#Analyse Critique Outlander 3×10 : Seuls contre tous

#Analyse Critique Outlander 3×10 : Seuls contre tous

Note de l'auteur

Avec Heaven and Earth, dixième épisode de sa saison 3, Outlander a donné l’impression de nous livrer un épisode faisant stagner l’histoire plutôt que de la faire avancer. Mais si, aux premiers abords, cet épisode semble faible, il contient en fait de nombreux éléments faisant non seulement avancer l’histoire, mais aussi la trajectoire de ses personnages.

 

La douleur de la séparation

Pour la seconde fois cette saison, Outlander a ouvert un épisode avec une séquence pré-générique, alors que son habitude est de démarrer directement avec ce dernier. L’autre épisode ayant une ouverture similaire cette saison fut A. Malcolm, nous montrant le retour de Claire en Écosse du point de vue de Jamie. Dans Heaven and Earth, le même procédé est utilisé pour nous montrer le départ du navire anglais, le Porpoise, avec Claire à son bord du point de vue de Jamie. Cela permet alors de voir comment ce dernier vit la chose, et de voir sa réaction à l’idée d’être une nouvelle fois séparé de son épouse bien aimée.

Une chose est sure, Jamie ne le prend pas bien du tout, et cela conduit à une altercation avec le capitaine de l’Artémis qui lui vaut de se faire enfermer dans la cale du bateau. Condamné à ruminer seul sans avoir la moindre idée de ce qu’il advient de Claire, Jamie tombe vite dans une panique le conduisant à avoir des idées irrationnelles. Il demande à Fergus (César Domboy) de l’aider à s’échapper et à provoquer une mutinerie pour prendre le contrôle du navire et aller chercher Claire. Quand Fergus refuse, de peur de mettre Marsali (Lauren Lyle) en danger, Jamie s’en prend à lui et l’accuse de ne pas comprendre ce qu’est vraiment l’amour, et va même jusqu’à lui faire du chantage pour l’inciter à l’aider. Si Fergus l’aide, Jamie lui donnera sa bénédiction pour son union avec Marsali. L’attitude de Jamie dans tout cela n’est pas normale pour son personnage, mais elle reflète parfaitement le fait qu’il ne supporte pas l’idée de perdre Claire à nouveau, et qu’il est donc prêt a tout, même à agir sans réfléchir, pour être avec elle.

Au final, tout ce que l’on voit à bord de l’Artémis – entre la panique de Jamie et les difficultés de Fergus face aux demandes de son père adoptif – sert à deux choses. D’une part, cela nous permet de voir le côté vulnérable de Jamie et de constater que, même s’il a dit a Claire que si elle veut repartir à Boston il ne l’en empêchera pas, ne plus être avec elle à nouveau pourrait le conduire une bonne fois pour toute à sa perte. Et d’autre part, cette trame narrative permet de faire comprendre à Jamie que Fergus et Marsali ne sont pas ensemble dans le seul but d’enquiquiner le monde, mais vraiment parce qu’ils sont amoureux. Il finit donc par leur accorder sa bénédiction, non pas parce que Fergus lui obéit aveuglement, mais justement parce que Fergus et Marsali l’aident à revenir à la raison et à comprendre que ce n’est pas en créant une mutinerie qu’il retrouvera Claire.

 

Détachement et attachement

À bord du navire anglais, la fièvre typhoïde continue de faire succomber marin après marin et Claire, avec l’aide du jeune Mr. Pound (Albie Marber), cherche désespérément à arrêter l’épidémie et à isoler sa source. Elle se lie rapidement au jeune Elias Pound qui, du haut de ses 14 ans, l’aide avec les malades et lui procure tout ce dont elle a besoin pour les soigner. Mais lorsque Mr. Pound perd l’un de ses camarades, il demande à Claire comment elle fait pour ne pas être affectée par l’omniprésence de la mort sur le bateau. Elle lui explique alors que du fait de son métier, elle a appris à se détacher de tout cela et à ne pas se laisser affecter par la mort, sinon elle ne pourrait jamais sauver de vies.

Cette scène est un moment clé de Heaven and Earth, pendant laquelle le jeune Mr. Pound donne à Claire une patte de lapin en guise de porte-bonheur, un cadeau qu’il a lui-même reçu de la part de sa mère. La patte de lapin nous ramène une nouvelle fois à Brianna. Des lapins, on en a vu ou entendu parler depuis le début de la saison ; il y avait un lapin sur le champ de bataille à Culloden, ou encore dans le berceau de Brianna. Le lapin est l’animal préféré de la fille de Claire et elle se voit donc donner par le jeune marin un symbole lui rappelant sa fille, une personne à laquelle Claire est attachée. C’est donc sans surprise que lorsque Mr. Pound succombe à la maladie à la fin de l’épisode, Claire finit enfin par ne pas pouvoir se détacher de l’événement et à fondre en larmes devant le corps du jeune homme avec qui elle avait tissé des liens et qui lui rappelait, d’une certaine manière, son propre enfant. C’est pourquoi elle lui rend sa patte de lapin, et qu’elle le laisse, dans un délire fiévreux, l’appeler « maman ».

 

Sauver Jamie

Si Claire est déjà bien occupée à bord du Porpoise, elle se rend vite compte qu’elle n’est pas au bout de ses peines lorsqu’elle découvre qu’il y a à bord du navire un homme qui a reconnu Jamie comme étant Alexander Malcolm. Les événements de Crème de menthe reviennent alors faire surface et Claire découvre que si Jamie est capturé par les Anglais, il se fera très probablement exécuter pour meurtre et sédition. Une fois encore, être l’épouse de Jamie Fraser n’est pas de tout repos et Claire cherche désespérément à mettre la main sur le marin ayant reconnu Jamie, ainsi qu’à prévenir ce dernier de ce qui l’attend. Le marin en question s’avère être Harry Tompkins (Ian Reddington), l’homme de main de Sir Percival. Dans une scène des plus surprenantes, Claire le confronte et va même jusqu’à hésiter un moment, un outil tranchant de chirurgie à la main, à régler le problème de manière drastique. C’est un instant important pour le personnage de Claire qui d’habitude ne jure que par son serment d’Hippocrate et semble soudain considérer la possibilité d’ôter une vie. Au final, elle choisit de ne pas le faire de cette manière, mais place Tompkins en détention avec l’homme à l’origine de la fièvre typhoïde, ce qui finalement semble laisser penser que Tompkins ne sortira pas forcément vivant de cette histoire.

Ce second fil narratif du côté de Claire vient au final rejoindre la trame de Jamie : elle aussi est prête à tout pour retrouver et sauver son mari. Avec l’aide de Mrs. Johansen (Chanelle de Jager), Claire essaye de faire faux bond aux Anglais alors qu’ils font arrêt sur une île, mais elle se fait arrêter par le capitaine, qui est parfaitement au courant de ses intentions au sujet de son mari. Alors une fois de retour sur le Porpoise, Claire tente le tout pour le tout et, avec les encouragements de Mrs. Johansen, une nouvelle amie sortie un peu de nulle part, Claire saute par-dessus bord avec l’espoir de pouvoir rejoindre Jamie d’une manière ou d’une autre. Cette fin d’épisode est un peu farfelu, mais néanmoins efficace, et permet de faire revenir Claire l’intrépide au devant de la scène. Entre Claire et Jamie, les spectateurs d’Outlander ne sont jamais vraiment au bout de leur surprise.

Écrit par Luke Schelhaas, lui aussi nouveau venu au sein de l’équipe de scénaristes d’Outlander cette saison, Heaven and Earth s’avère être un épisode plutôt efficace, même s’il comporte quelques lenteurs. L’écriture de Schelhaas laisse entrevoir qu’il connaît bien son sujet et qu’il a soigneusement utilisé des éléments des épisodes précédents pour concocter celui-ci. Les performances de Caitriona Balfe et du jeune Albie Marber sont remarquables et la mise en scène de David Moore est une nouvelle fois captivante. Maintenant, Claire est seule en mer et cela promet donc un prochain épisode des plus exotiques. La course contre la montre pour retrouver Jamie est enclenchée et la suite d’Outlander promet donc d’être encore une fois riche en péripéties.

Outlander S03E10 « Heaven and Earth »
Diffusée en France sur Netflix, au rythme d’un épisode par semaine en US+24.
Série développée par Ronald D. Moore
Épisode réalisé par David Moore
Avec Caitriona Balfe, Sam Heughan, César Domboy, Lauren Lyle

Partager