Conan de retour au cinéma. Mais c’est qui le réal ?

Conan de retour au cinéma. Mais c’est qui le réal ?

Internet madness quand tu nous tiens… Il n’y a pas 24 heures, la geekosphère était en ébullition à la suite d’une terrible nouvelle délivrée par le site dreadcentral.com : le prochain Conan le barbare sur grand écran (explosion de joie, danse du ventre), sera réalisé par… Brett Ratner (vomissements, lamentations).

Oui, monsieur, le même Ratner coupable de la saga Rush Hour (argh !), de Red Dragon (ouch !) et, surtout, du fossoyage de la franchise X Men avec l’innomable nanar tuné X Men l’affrontement final, summum de grotesque, carnaval de mauvais goût visuel presque à égalité avec les Batman de Schumacher, sabotage méthodique de l’immense saga du Phénix noir dont l’issue, dans la BD, faisait basculer les X Men dans la tragédie corneillo-racino-shakespearienne (les lecteurs français de Special Strange s’en souviennent encore et leurs draps aussi). Bref, selon dreadcentral, la firme Nu Image, détentrice de droits cinéma de Conan, aurait proposé la réalisation du futur film à Ratner le killer. X Men, l’affrontement final, tout pourri qu’il est, a tout de même rapporté 232 millions de dollars rien qu’aux Etats-Unis.

Des suicides en masse se préparaient déjà ce week end chez les geeks, terrassés à l’idée que le sublime Conan de John Milius avec Schwarzenegger (oublions la suite-nanar de 1983) ne soit souillé par un Conan 2010 kitsch et couillon avec Nicolas Cage dans le rôle principal et l’autre zouave à la caméra.

Heureusement, le site Latino review a remis, quelques heures plus tard, les pendules à l’heure. Stop à la folle spéculation, halte au feu, ne singeons pas la sphère financière ! Arrêtez de psychoter bande de flippés (on aurait pu dire aussi « arrêtez de flipper, bande de psychos », c’est marrant non ? Bon je poursuis…), Brett Ratner a seulement été reçu dans les locaux de Nu Image. Mais il n’a rien signé. Nu Image a également eu des rendez vous avec James McTeigue (V pour Vendetta), Robert Rodriguez (Sin city), Neil Marshall (The Descent) ou encore Juan Carlos Fresnadillo (28 semaines plus tard, j’en claque encore des dents).

Donc, keep cool, croisons les doigts pour notre Cimmérien d’amour et prions pour que le prochain film du bon à rien Rattner soit Rush Hour 4.

End of transmission
Partager