#Analyse Yuri On Ice : La pudeur des sentiments

#Analyse Yuri On Ice : La pudeur des sentiments

yuri_on_ice_5362C’est un anime qui a beaucoup fait parler de lui en cette fin d’année. Douze épisodes d’une vingtaine de minutes, qui se sont terminés, pour la saison 1, le 21 décembre 2016. Un épisode était diffusé tous les mercredis soirs, engendrant attente et frénésie sur les réseaux sociaux. Un anime qui pourtant parle… de patinage artistique.

L’auteur, ici, doit vous faire un aveu. Celui d’avoir suivi pendant longtemps les championnats d’Europe de patinage artistique, qui auront lieu cette année du 23 au 29 janvier 2017. Est-ce pour autant que ceux qui n’ont jamais regardé Brian Joubert danser sur The Lord of the Dance seront complètement perdus ? Pas forcément.
L’histoire est assez simple, sans vouloir trop en dire : Yuri est un patineur japonais d’une vingtaine d’années qui s’est complètement planté lors de sa finale aux championnats du monde. Humilié devant son idole, le russe Victor Nikiforov. Il rentre chez lui, décidé à abandonner la glace. C’est alors qu’il découvre dans l’onsen familial, Victor en tenue d’Adam, qui lui propose de devenir son coach pour la nouvelle saison. C’est alors le début d’une grande aventure, sur et en dehors de la glace.

Entraînements, rencontres avec les compétiteurs, désillusion, histoire d’amitié et d’amour. C’est un vrai anime de sport, sur un sport souvent moqué pour ses tenues et ses musiques parfois passées, mais bien plus. C’est une histoire d’amour et de confiance. On entre donc dans la partie SPOILER du papier.

maxresdefaultCôté sport, déjà, la série est plébiscitée, non seulement par les amateurs de patinage, mais aussi par des patineurs eux-mêmes, au premier plan desquels la Russe Evgenia Medvedeva qui a cosplayé Yuri, s’est vue récompensée sur Twitter d’un dessin de la créatrice de la série. Nous avons aussi l’Américain Johnny Weir, dont certains costumes, la couronne de fleur de Victor par exemple, furent au départ de l’inspiration de la série (voir ici, une excellente interview du patineur). D’autres patineurs se sont reconnus au travers de la série, et l’ont fait connaître, sur les réseaux sociaux, échangeant avec les créateurs, autant qu’avec les fans. Parmi les patineurs célèbres, citons aussi Stéphane Lambiel, qui apparaît dans un caméo au cours du dernier épisode.
Nous sommes alors face à un phénomène qui draine et amateurs d’anime et amateurs de patinage artistique, le tout dans une frénésie liée à l’animation, avec Sayo Yamamoto à la réalisation, et à l’histoire racontée par la scénariste Mitsurō Kubo.

yuri_00Car en effet, au-delà du sport, c’est l’histoire de Yuri, de Victor, de leur antagoniste Yurio, dans une grande histoire d’amour. Pour Yuri, le thème de sa saison de sport est l’amour, mais cet amour est surtout celui qui lie le monde. C’est le cœur même du récit. Qu’il soit d’ailleurs amoureux, amical, familial. Chaque personnage, du plus important au plus secondaire, décline ce récit. Depuis Georgi qui vit mal sa rupture à l’admiration éperdue de Minami pour Yuri, tous vont apprendre à des degrés divers l’importance de ce lien qui les relie aux autres. Mais personne plus que Yuri et Victor.
La véritable maîtrise de cet anime, outre des scènes de danse sur glace absolument somptueuses (bon, ok, ça dépend aussi parfois du temps accordé aux passages sur la glace, certaines animations étant plus maladroites que d’autres), est dans l’art du récit. Pas un personnage secondaire qui ne soit superflu. Par petites touches, vous pourrez toujours les admirer en arrière-plan, depuis les triplées de Yuko aux autres compétiteurs. L’équilibre est impossible, dans un récit aussi court, et pourtant personne n’est mis de côté. Certes, la majorité des personnages sont des hommes (nous sommes dans la compétition masculine), mais de nombreux personnages féminins émaillent le récit de leur présence. De plus, si toute la première partie est dédiée au point de vue de Yuri, avec parfois des échappées du côté des autres personnages, à partir de l’épisode 10, tout bascule et nous voilà, enfin, dans la tête de Victor. L’équilibre est rendu, l’histoire prof-élève devient réellement une relation d’égal à égal.

yuri-on-ice-episode-10-recap-episode-11-spoilers

Beaucoup serait à dire, raconter, analyser dans ce face-à-face entre Victor et Yuri. Cette rencontre amoureuse, qui se dessine petit-à-petit, d’abord dans l’excès, puis par un baiser, une bague, une promesse et une danse en duo. Nous sommes dans un cheminement délicat, chaque pas les entraînant plus haut, avec ses doutes et ses trébuchements. Ici, et c’est la finesse de Yuri on Ice, tout reste dans la retenue et la pudeur. Qu’il s’agisse aussi bien de l’amitié d’Otabek le Kazakh et Yurio le Russe (dont pourtant, les relations entre les deux pays restent compliquées), de l’amour beaucoup trop envahissant d’un Michele envers sa sœur, Sara, de la présence des familles ou des supporters, du Québécois Jean-Jacques et de sa fiancée, tout est dit à demi-mots, mais de façon suffisamment forte pour que cela soit entendu par le spectateur.

yuri-on-ice2Bien entendu, l’histoire de Yuri et Victor est bien trop belle. Jamais aucun patineur ne s’est produit en couple avec un patineur du même sexe, et ceux qui ont osé faire leur coming-out ont souvent eu à faire à une réalité très homophobe. Des pays comme le Japon ne sont pas en reste, et certains sur Tumblr ont d’ailleurs écrit sur le problème de la fétichisation des boy’s love dans les mangas, quand la réalité est extrêmement différente. Pourtant rien ne nous préparait à tant nous investir dans l’anime. Car cette histoire d’amour va au-delà d’une simple attirance. Elle est le symbole de tout ce qui tire l’homme vers le haut, toute la confiance qu’il a en lui, et en les autres, et tout le cercle vertueux qu’il devient. Grâce à ce couple, les autres aussi vont se surpasser. Le tout en traitant avec délicatesse (et souvent aussi avec humour) de l’attirance, la relation, les révélations, le grand amour. Une histoire aussi où de nombreuses nationalités et couleurs de peaux sont représentées (on attend, certes, encore Surya Bonaly mais…).
uo5twbaLa transformation devient aussi physique, Yuri devient un homme, Victor un coach, Yurio surpasse les prima donna, JJ se révèle être un homme. Il n’y a personne de bon ou de mauvais dans cet univers, et tous ont le droit d’être complexes. (Même Georgi est traité intelligemment. S’il est un monstre de jalousie et tente de récupérer son ex en la menaçant, elle l’enverra bouler très franchement, avant qu’il ne se reconstruise. De son propre côté.)

Yuri on Ice, c’est la preuve que 2016 a été sauvée.

 

Partager