Anthologie en roue libre (The Romanoffs / Amazon)

Anthologie en roue libre (The Romanoffs / Amazon)

Note de l'auteur

Comment rebondir après Mad Men ? Matthew Weiner — son créateur — tente d’y répondre en se dispersant dans une anthologie dont les débuts sont aussi vains qu’inoffensifs.

Sur le papier, le projet est ambitieux : une anthologie (soit une collection de récits indépendants) regroupant des personnages contemporains plus ou moins — surtout moins — liés avec la dynastie des Romanov, lignée impériale russe dont les derniers d’entre eux furent assassinés à Iekaterinbourg en 1918. Chaque récit se déroule dans une région distincte du globe et comme la réputation de Mad Men n’est plus à faire, actrices et acteurs de renom se sont précipités pour y participer.

Si l’étendard Mad Men a gardé toute sa superbe, Matthew Weiner est, quant à lui, très nettement descendu de son piédestal. L’an dernier, la scénariste Kater Gordon (titulaire d’un Emmy pour son travail sur la série justement) accusait Weiner d’harcèlement sexuel. Une allégation qu’il a d’abord niée mais pour laquelle il est désormais bien moins confiant puisqu’il prétend ne pas se souvenir de l’avoir proférée…

On a moins la mémoire courte chez Amazon où on tient visiblement le papa de Don Draper en haute estime. Weiner y dispose ainsi d’une carte blanche puisqu’il a non seulement pu produire une anthologie (qui reste rare hors du cadre d’une série de genre), que la durée des épisodes n’est vraiment pas un problème (ils dépassent tous les 80 minutes !) et qu’il a même obtenu une diffusion hebdomadaire (du jamais vu ou presque chez Amazon).

Malgré tout cela, le produit fini est très décevant. Alors bien sûr, on se gardera à ce stade de faire des affirmations péremptoires. Nous n’avons vu que trois épisodes (et nous ne dévoilerons rien sur le troisième) mais la perception d’ensemble navigue entre l’amusement poli et l’embarras. Le fil conducteur russe apparaît comme un prétexte assez grossier. Le format de l’anthologie semble neutraliser la quête d’enjeu consistant, les narrations donnant l’impression de fonctionner en roue libre sans la vivacité/tonalité d’une Inside n°9 par exemple.

Le premier épisode (quel faux départ !) est un vaudeville mollasson autour d’un américain (Aaron Eckhart) installé à Paris avec une femme bien plus jeune (Louise Bourgoin). Le couple lorgne sur le vaste appartement de la vieille tante du premier, une acariâtre (Marthe Keller) qui a bien du mal à s’entendre avec une femme de chambre d’origine tunisienne (Inès Melab) et seul personnage sympathique d’un épisode qu’on oubliera très vite.

Le deuxième épisode est plus intéressant en ce sens qu’il part sur un faux rythme avant de se poursuivre en se scindant vers deux escapades et pour se conclure façon Hitchcock. Shelly (Kerry Bishé) et Michael (Corey Stoll) forment un couple qui n’est plus en phase. Alors qu’elle part en croisière, lui préfère s’embarquer dans un devoir de jury qui le voit assister à un procès pour meurtre. Chacun va faire l’expérience d’une aventure extraconjugale un peu bateau ! Bishé et Stoll tiennent néanmoins l’épisode à bout de bras.

On retrouve donc ici avec soulagement un certain savoir faire dans la direction d’acteur qui faisait le charme de Mad Men. Weiner est crédité à la réalisation de tous les épisodes qu’il signe en compagnie de Chris Manley, son directeur de la photographie fétiche. Formellement, The Romanoffs est un tout autre animal. L’ampleur des tournages avec de nombreux extérieurs contraste forcément avec le cadre Mad Men qui se déroulait essentiellement en studio. La transition ne leur réussit pas forcément et on aura vite fait de penser que Manley est surtout un homme d’intérieur.

N’est-ce pas finalement là que se trouve la limite de Matthew Weiner et consorts, à savoir la difficulté d’exprimer un propos fort dès lors qu’ils ne sont plus sous la contrainte ? Il faudra sûrement en voir un peu plus pour en avoir le cœur net. Une seule certitude : Mad Men est un peu plus loin derrière nous !

The Romanoffs (Amazon) saison 1 en 8 épisodes.
Série créée et écrite par Matthew Weiner.
Détails des épisodes (titres, castings et dates de diffusion) à consulter ici.

Visuel : The Romanoffs / Jan Thijs © Amazon Prime Video

Partager