• Home »
  • INTERVIEWS »
  • Arnaud Tsamère (Hero Corp) : « Captain Sport Extrême est extrême dans tout ce qu’il fait. »
Arnaud Tsamère (Hero Corp) : « Captain Sport Extrême est extrême dans tout ce qu’il fait. »

Arnaud Tsamère (Hero Corp) : « Captain Sport Extrême est extrême dans tout ce qu’il fait. »

Photo Calt Productions

Pour fêter le retour de Hero Corp avec sa troisième saison, le Daily Mars vous propose de retrouver chaque semaine un entretien avec un membre de l’équipe. Cette semaine, place à Arnaud Tsamère, le fameux Captain Sport Extrême. 

Va-t-on en apprendre plus sur le passé de Captain Sport Extrême dans cette saison 3 ?

Non. Mais Simon a prévu quelque chose dans les semaines qui viennent. Et on en connaîtra plus sur le passé de Captain Sport Extrême, non pas via la série, mais à travers autre chose. Je ne peux pas en dire beaucoup plus.

Comment expliquez-vous que votre personnage soit l’un des plus aimés des fans ?

Je crois qu’on aime bien les losers. C’est toujours attachant un loser qui frime un peu. C’est vrai que dans Hero Corp, il y a beaucoup de losers. Mais les caractéristiques du pouvoir de mon personnage sont quand même assez rigolotes ainsi que son costume multicolore.

Est-ce que Simon Astier vous donne des informations sur le passé de votre personnage ou est-ce qu’au final, vous en savez autant sur lui que le spectateur ?

Je suis arrivé sur la première saison de la série un peu au dernier moment. Du coup, avec Simon, on a pas eu le temps de travailler sur le passé du personnage. D’ailleurs, ce travail, on le fait rarement avec les metteurs en scène et je pense qu’on devrait faire plus souvent. Mais Simon et Arnaud Joyet m’ont donné des références, notamment à certains profs de sport que j’ai pu connaître, qui m’ont tout de suite parlé. Voilà comment nous avons construit Captain Sport Extrême. Et puis aussi en délirant ensemble, en imitant sa voix entre nous.

Est-ce que Simon vous a juste proposé un rôle dans Hero Corp ou est-ce qu’il s’agissait tout de suite de celui de Captain Sport Extrêmes ? 

Je n’étais pas censé jouer dans la saison 1. À l’époque, je ne connaissais pas autant Simon. On avait juste fait Off Prime ensemble mais il n’y avait pas de rôle pour moi dans Hero Corp. D’ailleurs l’une des qualités de Simon est de ne pas chercher à systématiquement placer ses copains mais de choisir les gens qui collent bien aux rôles. Je trouve ça chouette. Sauf que pour Captain Sport Extrême, il s’est retrouvé dans la merde à quelques jours du tournage. Et c’est Arnaud Joyet qui lui a dit :  » Tsamère, ça lui fera plaisir de le faire. » Et il s’est trouvé que le rôle me correspondait bien. Donc je me suis retrouvé par hasard sur la saison 1. Un heureux hasard parce que même si je n’ai tourné que dans un épisode, j’ai rarement autant rigolé.

Photo Calt Productions

Est-ce que Captain Sport Extrême va arriver à pécho cette saison ? Parce que dans le dernier teaser, on a l’impression qu’il va vraiment essayer en tout cas…

Ah, il est extrême dans tout ce qu’il fait, dans tout ce qu’il entreprend, y compris dans la drague, et dans les réactions qu’il prend dans la gueule. En même temps, il n’y a pas 10000 personnages féminins dans la série, donc il ne s’en prend pas trop.

La Bourgogne vous a plu ? Il paraît que les conditions de tournage étaient drastiques, surtout pour vous qui deviez jongler entre la tournée et le tournage ?

Ah oui, ça m’a plu ! Mais oui, c’était dans la continuité d’une année assez chargée. Et au niveau de la température, c’était assez insupportable. Mais ça nous fait des bons souvenirs.

On sait que vous êtes un adepte de l’improvisation…  Est-ce qu’une certaine place est laissée à l’impro dans Hero Corp ?

Il n’y a pas d’improvisation pure. Mais on a le droit de faire des propositions à Simon… En fait, on n’a pas le temps de tester des choses en impro parce que sur un tournage, le temps, c’est de l’argent. Et sur Hero Corp on n’a pas beaucoup d’argent.

Quel souvenir gardez-vous de la conférence à la Comic Con Paris l’été dernier ?

C’était incroyable de voir tout ces gens présents pour la série. Ce moment très particulier nous a rappelé que ça valait le coup de tourner Hero Corp.  On était aussi content pour les fans qui se sont battus pour qu’il y ait une troisième saison.

Photo Daily Mars

Est-ce que vous vous inquiétez toujours pour l’avenir de la série ?

Un peu moins maintenant parce que je suis persuadé que la saison 3 va marcher et qu’on va faire un belle saison 4. Je n’ai aucune info là-dessus évidemment, mais je le sens comme ça.

Quel est votre meilleur souvenir  sur les 3 saisons de Hero Corp ?

Quand j’ai tourné le bonus sur la cascade dans la saison 1. Avec le recul, je me dis que c’était un grand moment.

Vous allez jouer les dernières représentations de votre spectacle « Chose Promise » en 2014 : est-ce qu’au bout d’un moment, on n’en a pas un peu marre de jouer le même spectacle ?

Non avec ce spectacle-là. C’est un joli spectacle dont je ne me lasse pas. Une seule chose m’a décidé d’arrêter : après l’Olympia, c’est compliqué de se motiver pour jouer dans une autre salle à Paris. Et puis j’ai fait trois tournées avec « Chose Promise ». Je pense donc qu’on est arrivé au bout. Mais je ne me suis jamais lassé de le jouer. Et j’espère que ce sera le cas avec le prochain spectacle.

Alors à quand un nouveau spectacle ?

On a commencé à travailler avec Arnaud Joyet. Aujourd’hui, par exemple, on a écrit une page. Et pour le moment, c’est la seule. C’est vous dire le chemin qu’il nous reste à parcourir ! Impossible donc de dater la première du prochain spectacle. Mais c’est prévu !

Propos recueillis par Marine Pérot le 16 septembre 2013.

Partager