Conan tome 4 – La Fille du géant du gel, de Robin Recht

Conan tome 4 – La Fille du géant du gel, de Robin Recht

Note de l'auteur

Conan a vaincu ses ennemis du Nord et, à ce titre, a droit aux faveurs supposées d’Atali, la “fille du géant du gel”. Alors débute une course-poursuite coïtale à travers la neige et l’eau glacée, relatée et dessinée par un très excellent Robin Recht.

L’histoire : Conan est le seul survivant d’une bataille opposant les Aesirs et les Vanirs sur le lac gelé. Et à ce titre, il est celui que la déesse aux cheveux rouges doit mener à son père, Ymir, le géant du gel. Belle, arrogante, triomphante, elle éveille en lui un désir plus brutal encore que le conflit qui vient de laisser des dizaines d’hommes éparpillés par petits bouts.

Mon avis : Dans la préface à ce tome 4 des aventures de Conan le Cimmérien chez Glénat, l’incontournable Michael Moorcock parle, avec raison, de cette “French touch” qui le fascine tant : « De nombreux artistes ont proposé leur vision du personnage, mais aucun n’a jamais approché ce que Howard aurait pu considérer comme le “véritable” Conan. Je pense cependant qu’il aurait été heureux de la manière dont les Français interprètent son œuvre, et tout particulièrement Robin Recht. »

Moorcock parle en toute connaissance de cause, puisque le même Recht a signé une très belle adaptation d’Elric en BD. « Recht (…) a une façon bien à lui de capturer ce qui fait l’essence d’un personnage, puis d’y apporter une dimension supplémentaire. Il ajoute en retranchant, pourrait-on dire, identifiant la forme la plus pure et la plus absolue de ce qu’il voit. »

C’est aussi tout l’intérêt de cette transposition des récits de Robert E. Howard en BD par Glénat : l’idée de confier chaque tome à un scénariste et un dessinateur différent est brillante. Car elle reflète ainsi, par la diversité des tonalités, des styles, des choix éditoriaux et graphiques, la diversité même qui règne au sein du corpus cimmérien.

Après un tome 3 où Conan semblait plongé dans un Far West version jungle étouffante, ce tome 4 reprend un récit parmi les plus emblématiques et essentiels. Et Robin Recht pose des choix plutôt radicaux pour le raconter. Le Cimmérien n’est évoqué qu’à la page 17, et on ne découvre enfin son visage qu’à la page 22.

La vraie protagoniste est la sorcière aux cheveux rouges, celle dont les yeux occupent la double page d’ouverture, dont les pensées font battre le cœur narratif du livre, dont la promesse du corps pousse tant d’hommes à lui prouver leur bravoure, au prix de leur vie pour la quasi-totalité d’entre eux. C’est là aussi où la couverture de Recht s’avère à la fois belle et signifiante, qui montre Atali, la fille d’Ymir, de dos, baignée dans sa chevelure rouge, sa peau blanche marbrée de sang écarlate, pointant l’index vers le géant en armure qui, face à elle (et au lecteur), brandit deux épées massives. La fragilité apparente de l’une, contre la solidité illusoire de l’autre.

Car ce livre est l’histoire d’Atali et du désir qu’elle déclenche chez Conan. Un désir physique, bestial, absolu, qui va chercher au plus profond du Cimmérien toutes les capacités de chasseur, de guerrier et de survivant qu’il possède. Une force qu’Atali perçoit comme « plus forte, plus brutale, plus violente, plus viscérale ».

Robin Recht

« Viscérale » aussi est la représentation d’Atali par Recht, une vision hyper-sexuée, qui dévoile tout, et cache cependant l’essentiel. Car l’accouplement avec une déesse n’est pas le but réel de cette boucherie. Cela va plus loin. Et Conan s’en rendra autant compte qu’Atali… Mais pour l’essentiel, c’est bien à un jeu sexuel, une sorte de course-poursuite coïtale, que Conan est convié. Et lorsque le guerrier est plongé dans une eau mortellement froide et doit affronter des ennemis inattendus, on comprend que son énergie libidineuse est intimement reliée à son énergie de survie.

En accompagnement : L’album Last Rights du groupe de musique industrielle Skinny Puppy, où le morceau au titre évocateur Lust Chance utilise des cris de jouissance dans sa rythmique même.

Si vous aimez : La bande dessinée érotique à la Manara ou Frollo, mâtinée ici de mythologie nordique et de paysages enneigés à la Thorgal.

Conan le Cimmérien, tome 4 : La Fille du géant du gel
Écrit et dessiné par
Robin Recht
D’après l’œuvre de Robert E. Howard
Édité par Glénat

Partager