BEST-OF : Dessine-moi…

BEST-OF : Dessine-moi…

Petit récapitulatif estival de la saison de « Dessine-moi » de la rédaction. Venez lire (ou relire) nos décorticages d’un showrunner, d’un cliffhanger, ou d’un Bottle Episode. Bonne lecture !

Dessine-moi un showrunner

« Si, au final, son rôle s’apparente à celui d’un producteur pur et dur, ou se rapproche du poste de réalisateur au cinéma, c’est dans son pedigree qu’il faut chercher sa grande spécificité: c’est un scénariste. Un créatif pur jus. Tout le système des séries américaines tient sur les épaules d’un homme qui sait écrire, qui vit dans l’imaginaire, à qui on demande, le jour béni où sa série entre en production, de devenir responsable du boulot de centaines de personnes, à la tête d’un budget de plusieurs millions de dollars. »

Dessine-moi un cliffhanger

« Le but du cliffhanger est de continuer à exister dans l’esprit du téléspectateur quand celui-ci n’a pas accès à sa série préférée. Le cliffhanger est un outil qui est à la fois lié à la télévision de qualité et la télévision de consommation la plus primaire. Originellement, on trouvait les cliffhangers dans les soaps de journée. Des œuvres dont le but n’est pas la stimulation intellectuelle, loin de là. Ces histoires, qui avancent à la vitesse d’un escargot sous tranxène, quotidiennes, utilisent le cliffhanger à chaque fin d’épisode. Pour que le téléspectateur revienne, ne se pose aucune question sur la qualité du projet. On joue sur son attachement au personnage (entretenu par des mois de “connivence” quotidienne). “Que va-t-il arriver à… Brendon ? Va-t-il survivre ? Ashley est-elle vraiment sa mère ? Est-ce vraiment Brendon ou son jumeau malfaisant Brendan ?…” « 

Dessine-moi un Bottle Episode

Seinfeld : « The Chinese Restaurant »

« Un bottle episode, quand il est bien réalisé, peut devenir un grand moment de télévision. La série y est ramenée à sa plus simple expression, se recentre sur ce qui doit être son point fort par essence : ses personnages et leurs interactions. Un bottle episode, c’est aussi la possibilité de sortir de la routine de production d’une série, et donc de marquer durablement les esprits. C’est aussi un moyen de révéler les caractères. Enfermés, coupés du reste du monde, certains personnages peuvent aller jusqu’à donner des informations qu’ils n’auraient jamais lâchées autrement. D’épisode “fauché”, il devient épisode majeur. »

Partager