Top 5 des choses que l’on a retenu du Festival de Télévision de Monte-Carlo 2014

Top 5 des choses que l’on a retenu du Festival de Télévision de Monte-Carlo 2014

54e Festival de Monte-Carlo : Jane Seymour (Photo Isabelle Ratane)

Jane « Michaelaaaaaa ! » Seymour. Photo Isabelle Ratane

Le rideau est désormais tombé et si vous allez encore entendre parler des rencontres que nous avons faites en Principauté dans les jours et semaines à venir, l’heure est venue de faire la liste des choses à retenir de ces aventures martiennes au pied du Rocher monégasque.

1. Joel McHale et Gillian Jacobs, c’est un duo adorable

Pas facile de venir parler d’une série annulée et dont on ne sait si elle va revenir la vie à un moment ou à un autre… Les interprètes de Britta Perry et Jeff Winger ont pourtant assuré. Chez nous comme chez d’autres confrères, les deux comédiens ont souvent fait le show… sans zapper les questions qui étaient posées. Détourner un entretien c’est facile. Le faire en se payant la tête de vos interlocuteurs, c’est peut-être tentant. McHale et Jacobs ont su s’emparer de l’échange sans jamais se dérober et en respectant le cadre donné. Chapeau.

2. Jennifer Morrison, la jolie surprise

On n’avait pas d’a priori à l’égard de la vedette de Once Upon a Time et de l’ex-comédienne de House. Mais on ne savait pas trop non plus à quoi s’attendre. Elle nous a ravi. Volubile, pertinente et accessible, Jennifer Morrison aura été une des jolies rencontres martiennes de cette 54e édition. Elle nous a parlé avec enthousiasme de sa série et des perspectives qu’elle offre, comme elle nous a aussi confié sa façon de regarder la télévision : en étant en retard. Certains rédacteurs du Daily Mars savent maintenant qu’ils sont les Jennifer Morrison de service. Mine de rien, ça remonte le moral.

3. Être une légende, c’est un métier (mais pas que)

Jane Seymour, Ted Danson, Steve Van Zandt. Trois visages très différents, trois parcours qui le sont tout autant, trois entretiens assez étonnants. La première aura été très pro, pas forcément dispo pour prolonger l’échange au-delà mais pas froide pour autant. Le second a été juste parfait, alors qu’il était à la bourre et n’avait presque plus de temps à nous accorder : Ted Danson, s’il était cuisinier, pourrait sans doute accommoder les restes de façon gourmande. Cyril Lignac aime ça. Nous aussi. Quand à Van Zandt, que dire ? Passionné, précis et vif, il s’est aussi révélé très facile d’accès. On en redemande.

54e Festival de Monte-Carlo : Hannah New, Toby Stephens, Jessica Parker Kennedy et Luke Arnold, de Black Sails (photo Isabelle Ratane)

54e Festival de Monte-Carlo : Hannah New, Toby Stephens, Jessica Parker Kennedy et Luke Arnold, de Black Sails (photo Isabelle Ratane)

4. Les pirates ont fait chavirer les coeurs

On vous doit la vérité : pour les deux tiers de la rédaction martienne, le Festival de Monte Carlo n’est qu’un vil prétexte pour tenter de changer de vie en trouvant une personne avec qui partager une piscine et une villa à LA. Cette année, c’est un homme aux yeux bleus lagon (Luke Arnold) et un autre qui porte super bien la combinaison jean-baskets (Toby Stephens) qui ont eu les faveurs de cette frange de l’équipe. A priori cependant, il faut attendre un peu avant de déménager. Voilà. Comment ? Hannah New ? Ca n’a rien à voir voyons, elle est juste merveilleuse…

5. On a fait le plein de petites infos

Le tournage de la seconde partie de la nouvelle saison d’un Village français repoussé, celui du téléfilm Bored to Death toujours en stand by mais avec un premier script prêt, Gillian Jacobs qui parle de sa future apparition dans Girls, mais aussi Michael Hirst, Armelle Deutsch et Jon Seda qui réfléchissent à des projets pour une date indéterminée… entre les articles déjà publiés et ceux qui vont arriver, notre webzine a récupéré plein de petites choses à retenir. Un conseil : restez dans le coin, il va y avoir de quoi regarder, écouter et lire.

Partager