• Home »
  • On a vu... »
  • On a vu… Chris Albrecht qui sort « sa vérité » sur Mad Men (et autres actes manqués)
On a vu… Chris Albrecht qui sort « sa vérité » sur Mad Men (et autres actes manqués)

On a vu… Chris Albrecht qui sort « sa vérité » sur Mad Men (et autres actes manqués)

Chris Albrecht

La semaine passée, sur le Hollywood Reporter, 21 responsables de chaîne sont revenus sur l’avenir de leur travail, les challenges qui les attendent et les showrunners avec lesquels ils rêveraient de travailler. Mais pas que. Ils ont aussi parlé des projets à côté desquels ils sont passés. Et pour certains, ça prête à sourire.

Kevin Reilly (FOX) : « Howard Gordon nous a donné le script d’Homeland et je me suis dit que c’était plus pour le câble. Je ne sais pas quelle audience la série aurait fait sur la FOX, mais j’aurais aimé relever le challenge. […] J’aurais aimé ne pas la laisser passer. »

Dans sa construction, Homeland ressemble plus à une série de network. Et pour cause, Gordon voulait d’abord la vendre comme telle. Si son passage sur Showtime a donné lieu à des changements de forme, sa version FOX n’aurait pas été très différente. Pour rappel, la série approche les deux millions de téléspectateurs sur Showtime, excellente audience pour une chaîne à péage.

David Nevins (Showtime) et John Landgraf (FX): True Detective, en chœur.

La série qui fait en ce moment parler de HBO aurait eu les mêmes conditions d’exploitation sur Showtime, et une version G-Rated mais pas trop sur FX.

Bob Greenblatt (NBC) : « The Following. C’était logique que la série aille sur la FOX, parce qu’on faisait déjà Hannibal. Ça aurait fait beaucoup de serial killers ! Mais j’adorais le pitch et je suis fan de son créateur, Kevin Williamson. »

Trop de serial-killers sur NBC avec Hannibal ? Ça n’a pas eu l’air de les déranger avec The Blacklist, mais soit. Cela aurait été amusant de voir comme tagline de NBC : « The Voice and serial killers… and a lot of low-rated comedies ».

Matt Cherniss (WGN America) : « On a développé Breaking Bad quand j’étais chez FX et on a décidé de ne pas poursuivre. Je ne sais pas si on peut faire mieux que ça… »

Ouh là. Vainqueur. Même si Michael Wright de TNT parle aussi d’avoir laissé tomber Breaking Bad, Cherniss reste au-dessus. Parce que Breaking Bad sur TNT, c’est une association qui ne fonctionne pas. Sur FX, la série aurait fonctionné. Pour rappel, en 2007-2008 (période de lancement de Breaking Bad), la chaîne a lancé notamment Dirt, The Riches et Sons of Anarchy. Deux séries qui disparaîtront en 2008 après deux saisons, et un gros succès.

Michael Wright (TNT), justement, regrette être passé à côté de Longmire. Charlie Collier (AMC), avec humour, parle de The Bible (« j’ai cru comprendre que c’était un best-seller mais je n’ai jamais réussi à le lire. Mais visiblement, c’était assez bon pour qu’on en fasse un téléfilm. »).

David Chase

Puis arrive Chris Albrecht (Starz). The Chris Albrecht. Ancien comique (pas longtemps, mais assez pour rebondir sur une carrière d’agent pour comiques). Ancien CEO de HBO. Sous son mandat, la chaîne a donné naissance à ses plus grandes séries : Six Feet Under, Sex in The City, The Wire, The Sopranos, Deadwood (glorieux passé)… Ancien étrangleur de collaboratrices et agresseur de femmes sur les parkings (vachement moins glorieux, du coup). Ancien alcoolique depuis 2010 et une interview très arrosée dans GQ (rédemption, les amis, rédemption !)

Sur Starz depuis 2010, Albrecht est loin de lancer un nouvel HAGEU D’ORRREU des séries. S’il était présent pendant la diff des premiers épisodes de Spartacus, le développement de cette série a été réalisé avant son arrivée. On doit à Albrecht des fictions comme Camelot, Boss, Magic City, et maintenant Da Vinci’s Demons et Black Sails.

Et Chris Albrecht balance : « On raconte beaucoup d’histoires sur le fait que quand on était à HBO, on a refusé Mad Men. C’est une connerie. Ça n’a jamais été disponible. »

Quelqu’un d’autre entend le « ding-ding » significatif d’un début de combat de boxe ? Alors Matthew Weiner, t’as quoi à répondre là, rien ? Toutes les grandes séries de l’époque, pépé Albrecht sautait dessus. Rien ne lui a échappé. RIEN, tu entends ?

Matthew Weiner

Le script du pilote de Mad Men a été fini en 2001 et présenté en spec script à droite et à gauche par Weiner pour trouver du taf. Séduit, Chase, le créateur des Sopranos, l’embauche. Et quand celle-ci arrive sur la fin, Weiner propose son script à HBO et Showtime, qui refusent, et AMC qui accepte en 2006.

Alors dans cette histoire, qui croire ? Matthew Weiner un peu aigri du refus de HBO mais bien content d’être le nabab d’AMC aujourd’hui ? Chris Albrecht et sa volonté de ne pas être « celui qui a refusé Mad Men » ? 2007, l’année du lancement de la série de Weiner, est aussi celle où Albrecht s’est fait lourder de HBO suite à l’agression sur le parking.

Pour rappel, un papier de Bruce Handy sur Vanity Fair en 2009 récapitule quelques faits, confiés par Weiner et Chase. « Il (Chase, ndlr) a fini décrire le pilote en 2001, mais il faudra cinq ans pour qu’AMC développe le projet. Dans l’intervalle, le script lui a donné un boulot sur Les Sopranos […] L’un des plus grands mystères des dix dernières années dans la pop-culture, est pourquoi HBO – la maison des fictions ambitieuses et de qualité – n’a pas développé Mad Men elle-même quand Chase a remontré le script à ses responsables. C’est un sujet dont HBO, maintenant dirigé par d’autres personnes, ne veut pas parler. […] Weiner et Chase m’ont tout deux confié qu’à un moment, HBO aurait accepté à condition que Chase soit un executive producer. Chase considéra réaliser le pilote, mais bien qu’il fut très tenté, refusa pour s’éloigner de la fiction télévisée. Chase a défendu le script malgré tout, et Weiner déclare ne jamais avoir eu de réponse directe de la chaîne. Ce qui l’ulcère encore aujourd’hui. »

Alors Chris ? Quelque chose à ajouter ? Hein ? Qui c’est, le menteur ?

Mad Men

Partager