqu’ici l’extend à la tête de revolver montrait un tempérament plutôt calme et serein, il nous montre un tout autre visage. Pendant ce temps, Tetsurô utilise Harmony, le dispositif de commande à distance d’extend que la multinationale Berühren lui a implanté, pour tenter de retrouver et d’aider Juzô. Chaque tome de No Guns Life est incroyablement dense et fourni. Tasuku Karasuma poursuit l’exploration de son monde, servi par un récit adulte et exigeant. Le personnage de Juzô focalise toute l’attention tant il dégage un truc de dingue. Il n’y a que le manga pour inventer des chara-design aussi improbables et parvenir à les rendre incroyablement classes et charismatiques. Le travail graphique du mangaka est à la hauteur de son histoire et donne une force de frappe supplémentaire à un titre solide. Trois tomes de dingue pour une série que ne l’est pas moins, que dire de plus… ?!

No Guns Life (T. 3)
De Tasuku Karasuma
Édité par Kana

Partager