• Home »
  • ÉVÉNEMENTS »
  • Abigail Spencer à Monte-Carlo : « Cette saison Amantha ne cherche plus à se battre »
Abigail Spencer à Monte-Carlo : « Cette saison Amantha ne cherche plus à se battre »

Abigail Spencer à Monte-Carlo : « Cette saison Amantha ne cherche plus à se battre »

Alors que la diffusion de la saison 3 de Rectify continue sur la chaîne américaine Sundance TV, le Daily Mars vous propose de découvrir une interview de l’interprète d’Amantha Holden, Abigail Spencer. Rencontrée lors du dernier Festival de Télévision de Monte-Carlo, l’actrice nous a parlé de l’évolution de son personnage dans la saison 3 de la série ainsi que de la place de la famille à la télévision.

Scroll down for the English version of the interiew.

55ème Festival de Monte-Carlo (2015)

Photo Isabelle Ratane

A la fin de la saison 2 on ne peut s’empêcher de se demander si Amantha en a assez de se faire du souci pour Daniel ?

ABIGAIL SPENCER : Je pense que si Daniel était un peu plus reconnaissant (rires)… S’il montrait plus de gratitude et s’il faisait plus preuve de bonne volonté, je pense qu’elle ne serait pas fatiguée de s’inquiéter pour lui. Je pense que ce dont elle a assez, c’est de se rabaisser pour quelqu’un qui n’est pas très investi, qui disparaît sans cesse, qui ne sait pas ce qu’il veut. Amantha est devenue assez codépendante de Daniel. C’est une femme très forte et très intelligente et je pense qu’elle en a conscience, mais elle n’a pas l’impression d’avoir vraiment pu utiliser ce potentiel jusqu’à présent.

Pouvez-vous nous parler de la relation entre Amantha et sa mère ? Éprouve-t-elle une certaine jalousie vis-à-vis de l’attention que Janet porte à Daniel ?

A.S. : Tout à fait, je pense qu’Amantha a trouvé son identité, ainsi que le moyen d’attirer l’attention de sa mère, dans le fait de vouer sa vie à la libération de Daniel. Janet et Daniel se ressemblent beaucoup, ce sont deux personnages réservés, très passifs. Janet va en revanche évoluer dans la saison 3 et devenir bien plus active, ce qui va apporter un certain soulagement à Amantha et lui permettre d’être à son tour plus réservée, de se tourner sur elle-même et de poursuivre son propre chemin. C’est l’idée de l’extravertie et de l’introvertie, Amantha compense parce que la situation a paralysé Janet et qu’elle gère les choses différemment.

A la fin de la saison 2, Daniel doit choisir entre le bannissement ou la prison. Ces deux options reviennent-elles au même pour la famille de Daniel vis-à-vis de ce que cela implique pour leur relation avec lui ?

A.S. : Oui parce qu’il y a cette idée que cela se passe dans une petite ville du Sud et que c’est sa maison et qu’il ne pourrait plus rentrer à la maison. Ce qu’il y a d’intéressant c’est qu’Amantha voit une troisième option. On leur a proposé le bannissement ou la prison, mais elle pense qu’ils bluffent et veut que Daniel se batte pour ne pas retourner en prison. Elle veut rétablir leur nom, car ils sont les deux seuls Holden de la famille, les autres sont tous des Talbot. Son père est mort d’une crise cardiaque et il était celui qui se battait pour la libération de Daniel. Alors à sa disparition, elle a repris les rênes. Je pense qu’elle pense qu’il y a une troisième option que les autres n’envisagent pas, “on pourrait se battre et on pourrait gagner !”

Photo Sundance TV

Photo Sundance TV

Mais que fera-t-elle quand le combat sera terminé ?

A.S. : Je pense que c’est ce que l’on explore dans la saison 3. Dans cette saison, Amantha ne cherche plus à se battre et tente de comprendre qui elle est sans ce combat dans sa vie. Elle a vraiment un parcours très intéressant dans la troisième saison.

Entre Rectify et d’autres séries comme Bloodline, on constate que l’exploration des dynamiques familiales sont très en vogue à la télévision. Pensez-vous que cela soit sur ce support que cette question est la plus apte à être bien représentée ?

A.S. : La télévision, maintenant avec une seule vision créative, ressemble beaucoup à la littérature. Dans un film de 2h30, comment voulez-vous exploiter chaque personnage ? Alors pour véritablement explorer la dynamique d’une famille, c’est dans une série que vous allez pouvoir le faire. Vous pouvez passer plusieurs épisodes sur un personnage, puis passer à un autre. La télévision offre l’opportunité d’explorer la famille de manière plus approfondie, plus longue et sous un angle plus littéraire. Tout le monde a une famille, quelque soit sa forme, et je pense que c’est l’une des thématiques les plus fascinantes à explorer, car tout le monde peut s’y retrouver.

Propos recueillis par Marine Pérot lors d’une table ronde au 55ème Festival de Télévision de Monte-Carlo, en présence d’autres journalistes.

By the end of season 2, one can’t help but wonder: is Amantha tired of worrying about Daniel?

ABIGAIL SPENCER: I think that if Daniel were a little more appreciative (laughs)… If he were a little more grateful and a little more willing, I think that she would not be tired. I think that what she is tired of is feeling that she’s lowering her self worth than her value, for someone who continually is like “no thank you,” disappearing, not sure what he wants. Amantha has become pretty co-dependant on Daniel. She is very strong, she is very smart, I think she knows all these things but she doesn’t feel like she’s tapped in any of those things at this moment.

Can you give us your input on Amantha’s relationship with her mother? Is there some jealousy there when it comes to the attention Janet gives to Daniel over the one she gives to Amantha?

A.S.: Absolutely, I think part of how Amantha found her identity and part of how she could get her mother’s attention was to make Daniel her life. Janet and Daniel are a lot alike, they are very internal, much more passive characters, but Janet is going to become a much more active character in season 3, and that’s actually going to release Amantha, not having to do as much. Now she can be a little more internal, she can go her on her own journey because of that. It’s the extravert and the introvert, Amantha over compensates because Janet becomes crippled by the situation and deals with it in different ways.

Is banishment prison for Daniel’s family when it comes to their relationship with him?

A.S.: Yes because there is this thing about it being a small southern town and that home is home and that he could not come home, but what’s interesting is that Amantha provides the third view. Because they are presented with prison or banishment and she wants to call their bluff because if Daniel fights it, he is not going back to prison. She wants to clear his name, they are the only two Holdens, everyone else is a Talbot, her father died of a heart attack and it was left to her. He was the one who was fighting for Daniel’s freedom and then she took over the reins when he died. So I think that she thinks there is a third option that nobody else is considering, “we could fight this and we could win!”

But what will she do when the fight is over?

A.S.: I think that’s what we are going to explore, because season 3 really is about not fighting anymore and trying to figure out who she is without that. There is some really great Amantha journey in season 3.

With Rectify but also other shows like Bloodline, family dynamics are being explored a lot on television. Do you think that it’s on television that those kind of questions can be truly explored?

A.S.: What I think about television is that, now when you have a single creative vision, it’s much more like literature. So if you really want to explore a family dynamic, in a 2h30 movie how could you explore every single person? On a television show you can go off with a character for several episodes and then come back and go off with another one. It’s just a deeper and longer, more literature-focused way to explore family. Everyone has a family, on some level, so I think that’s why it’s the most fascinating theme to explore and everybody can relate to it on some level.

Partager