Pilote automatique : Backstrom (FOX)

Pilote automatique : Backstrom (FOX)

Note de l'auteur
L'affiche dit tout ? Oui. Mais on aurait aimé que l'intrigue du pilote donne plus de relief à cette idée.

L’affiche dit tout ? Oui. Mais on aurait aimé que l’intrigue du pilote donne plus de relief à cette idée.

L’histoire : Everett Backstrom, le chef de la brigade des homicides de Portland, est agressif et irascible. Il ne vit que pour son boulot (dans lequel il excelle) mais est en train de se détruire à petit feu. Voilà pourquoi le docteur qui le suit dans le cadre du travail tire la sonnette d’alarme.

Autour de la série : exfiltré d’une série de romans scandinaves écrits par par le suédois Leif G.W. Persson, Backstrom est interprété par l’excellent Rainn Wilson (The Office, Six Feet Under). La série est développée par Hart Hanson (Bones), qui collabore une fois encore avec la FOX alors que le projet avait été dans un premier temps commandé par CBS. Dennis Haysbert (24), Kristoffer Polaha (Mad Men, Ringer) et Genevieve Angelson (House of Lies) sont également au générique.

Avis : depuis la fin de House MD, la case « héros très doué et faussement misanthrope » est libre sur la FOX. Et on se doute bien qu’en récupérant ce polar très classique, ses dirigeants essaient de renouer avec une recette qui a marché.

La recette, c’est justement ce qui est au coeur du dilemme Backstrom. Lorsqu’une nouvelle série de network débarque, les téléspectateurs savent qu’ils vont souvent retrouver une saveur, un parfum connu, mais cherchent aussi une pointe d’originalité. Quelque chose qui donne au projet un goût particulier.

Problème : pendant une demi-heure, Backstrom est franchement fade. Pas le héros Backstrom, impeccablement incarné par Rainn Wilson (une excellente idée de casting : cet homme est un des comédiens les plus doués de sa génération), mais bien la série : le pilote pose effectivement les bases d’un polar qui emprunte les rails du procedural tout en déclinant d’une part feuilletonnante dans le récit… mais on s’ennuie.

Kristoffer Polaha, le srgent Niedermayer. Photo Fox

Kristoffer Polaha, le srgent Niedermayer. Photo Fox

Pas de surprise dans l’enquête, pas d’aspérités vraiment particulières chez les personnages récurrents : rien de réellement folichon à l’horizon. Hart Hanson fait le job sans imagination.

La fin de l’épisode cependant, avec la confrontation de Backstrom et du coupable sur le toit, laisse à voir la spécificité du personnage. Son don pour les enquêtes est une malédiction : il est en train de le bouffer de l’intérieur. Certes, ce n’est pas d’une originalité à tomber de son fauteuil mais le talent de Rainn Wilson parvient à susciter de l’intérêt. Son interprétation creuse la densité du dilemme. On voit ce que la série pourrait être… sans être franchement sûr qu’elle le sera un jour.

Episode 2 ? Oui. Par curiosité. Mais sans un enthousiasme débordant. Le premier épisode a en tout cas bien marché, il a rassemblé huit millions de téléspectateurs.

BACKSTROM (FOX)
1.01 – Pilot.
Série développée et showrunnée par Hart Hanson
Scénario : Hart Hanson
Réalisation : Mark Mylod
Distribution : Rainn Wilson (Everett Backstrom), Genevieve Angelson (detective Nicole Gravely) Kristoffer Polaha (sergent Peter Niedermayer), Dennis Haysbert (detective John Almond), Beatrice Rosen (Nadia Paquet), Thomas Dekker (Gregory Valentine).

Partager