Broforce

Broforce

Note de l'auteur

En réponse à la sonde envoyée il y a peu, des Terriens viennent en villégiature sur Mars pour vous proposer des articles sur le Jeu Vidéo. Aujourd’hui, c’est Florian Falcucci qui pose ses valises pour vous parler de Broforce. En Joie
broforceLogo

Broforce est un jeu indépendant développé par Free Lives et édité par Devolver Digital (les mecs qui récupèrent la plupart des jeux indépendants), et rentre dans un genre que l’on peut appeler le “run and gun”, dont son digne représentant est la série des Metal Slug, que tous les fans de Neo Geo (ou les autres) connaissent bien. Le principe est simple: on dirige un personnage surarmé qui va devoir traverser le niveau en tirant sur tout ce qui bouge, mais meurt si une seule balle le touche. Broforce reprend ce principe-là, tout en pixel-art, avec à la clé destructions de décors et gameplay très nerveux. Mais ce qui fait la réputation de Broforce et son plaisir immédiat, c’est de pouvoir diriger les plus grandes figures du cinéma d’action. Evidemment, les développeurs n’ont pas les droits, et se contentent de renommer les personnages en leur affublant le nom “Bro”, histoire de ne pas voir débarquer chez eux des avocats suceurs d’argent. L’idée est géniale puisqu’à moins d’avoir dormi dans une grotte ces trente dernières années, on devinera aisément que Brobocop fait référence à Robocop. Et l’attribution du terme “Bro” permet de renforcer les liens de ces frères d’armes, t’as vu.

 

broforce01

Toujours en béta avec accès en early-access depuis quelques mois déjà, le jeu est déjà très fourni en contenu, avec une campagne longue de plusieurs dizaines de niveaux, des modes de jeux en pagailles en multi et des nouveaux mondes ajoutés au fur et à mesure des mises à jour. A l’heure où j’écris ces lignes, le studio vient d’ajouter un éditeur de niveaux, un nouveau monde au style Europe de l’Est et deux nouveaux personnages, Mad Max et la Mariée de Kill Bill. Chaque personnage dispose de deux attaques: son attaque de base et son attaque spéciale, tous différents suivant le personnage utilisé, certains étant moins efficaces que d’autres. Par exemple, le Judge Dredd possède un tir laser contrôlable à distance tandis que Terminator pourra utiliser sa Gatling avec une puissance incroyable et se transformer en robot afin de compenser le recul de l’arme. Ellen Ripley dispose d’un tir laser très efficace, tandis que Blade ira au corps à corps avec son épée afin de lacérer ses adversaires dans la joie et la bonne humeur. Indiana Jones par contre, fera un peu pitié avec son lasso qui étourdit les ennemis mais pourra néanmoins dégager le chemin à coups de fusil à pompe. Oui, on prend quelques libertés quand le héros en question n’arrive pas à faire le poids avec les autres.

 

broforce02

Le jeu compte environ 25 personnages, tous inspirés de films connus, et on aura même droit à plusieurs héros d’un seul acteur, histoire de rappeler de beaux souvenirs aux amateurs de bon cinéma des années 80. Ainsi, Schwarzy disposera de son alter-ego robotique pour le Terminator, mais aussi de sa version Commando ou de sa version Conan le Barbare, tandis que Chuck Norris aura droit à son Walker Texas Ranger et James Braddock, et Vandamme pour TimeCop ou Universal Soldier. Autant de références qui feront sourire les trentenaires. A plusieurs, le jeu devient sacrément explosif, d’autant plus que les niveaux regorgent de recoins pour tout faire exploser. Le décor devient aussi chaotique que dans un jeu Worms, et l’action pourra même être trop bordélique pour bien distinguer qui est qui dans ce brouhaha de destruction sanglante. Surtout qu’un seul écran (en jeu local, en tout cas) signifie que les joueurs qui n’avancent pas à la même vitesse pourront se retrouver hors écran. Le jeu vous force à changer de personnage à chaque mort ou à chaque libération d’otages (qui vous octroie une vie supplémentaire), ce qui pourrait paraître pénible lorsque l’on veut garder un personnage, mais n’est pas si gênant que ça et fait partie intégrante du gameplay, afin de forcer le joueur à jongler entre les capacités des personnages et les tester tous. Ça rythme bien plus le jeu et le rend bien plus varié.

 

broforce03

La campagne est plutôt riche, permet de débloquer au fur et à mesure les personnages (il suffit de sauver un nombre suffisant d’otages) et se permet même quelques petits boss sympathiques bien que le jeu, globalement, n’est pas si difficile quand on observe bien la structure des niveaux. La fin du stage signifie la montée dans un hélicoptère, et laissera même les autres joueurs sur le carreau puisqu’un seul héros pourra monter dedans, histoire de pousser la fourberie à coopérer jusqu’à la fin puis se mettre sur la tronche pour être le premier à se sauver afin d’échapper à la destruction totale du niveau. Mais si vous préférez combattre les uns contre les autres, le mode arène est là pour ça.

 

broforce04

Pour les non-convaincus, les développeurs ont proposé, à l’occasion de la sortie d’Expendables 3, une version light du jeu mettant en scène les héros du film, Expendabros (http://store.steampowered.com/app/312990/) , avec l’accord de l’équipe du troisième volet. Même si Expendables est la franchise d’action qui crache sur la tronche des fans du cinoche d’action des années 80 (mis à part peut-être le premier), cela donne l’occasion de jouer avec les personnages gratuitement et de tester le gameplay particulier du jeu complet. Le jeu est toujours en béta mais disponible sur Steam.

Prototype encore disponible sur leur site http://www.freelives.net/

Florian Falcucci

Partager