Bruxelles Calling : Gaufre et The Raid 2, par Clara

Bruxelles Calling : Gaufre et The Raid 2, par Clara

Note de l'auteur

The Raid 2Entamée depuis mardi 8 avril et se prolongeant jusqu’au dimanche 20, la déclinaison Belge des festivals en IFFF nous propose cette année encore une programmation qui tape là où ça fait du bien. Et quel meilleur moyen de commencer que d’assister à la projection de The Raid 2 ? Par Clara

Le flyer nous annonçait un film attendu comme le Messie. Le flyer disait juste. Et l’attente était justifiée. Les scènes de bastons sont des merveilles de chorégraphie, de montage chirurgical, d’une précision digne de mécanismes d’horlogerie. Les membres se disloquent, les dents se délogent et les articulations changent de sens (généralement, un genou plie vers l’avant, mais pas dans The Raid 2, pas tout le temps). On y apprend qu’une tête arrachée peut servir d’arme, que le corps humain contient 200 litres de sang et que les combats dans la boue, c’est toujours aussi bien. Mention toute spéciale au meilleur duo d’hommes de main de tous les temps, armés respectivement de matériel de baseball et d’une paire de marteaux, offrant les meilleurs scènes du film.

 Raid-2-Hammer-Bat

Par contre… Là où le premier opus assumait son côté jeu vidéo (une tour, un étage = une BASTON, un boss de fin), la séquelle aspire à être un film. Avec des enjeux. Et ça ne fonctionne pas. L’intrigue se déroule à la suite du premier film, quelques part, tout est assez confus. Des dialogues alignant les lieux communs tentent maladroitement d’expliquer une méga intrigue à tiroirs. C’est long, on ne comprend pas toujours le propos, et ça fait beaucoup attendre entre les scènes où ça se frappe. On salue néanmoins un casting plutôt convaincant entre gueule de mafieux ambiance guerre des gangs et sosie local de Anthony Delon. Pourtant, quand on sait que ce film là aurait dû être le premier de la série, qui faute de moyen fut réadapté a un budget amputé, on se demande s’il ne serait pas extrêmement judicieux de faire se serrer la ceinture aux réalisateurs de film de bagarre. The Raid 2, c’est bien quand ça ne parle pas.

Sur ce, il est temps de rentrer dormir. A demain pour de nouvelles aventures. On causera Terry Gilliam, film posthume et zombies footballeurs ( et vice et versa).

Partager