Archer, dans la Danger Zone (bilan de la saison 4)

Archer, dans la Danger Zone (bilan de la saison 4)

Note de l'auteur

Archer et Cheryl/Carol

Après trois saisons de haute facture, Archer revenait pour une quatrième bien excitante. Si vous ne la suivez pas (vous devriez), Archer, c’est l’histoire d’une agence d’agents secrets, ISIS, où travaille l’agent le plus mégalo de la terre : Sterling Archer.

Archer est une version presque plus fidèle du personnage de James Bond que les adaptations ciné de James Bond. Il est alcoolique, couche avec tout ce qui bouge (du moment qu’elles sont jolies), et est d’une efficacité incroyable. Sa « M » est sa vraie maman, avec qui il n’a pas coupé le cordon et continue d’avoir des rapports qu’on qualifiera gentiment de malsains.

Pendant trois saisons, Archer est passé par tous les états: il a été amoureux éconduit quand Lana, autre agent d’ISIS, se mit en couple avec le comptable de l’agence, Cedric. Il a eu un cancer. Il s’est marié, avec un cyborg. Et elle est morte. Archer, et c’est l’une de ses grandes qualités, n’hésite jamais à taquiner le dramatique quand il le faut, sans jamais perdre son aspect humoristique (oui, même sur le cancer).

Cette année repartait avec un épisode spécial, faux crossover avec Bob’s Burgers. Archer se retrouvait dans les vêtements de Bob, avec sa famille et son boulot, sans se souvenir de son passé. Une fois sa mémoire revenue, suite à une fusillade dans un SPA, la saison régulière démarre.

Pam et Cyril

La saison tourne autour (et un peu plus que d’habitude) des relations conflictuelles entre Lana et Archer, autrefois couple. Archer n’a qu’une envie, retourner avec Lana. Mais cette dernière a du mal à gérer l’égo d’Archer et, soyons clair, le fait qu’il soit un connard arrogant. Lana, lassée de ne pas être prise au sérieux par Archer, va retourner dans les bras de Cyril (qu’Archer déteste presque autant que Michael Scott déteste Toby Flenderson dans The Office).

Cette année, la série sort des guests maison avec deux stars d’une autre série FX, Justified : Timothy Olyphant et Nick Searcy. Elle garde le meilleur pour la fin avec un méchant interprété par Jon Hamm (ce mec est partout, et c’est tant mieux). Aussi réussie soit-elle, on regrettera les répétitions entre les épisodes 3×06 “Once bitten…” (au demeurant très drôle) et le 3×08 “Coyote Lovely” (moins bon). Les deux nous montrent Archer souffrir après une blessure, être à deux doigts de mourir, mais se gavant continuellement d’alcool.

Lucas Troy (Timothy Olyphant) et Archer, juste copains

Au rang des grosses réussites de la saison, le second épisode, avec Timothy Olyphant dans le rôle d’un ancien partenaire d’Archer, qui revient lui demander de l’aide pour prouver son innocence. Durant tout l’épisode, des allusions courent entre les deux hommes et sur une supposée attirance. C’est non seulement drôle, mais aussi une vraie réussite au final (alors que ça aurait pu être un désastre total).

Le quatrième épisode, “Midnight Ron”, se concentre sur le nouveau petit ami de maman Archer, Ron Cadillac, vendeur de voitures et extérieurement sans histoire. Son passé le rattrape (bien plus excitant que sa vie d’aujourd’hui), et Archer doit lui venir en aide. Le 3×07 “Live and Let Dine”, est aussi réussi. ISIS doit remplacer l’équipe d’un chef cuisinier suivi par une équipe de tournage (un simili-Gordon Ramsay), pour empêcher la mort d’un ambassadeur.

Archer et Ron Cadillac, qui reçoivent du monde

“The Honeymooners” est excellent, mettant en avant les rapports Lana-Archer, la jalousie de Cyril, et la propension à se mêler de tout des toujours hilarantes Pam et Cheryl/Carol. N’oublions pas “The Papal Chase”. Pour sauver le Pape, ISIS décide de le remplacer par son sosie parfait : Woodhouse, le majordome grabataire toxicomane d’Archer. Le double-épisode final “Sea Tunt”, en plus d’avoir Jon Hamm au casting, récupère les “enfants” Belcher (Bob’s Burgers), Kristen Schaal et Eugene Mirman.

Au centre, Jon Hamm. Méconnaissable, hein ?

Qu’est-ce qu’on peut clairement reprocher à Archer cette saison ? Peut-être de ne pas avoir assez poussée son arche narrative. Deux éléments récurrents viennent ponctuer la saison. D’un côté, le retour d’un ennemi juré d’Archer, dont on attend qu’il vienne essayer de l’éliminer. Ça n’arrivera pas. De l’autre, les mentions de plus en plus régulières au fait qu’ISIS n’agit clairement plus pour “les forces du bien” mais pour le plus offrant, et les soucis que ça provoque au sein de l’équipe.

Cette saison, il n’y aura qu’un payoff, très centré sur les personnages, et très réussi, car révélant une humanité insoupçonnée. Et au pire, on peut juste se contenter des plans sur Krieger, le savant d’ISIS, recouvert de coke, en train de modifier un UZI en écoutant de la musique techno.

Une saison au niveau la précédente, qui certes passe à côté d’une narration plus ambitieuse, mais est toujours aussi drôle, aussi provocante et bien réalisée. Une saison réussie, tout simplement.

ARCHER, Saison 4 (FX)

Showrunnée par Adam Reed

Avec : H. Jon Benjamin (Sterling Archer), Judy Greer (Cheryl /Carol.), Amber Nash (Pam Poovey), Chris Parnell (Cyril Figgis), Aisha Tyler (Lana Kane), Jessica Walter (Malory Archer)

Partager