Revue de presse : Le bilan de la saison 2012/2013 de la télévision américaine

Revue de presse : Le bilan de la saison 2012/2013 de la télévision américaine

La saison 2012-2013 est en train de s’achever en ce moment même aux États-Unis. L’occasion pour les journalistes de faire un état des lieux de la télévision américaine et, pour le Daily Mars, de confronter ses analyses.

La saison 2012-2013 fut loin d’être une saison brillante pour les nouveautés. Seulement 10 nouveaux dramas auront été renouvelés cette année, Nashville sur ABC et Chicago Fire sur NBC. Côté nouvelles comédies, ce n’est pas beaucoup plus glorieux puisque seulement deux d’entre elles auront survécu à la curée.

Pour les séries déjà à l’antenne, ce n’est pas beaucoup mieux. Vulture  a même publié un graphique des plus déprimants où l’on peut voir que de nombreuses séries subissent des baisses de plus de 20 % dans leur 2ème ou 3ème saison. Tous ces chiffres tendent à montrer que cette mauvaise saison n’est pas la première, mais qu’au contraire, ce temps maussade pour la télévision américaine est bien installé, sans anticylone en approche.

Les chiffres sont si tristes que les chaînes se tirent la bourre pour déclarer détenir « la série numéro 1 des séries de 2012/2013″. Revolution, The Following et Elementary, c’est en tout cas l’une des trois. Mais le plus triste, c’est que leurs audiences ne sont rien quand on les compare à celles de la seule chaîne qui sort victorieuse de cette triste saison, je parle bien sûr de CBS.

Mais peut-on parler de vainqueur ? Face à la montée du câble et de la télévision de rattrapage, les diffuseurs ne se sentent plus « contraints par le calendrier traditionnel de diffusion » et dans ce contexte de concurrence accrue, difficile de garder la tête froide.

 

The Big Bang Theory, gros succès de CBS

CBS, la championne

Pour la première fois depuis 21 ans, CBS est première sur la cible des 18-49 ans. Elle était déjà la première sur le nombre total de téléspectateurs pour la dixième fois en 11 ans. La chaîne des « papys », comme on aime la caricaturer, a réussi à rajeunir son public suffisamment pour ravir la première place à la FOX.

La chaîne semble aller tellement bien, qu’elle s’est même payée le luxe d’annuler deux séries qui avaient plus d’audiences que la plupart des succès des autres chaînes. Les Experts : Manhattan et Vegas ont ainsi rejoint le cimetière des séries après avoir vaillamment combattu. C’est sympa la vie à CBS : ils ont tellement de succès qu’ils peuvent même mettre de côté les séries qui sont passablement satisfaisantes pour eux.

Mais si on y regarde de plus près (merci encore Vulture), la plupart des séries de CBS ont perdu de l’audience sur la cible des 18-49 ans cette année. Alors oui, la chaîne arrive quand même à être première, mais on ne reste pas premier longtemps avec des audiences en baisse. CBS va devoir transformer l’essai en renouvelant son stock de séries à succès, si elle ne veut pas revenir à la place préférée de Poulidor.

Fox, la déchue

Venez à moi les téléspectateurs ! (James Purefoy dans The Following)

Les temps sont durs pour la Fox. La chaîne n’a pas seulement perdu la première place des networks sur les audiences des 18-49, elle a aussi connu la plus forte baisse d’audience globale des Cinq (20 % quand même !). La plupart de ses séries sont à la peine (à l’exception de Bob’s burger) avec des baisses d’audience allant de 8 % pour Bones à 64 % (!) pour Touch.

La chaîne semble subir le contrecoup de différentes stratégies qui n’ont pas vraiment été payantes. Il y a entre autres la programmation éparpillée sur l’année, qui aurait coûté cher à New Girl,  la baisse des audiences d’American Idol et la diffusion de programmes similaires aux autres networks au même moment.

Heureusement, il y a eu The Following. La série leur a permis de décrocher la meilleure audience sur les 18-49 des nouvelles séries. C’est aussi la première pierre d’une nouvelle stratégie de programmation et de commandes. La chaîne va désormais essayer de sortir du modèle 22-24 épisodes pour permettre une diffusion plus groupée des séries. Kevin Reilly, son président, a même annoncé trois moments phares dans l’année pour le commencement des séries : la rentrée, la fin de l’automne et en plein hiver. En dépit de l’échec des têtes d’affiche sur les autres chaînes, ces séries plus courtes devraient permettre de faire appel à des talents connus du grand public plus facilement (ex : Wayward Pines de Shyamalan ou le retour de 24). La Fox lance les grands travaux, ça s’annonce passionnant à suivre.

CW, la florissante

Le vert a porté bonheur à la CW cette année !

Vous souvenez-vous du temps où tout le monde se moquait de la CW ? Il se pourrait bien que ce temps soit révolu (ok, je m’emballe un peu). Cette année, la CW a réussi l’exploit d’avoir une nouvelle série qui a été un vrai succès (Arrow), d’augmenter l’audience (et la qualité ?) de sa plus vieille série (Supernatural), tout en envoyant à la morgue les séries trop ados pour sa nouvelle grille (Coucou 90210 et Gossip Girl). Alors, ils sont où les Cassandre ?? Coups de pied, balayette, PIF, PAF, POUF.

Bon, je me calme un instant. La CW progresse (8% de hausse de l’audience globale) et c’est sûrement parce qu’elle a compris à qui elle s’adressait : la génération qui regarde la télé en faisant autre chose. La chaîne avait décidé de miser sur le genre et elle continuera la saison prochaine car ça lui a plutôt réussi. Parmi les huits séries qui ont augmenté leur audience globale cette année, deux étaient de la chaîne et parlaient de vampires ou de créatures terrifiantes. La CW va donc creuser le sillon et on pourra voir encore plus de monstres, de vampires et d’aliens l’année prochaine.

ABC, la funambule

Elle ne doit pas son nom à la fameuse chanson des Jacksons Five et pourtant, ses audiences dansent le disco (un coup en haut, un coup en bas). Le network a eu de gros problèmes cette année. Commençons par les chiffres : la chaîne est deuxième des audiences globales mais est distancée de 4 millions par CBS et se place quatrième sur les 18-49 ans. Seules deux nouvelles séries (The Neighbors et Nashville) auront été renouvelées et elles le doivent à la stabilité de leurs audiences et un public loyal.

Les comédies ne sont pas à la fête, mais à côté de ça, certaines séries ont brillé de 1000 feux cette année. Pas grand monde ne pariait sur Olivia Pope et ses gladiateurs à la fin de la saison dernière et pourtant, cette saison, Scandal a augmenté son audience épisode après épisode, se payant même le luxe de dépasser CBS lors des dernières semaines. Diffusée le même jour,  Grey’s Anatomy continue d’attirer les foules bien qu’étant dans sa neuvième année. Que ferait ABC le jeudi sans Shonda Rhimes ? On peut se le demander, surtout quand on voit les cuisants échecs de The Last Resort et Zero Hour.

Malgré l’hécatombe, ABC sait rebondir pour limiter les pertes. La grille d’été se remplit facilement avec les épisodes non-diffusés de Zero Hour, 666 Park Avenue ou Do No Harm. Et quand il n’y a pas de place dans cette grille, le site web de la chaîne est une bonne plateforme pour proposer les derniers opus de Don’t Trust the B****.

Les enjeux pour le network la saison prochaine seront nombreux : se débarrasser de ses cases « mortelles », baisser les coûts de certaines de ses productions comme Nashville, et enfin réussir à lancer de nouvelles comédies qui fonctionnent.

NBC, la rescapée

Les pompiers de Chicago Fire tentent d’éteindre l’incendie de la maison NBC

Nous, au Daily Mars, on est souvent prompt à se désespérer des audiences de la chaîne NBC (comme ici, ici ou). Avons-nous tort ou raison ? La chaîne est troisième sur les 18-49 ans (mais c’est grâce au football) et bonne dernière sur les audiences globales. Mais ça n’empêche pas les critiques américains d’être plus mesurés que nous.

Commençons par le verre à moitié vide. La chaîne a dit « au revoir » à deux comédies très réputées, The Office et 30 Rock, et n’a rien pour les remplacer. Enfin, comme l’écrit Vulture, peu de nouvelles séries ont convaincu le public malgré de bonnes critiques. Sans le football, la chaîne serait dernière des 18-49.

Mais du côté des bonnes nouvelles, il y en a plus qu’on ne pourrait le croire. Buzzfeed souligne notamment que certaines séries de NBC ont un public fidèle, qui les suivra où qu’elles aillent. Le diffuseur de Parks and Recreation, Community, et New York : Unité Spéciale le sait bien. Et a donc décidé de valoriser ces séries-là, en allongeant le nombre d’épisodes de Parenthood par exemple ou en développant un spin-off de Chicago Fire. Variety fait remarquer que le public a légèrement rajeuni, et les jeunes ça consomme, c’est bien connu. Donc, c’est cool pour les publicitaires.

C’est mince, mais quand on s’appelle NBC, on fait avec ce qu’on peut pour trouver des bonnes nouvelles.

 

Partager