5 raisons qui font de The OC une série culte

5 raisons qui font de The OC une série culte

A cette date, il y a 10 ans, The OC était diffusée pour la première fois. En l’honneur de l’anniversaire de la série, on revient sur les 5 raisons qui font que cette série est une série culte.

Raison n°1 : Bien avant, Community, The OC était une série « méta »

Une série méta, c’est quoi ? C’est une série qui parle de séries. Pas tout le temps, mais par touche, elle peut faire des références à d’autres séries ou à elle-même, jouer de la structure d’un épisode en utilisant le fait que ce type de structure est bien connue du public, ou encore s’adresser directement au public (casser le fameux 4ème mur). The OC fait partie de ces séries qui ont remis au goût du jour le récit méta.
Un exemple ? A votre service, Msieur, Dame : la série préférée de Summer, The Valley, raconte l’histoire des plusieurs jeunes riches qui vivent à Orange County. The Valley servait à se moquer du côté soap et teen de sa série mère et faisait passer un message clair : « Oui, vous regardez du soap, mais vous avez compris que ça peut être drôle, alors on en rit avec vous. »

Raison n°2 : The OC a réouvert la porte aux soaps de soirée.

Je vous parle d’un temps que les moins de 10 ans ne peuvent pas connaître. Un temps où le soap n’était pas aussi présent à la télévision américaine. En 2003, quand The OC débarque sur la FOX, les séries d’action et d’humour règnent sur la télévision, ça faisait très longtemps qu’on n’avait pas vu de soaps en soirée. Le succès de Newport Beach (son titre français) a ouvert la porte pour le retour d’autres soaps. Josh Schwartz s’est confié à Vulture sur ce sujet : « J’ai rencontré Marc Cherry à une soirée Marc Cherry et il m’a dit qu’il avait pu vendre Desperate Housewives car The OC avait réintroduit l’idée qu’un soap de soirée pouvait être un succès. »

Raison n°3 : la musique ! Oui, la musiiiiiiiiiiique !!!!

La mixtape qu’on a fait pour l’occasion parle d’elle même.
Non ? 4 saisons, 6 soundtracks sont sorties en CD (disponible chez tous les bons disquaires). Pas mal, pour commencer. La musique dans The OC n’était pas juste un accompagnement sonore, elle servait à faire parler les personnages, leurs émotions, leurs intentions, leurs états d’âme… Josh Schwartz a aidé à populariser des dizaines de groupes qui ne trouvaient pas d’espace assez grand pour diffuser leur musique, car ils écoutaient ces groupes sur iPod pendant qu’ils travaillaient sur des scripts. C’était avant iTunes et au début de l’internet « sociale ». Death Cab for Cutie, The Kills, Coldplay… Ils sont tous passés par The OC. La musique de la série était presque aussi célèbre que la série en elle-même. A tel point que même les Beastie Boys ont négocié pour faire diffusé un de leurs titres en avant première dans la série.

Raison n°4 : les geeks ont recommencé à être cool grâce à The OC.

Il faut d’abord remercier un personnage, Seth Cohen. Introverti, bavard, maladroit, solitaire, amoureux de la même fille depuis l’âge de 5 ans, il a tout pour lui. Et pourtant, c’est lui la star de série. Bien plus que Ryan Atwood, le beau gosse en débardeur. Grâce à Seth Cohen, les geeks ont arrêté d’être seulement des personnages secondaires et on a vu le potentiel qu’ils représentaient pour le public. De là à dire que sans Seth Cohen, point de Big Bang Theory, de New Girl (l’équivalent féminin de Seth Cohen) ou de Chuck, il n’y a qu’un pas et je suis prête à le franchir.

Raison n°5 : des références, du culte, des références et du culte

Il n’y a pas tant de teen-shows qui se sont permis de recréer des scènes de films (le baiser de Spiderman), d’avoir un caméo de George Lucas, d’être moqué par le Saturday Night Live, de créer une phrase culte( « Welcome to the OC, Bitch »), d’avoir un des pires (Coucou Jimmy Cooper) et un des meilleurs pères (Bisou Sandy Cohen) de la télévision américaine dans ses personnages, d’être moqué par Arrested Development (série diffusée en même temps, sur la même chaîne), de créer une nouvelle fête (Chrismukkah) ou encore d’être à l’origine de nombreuses séries réalités (Laguna Beach, The Hills).

Et s’il vous fallait encore une raison pour comprendre pourquoi tout le monde célèbre cet anniversaire, un peu de lecture devrait finir de vous convaincre
le portrait de Josh Schwartz par Nicolas Robert
– l’interview d’Autumn Reeser à Monte Carlo

Partager