5 séries à voir quand… on a envie de grands espaces

5 séries à voir quand… on a envie de grands espaces

C’est l’été, il y a moins de séries diffusées, on est moins stressé, et l’envie de découvrir de nouvelles ou d’anciennes séries pointe le bout de son nez. C’est pourquoi le Daily Mars vous propose la saga estivale « 5 séries à voir quand… », où on trouve des prétextes hors du commun pour vous faire (re)découvrir des séries. Aujourd’hui, on vous offre des grands espaces. Rien que ça.

Deadwood

« Quoi ? T’aime pas les grands espaces ? »

Les grands espaces, les vrais. Ceux du Far-West. Pas de cowboys au sens strict du terme, mais des chercheurs d’or. Des vrais. Des hommes et des femmes qui participent à la création d’une nation, dans le sang et la fureur.

Les aventures de Swearingen, Bullock, Dority, Calamity Jane, Ellsworth, font parties des plus belles jamais contées à la télévision. 3 saisons de pure merveilles, en directe provenance d’HBO du temps de sa superbe, où les chefs d’œuvres se succédaient à l’antenne. Moins en vue que The Wire (aucun consensus critique sur celle-ci), ou The Sopranos, la série n’en est pas moins une des plus belles et brillantes jamais produites.

Qu’on ait envie de grands espaces ou non.

 

Game of Thrones

« Les grands espaces c’est bien sympa, mais là, j’ai juste envie de rester avachi dans mon fauteuil. Et d’une bière aussi. Et d’une télé. »

Westeros, ce vaste monde présenté dans l’un des génériques les mieux foutus de ces dernières années. C’est grand, et c’est pas du tout partout la même ambiance. Avec Game of Thrones, vous pourrez aller vous geller les miches au pied du Mur. Ou allez vous dorer la pilule sur les plages de Port Réal. Ou encore répéter sans cesse à Winterfell que l’hiver arrive.

Game Of Thrones, ce sont des allées et venues constantes d’un bout à l’autre de Westeros, en passant par tout un tas de paysages plus grandioses les uns que les autres. A ce jour, la série a été tournée au Maroc, en Islande, en Irlande du Nord… Alors que vous faut-il de plus pour satisfaire une envie de grands espaces ?

 

Star Trek

« Vous me faites bien rire avec vos grands espaces ! »

Aller loin dans l’espace « where noone has gone before », rencontrer des vies extraterrestres toutes plus cocasses les unes que les autres. Vivre des aventures étonnantes à travers la galaxie. Être un pionnier, bousculer les frontières et les différences. Comment ne pas vous conseiller cette série quand on veut vous vendre de grands espaces ? Comment ?

Et bien c’est simple, en ne regardant pas la série. Oui je sais, c’est honteux, mais aucun rédacteur séries régulier du Daily Mars n’est un trekkie. Du coup, on est sûrement passé à côté d’un grand truc. Mais ça tombe tellement sous le sens de proposer cette série vu le titre de l’article qu’on va le faire. Juste sur la réputation ! (A force d’entendre des gens très respectables dire que non, ça n’est pas juste une série avec des mecs en pyjamas qui ont de plus en plus de ventre au fil des années, on a fini par les croire et leur faire confiance. Nous sommes faibles.)

 

Firefly

« Howdy ! »

Imaginez si, après la trilogie originale Star Wars, George Lucas ait décidé de raconter les aventures d’Han Solo et d’une équipe de contrebandiers qu’il aurait voulu monter. Déjà ça aurait été épique. Ensuite ça lui aurait permis de garder la forme après la trilogie d’origine.

Whedon a quasiment fait ça, longtemps avant qu’il devienne le réalisateur High-profile qu’il est aujourd’hui, il avait pondu, avec d’autres belles plumes comme Tim Minear et Marti Noxon, un vrai space-opera aux relents de western, qui prône des valeurs sans âge : l’amitié et la liberté.

Et c’était formidable. Après, on peut se demander si un retour serait souhaitable. Sur le papier, oui. Dans les faits… Fillion, après avoir été la tête d’affiche d’une série qui ouvre les horizons, semble s’empâter au contact d’une série qui prône le pépère… pas souhaitable, donc.

 

Justified

« J’ai un flingue, un Stetson, si ça te suffit pas pour te faire penser ‘grands espaces’ on va avoir un problème. Est-ce qu’on va avoir un problème ? »

Certes, la série de Graham Yost n’est pas celle qui offre le plus de paysages qui s’étendent à perte de vue… on en est même loin, puisque la série est tournée en Californie. Et pourtant, le Kentucky et son univers collent à la peau de chaque personnage de la série de FX. Souvent, c’est ce qui nourrit tout son être… et surtout son mal-être.

Un peu comme si tous ceux qui tournent Raylan, son père, Boyd Crowder, Tim Gutterson, Dickie Bennett est tous les autres étaient coincés au purgatoire. Peu de séries parviennent à stimuler l’imaginaire autour de la notion de territoire comme Justified. Donc rien que pour ça, vous devez la voir.

Partager