• Home »
  • CINÉMA »
  • Bruxelles Calling Jour 4 : MADTerror, I’ll Follow You Down et Intruders, par Clara
Bruxelles Calling Jour 4 : MADTerror, I’ll Follow You Down et Intruders, par Clara

Bruxelles Calling Jour 4 : MADTerror, I’ll Follow You Down et Intruders, par Clara

Dernier jour des explorations Belges. Encore quelques films, encore quelques bières, un dernier bisou aux copains. Alors BIFFF, c’est quoi le programme aujourd’hui ? Par Clara.

Sinnside

Sinnside

Comme pour rendre la perspective des adieux moins douloureuse, aujourd’hui c’était pas foufou. On commence par les injustement peu fréquentés court-métrages du festival espagnol MADTerror, avec une sélection effectuée parmi leurs deux dernières éditions. On y remarque Nostalgic Z de Karl Bouteiller, lauréat au PIFFF en 2012, et Sinnside de Miguel Angel Font Bisier, récit horrifico-onirique d’un restaurant qui sert l’âme de bambins kidnappés avec des boules de gomme. C’est beau, froid et il y a 15 idées par plans. Two thumbs up.

 

 

I'll follow you down

I’ll follow you down

On aurait dû s’arrêter là et aller boire des bières avec l’orga. En prime time, I’ll Follow You Down avec Gillian Anderson et le gamin du Sixième Sens. Erreur parmi une programmation réjouissante, ennui profond d’un bout à l’autre, 1h20 de parlotte lacrymale, 20 secondes de voyage dans le temps et un chapeau rigolo. C’est tout. C’était pas fun, pas fantastique, pas intéressant. Un téléfilm paresseux avec des acteurs passés de mode et un réalisateur démissionnaire. On n’a pas compris.

 

 

Intruders

Intruders

Enfin, en guise de baiser d’adieu, Intruders du Sud-Coréen Noh Young-Seok achève de nous rassurer sur l’imminence d’un retour à la vie normale. Un jeune écrivain part s’enfermer dans un chalet un peu paumé en montagne pour se concentrer sur l’écriture de son prochain « non précisé dans le scénario ». Et puis, il croise des autochtones tout chelous et une bande de jeunes tout relous. Et ça désamorce tout ce qui a commencé à se passer. Mais… Il y a un twist ! Que toute la salle avait deviné 20 minutes avant. Bref, so long…

 

Pêle-mêle, on s’est touché les oreilles avec un troll, on a rencontré des gens des Internets et on commence déjà a regretter l’ambiance dans la salle.

BIFFF, malgré cette séparation ratée, tu vas me manquer très fort jusqu’à l’année prochaine.

Partager