Alan Wake en série TV… mais à quand la 2e saison du jeu ?

Alan Wake en série TV… mais à quand la 2e saison du jeu ?

Remedy Entertainment, maison finlandaise à l’origine du jeu vidéo Alan Wake, a annoncé un partenariat avec Contradiction Films pour transformer le jeu en série télé. Avec Peter Calloway (Legion) comme showrunner. Tout, dans ce projet, menait à cette décision. Et plus encore.

Alan Wake (c) Remedy Entertainment

C’est Variety qui a lancé l’info exclusive le 12 septembre : Remedy s’est alliée à Contradiction Films pour concevoir une série télévisée basée sur son jeu Alan Wake. Un jeu qui n’est déjà plus tout jeune, surtout selon les canons actuels, puisqu’il est sorti en 2010 sur Xbox 360 et en 2012 sur PC.

Le jeu voyait un écrivain souffrant du syndrome de la feuille blanche, l’Alan Wake du titre, partir en vacances dans l’État de Washington avec sa chérie. Tout ça pour être confronté à des forces obscures nées ou se nourrissant de son imaginaire des plus angoissants. Un jeu influencé à la fois par Stephen King (il s’ouvre sur une citation du King of Horror) et par les séries anthologiques fantastiques, The Twilight Zone en tête. D’ailleurs, le joueur découvre régulièrement des téléviseurs diffusant des épisodes d’une série baptisée Night Springs, où l’on reconnaît l’évidente influence de Rod Serling.

 

Alan Wake, un jeu vidéo en manière de série télé

Outre qu’il s’agit d’une très excellente nouvelle dans l’absolu pour les fans du jeu (dont je fais partie), l’adaptation d’Alan Wake sous la forme d’une série TV n’est somme toute que pure logique. Tout le jeu est lui-même rythmé comme une première saison de série télévisée, avec ses épisodes, ses récap’ en début d’épisode (« Previously on Alan Wake »), ses cliffhangers en fin d’épisode, ses chansons de générique de fin qui changent d’un épisode à l’autre… La dynamique narrative est tout entière définie par cette influence assumée du petit écran.

Christopher Forsyth dans « Bright Falls », web-minisérie sortie peu avant le jeu vidéo « Alan Wake »

Et puis, n’oublions pas Bright Falls, une web-minisérie sortie quelques semaines avant le jeu vidéo. Ses six épisodes se passent à Bright Falls, la petite ville où débarque Alan Wake au début du jeu, mais avant l’arrivée de l’écrivain. Christopher Forsyth (Bones, Dirty Sexy Money) y interprète un journaliste peu à peu gagné par les ténèbres ambiantes. La minisérie héberge plusieurs personnages que l’on retrouvera dans le jeu vidéo : les acteurs en chair et en os servent de modèles à leurs propres personnages du jeu, et en assurent les voix. Alan Wake himself (joué par Ilkka Villi) fait une apparition dans le dernier épisode.

Pour finir sur les relations transversales du jeu avec d’autres médias, signalons la publication d’Alan Wake le roman, rédigé par Rick Burroughs. Un bouquin qui s’en tire plutôt bien, sachant s’éloigner du jeu pour explorer des zones inédites de Bright Falls et de la psyché de son protagoniste. Pas de quoi lui décerner un Pulitzer, mais de la belle ouvrage malgré tout.

 

De Legion à Alan Wake : Peter Calloway comme showrunner

Aux manettes scénaristiques de la série, on retrouve Peter Calloway. L’homme n’est pas tout à fait un bleu en matière de télévision, puisqu’il a scénarisé deux épisodes de la première saison de Legion (dont il est crédité en tant que « co-executive producer » pour ladite saison), bossé sur Cloak & Dagger (il a notamment coécrit deux épisodes), Under the Dome (« supervising producer ») et Hellcats, notamment.

Alan Wake (c) Remedy Entertainment

Comme toujours dans ces cas-là, les deux structures à l’origine du projet, Remedy et Contradiction donc, avouent avoir été « soufflées » par le pitch de Calloway. Plus intéressant, Sam Lake, écrivain finlandais à l’origine d’Alan Wake, ne s’éloigne pas trop de son bébé, puisqu’il en est le producteur exécutif. L’heureux père a ainsi confié à Variety : « L’histoire du jeu originel est notre point de départ, la graine qui s’épanouira dans le canevas plus large que nous explorerons via cette série. Nous continuerons de déployer tout le background de cet univers dingue et sombre, et nous irons nettement plus en profondeur, sur certains aspects, que ce que nous avons pu faire avec le jeu. »

Thomas Harlan, partner chez Contradiction (à qui l’on doit les adaptations à l’écran des jeux Mortal Kombat et Dead Rising, notamment), indique qu’ils feront le tour des studios en octobre lorsqu’ils auront le pitch complet de Peter Calloway. Et qu’ils ont d’ores et déjà reçu des marques d’intérêt.

Alan Wake (c) Remedy Entertainment

Reste à savoir si la série télé peut laisser présager d’un Alan Wake 2 dans un futur proche. Cela fait tout de même huit ans que le premier opus est sorti, et à part une sorte de spin-off (Alan Wake’s American Nightmare en 2012), le fan n’a pas eu grand-chose à se mettre sous la dent depuis. Certes, Remedy n’est pas resté inactif (on lui doit depuis Quantum Break, CrossFire et il vient d’annoncer Control). Mais toutes les promesses d’Alan Wake n’ont pas été tenues. Et l’on attend de rallumer nos lampes torches et d’explorer à nouveau les recoins obscurs de Bright Falls et de l’âme humaine.

Partager