• Home »
  • SÉRIES »
  • Les séries trop courtes : Un agent très secret, bijou d’équilibre
Les séries trop courtes : Un agent très secret, bijou d’équilibre

Les séries trop courtes : Un agent très secret, bijou d’équilibre

Le casting complet de la série. Photo France 2

Empruntant aussi bien à la comédie romantique, à la série d’aventures qu’à la comédie familiale, la série imaginée par Glenn Gordon Caron (Clair de Lune, MediuM) n’aura connu qu’une saison. Dommage : elle était aussi inclassable que brillante. Et aujourd’hui, on a tendance à l’oublier… ce qui est complètement injuste.

Il y a des séries qui ont un charme unique. Un ton, une atmosphère, une énergie que l’on ne retrouve nulle part ailleurs. Un peu comme un parfum, aussi capiteux qu’envoutant et que l’on se désespère de sentir à nouveau un jour. Un agent très secret (très mauvais titre français pour une série qui s’appelle en fait Now & Again), c’est ça. C’est complètement ça.

A la base, il y a un pitch un peu étrange pour une série de la fin des années 90. Un improbable reboot de L‘Homme qui valait trois milliards dans lequel Steve Austin aurait troqué le jogging en Suède/Qui Gratte contre une inoubliable vie de famille. Sur le papier, cela ne faisait franchement pas rêver (sauf, peut-être, si on vous aimiez Bigfoot, les Granola et les verres de lait il y a plusieurs années de ça). Et pourtant, tout est déjà là. Comme dans le prologue qui ouvre chaque épisode à partir du 1.04.

« Un homme ordinaire, cadre dans une compagnie d’assurances, 45 ans, tombe d’un quai de métro à New York et meurt. Mais meurt-il vraiment ? A l’insu de sa femme et de sa fille, son cerveau est recueilli sur les lieux de l’accident par un service secret du gouvernement des Etats-Unis et implanté dans le corps d’un jeune homme de 26 ans. Créé artificiellement et ayant la force de Superman, la rapidité de Michael Jordan et la grâce de Fred Astaire… Le seul problème, c’est qu’il lui est interdit, sous peine de mort, de faire savoir à quiconque appartenant à son passé qu’il est vivant. Et croyez moi c’est difficile quand on est un homme qui aime par dessus tout sa femme, sa fille, et sa vie passée » (source : Annuséries)

Eric Close, dans son meilleur rôle. Photo France 2

Pourquoi est-ce que c’est une série vraiment géniale ? Parce que c’est une série de Glenn Gordon Caron. Dans les années 80, le gars a complètement retourné le concept de la série de détectives avec Clair de Lune. En 1999/2000, il a fait la même chose avec la série fantastique. Comment ? En se servant de son postulat de départ pour explorer toute une série de genres télévisuels qui n’ont pas grand’chose à voir avec le fantastique… mais qui se marient très bien avec lui.

Un Agent Très Secret, c’est effectivement une fiction où l’on croise des agents secrets (qui se cachent souvent dans un improbable camion logoté Toys’B Fun, en clin d’oel à Toys’R’Us) et où plusieurs intrigues n’auraient pas fait tache dans un X Files (je pense à « Sans Peur », l’épisode 6. Où un homme fabrique une solution qui fait tomber les inhibitions chez tous les timides, provoquant de multiples catastrophes).

Mais c’est aussi une formidable comédie romantique, dans laquelle le héros, Michael Wiseman, refuse de tirer un trait sur son ancienne vie parce qu’il aime toujours sa femme. Quand ils étaient ensemble, ils ne passaient peut-être pas leurs temps à échanger des mots doux mais ils étaient viscéralement attachés l’un à l’autre (ce qui ressort admirablement dans le très émouvant « Un petit air familier », l’épisode 15). Et ce n’est pas la mort ni un changement de corps qui va modifier ça.

Inventive, la série n’hésite jamais à tester tout un tas de choses et fait mouche à chaque fois : dans les meilleurs jours, c’est incroyablement brillant (comme dans l’épisode « Plus un mot », le 1.19). Et quand l’histoire est plus classique, elle reste toujours très divertissante, simple mais très soignée.

L’explication est toute simple : il y a une incroyable alchimie dans le casting. Vous pensez qu’Eric Close est un mauvais acteur à cause de son rôle dans Nashville ? Regardez-le incarner Michael Wiseman et vous serez bluffés. Vous croyez que  Dennis Haysbert a trouvé le rôle de sa vie dans 24 en interprétant le président Palmer ? Le jour où vous l’aurez vu dans le costume du docteur Theodore Morris (le scientifique à l’origine de la seconde vie de Michaël), vous changerez d’avis.

Dans le pilote, Michaël Wiseman percute un train. Et c’est John Goodman qui joue la victime.

Et puis il y a Margaret Colin, l’actrice qui joue Lisa, la femme de Michaël. On va faire dans la mesure et dire qu’elle est juste formidable. Dans le rôle d’une quadragénaire qui doit reconstruire toute sa vie après la disparition de son mari, elle est drôle, émouvante, touchante… et dégage un charme peu commun.

Avec son adolescente de fille (jouée par Heather Matarazzo, dont le physique tranche singulièrement avec les héroïnes de la CW aujourd’hui) et avec Roger, le meilleur ami de Michaël (interprété par Gerrit Graham, inoubliable Norman Pankow dans Parker Lewis ne perd jamais), Lisa va faire front pour avancer alors que le destin n’aura de cesse de la faire croiser Michaël Newman, le nouveau Michaël Wiseman. Par hasard, par accident. Mais pas seulement.

Arrêtée au bout d’une saison de 22 épisodes, Un agent très secret coûtait apparemment trop cher à CBS, la chaîne qui la diffusait à l’époque. Elle a laissé derrière elle un groupe de téléspectateurs orphelins (oui, c’est le mot) d’une série drôle, émouvante et qui avait encore beaucoup de choses à dire… comme en témoigne son cliffhanger final.

La peur de finir frustrés pourrait vous faire reculer : ne le faites pas. Un agent très secret, c’est une aventure portée par un casting génial et qui a un coeur énorme. Une série dont on cherche désespérément un équivalent aujourd’hui. Un show qui parle au téléspectateur avec une sincérité et une intelligence épatantes.

Vous devez voir cette série.

Eric Close et Dennis Haysbert : un magnifique duo. Photo France 2

Un agent très secret /
Now and Again

Série créée et showrunnée par Glenn Gordon Caron 

(22 épisodes diffusés sur CBS en 1999/2000)

Eric Close (Michaël Wiseman/Michael Newman), Dennis Haysbert (Theodore Morris), Margaret Colin (Lisa Wiseman), Heather Matarazzo (Heather Wiseman), Gerrit Graham (Roger Bender)

La série est sortie en DVD aux USA. Mais pas chez nous…

Partager