#Critique andiamo a Modena (Master of None s2 / Netflix)

#Critique andiamo a Modena (Master of None s2 / Netflix)

Note de l'auteur

Master of None est de retour presque un an et demi après ses débuts sur Netflix. Aziz Ansari et son compère Alan Yang (co-créateurs) ont pris le temps de faire une coupure avant de relancer leur comédie avec de nouvelles idées. Une liberté temporelle qui infuse fondamentalement une série en roue libre. Direction Modène en Italie pour une escapade délicieuse, dans tous les sens du terme.

En fin de première saison, Dev Shah prenait l’avion pour aller apprendre à cuisiner la pasta directement à la source, en Italie. Ce dopplegänger d’Ansari*, sans les succès de carrière, espérait ainsi remédier au statut “stagnant” de sa vie et – plus sérieusement – rebondir après l’échec de sa relation avec Rachel.
On retrouve donc Dev, mais pas question d’un quelconque tour de passe-passe. Il est bien en Italie et travaille effectivement son coup de main pour la confection des tortellini sous le contrôle impartial d’une nonna de Modène.

Il n’est pas nécessaire de vous en dire plus ni à quelle sauce Dev sera mangé, vous devinez tout naturellement combien Master of None trouve, sous ses latitudes transalpines, un nouvel élan. Ajoutons simplement que la forme est au diapason de ce geste narratif puisque le premier épisode est proposé avec des dialogues en majorité italiens, le tout en noir et blanc.  Alors oui, nous sommes sur Netflix, mais tout de même !

master-of-none_aziz-ansari

 

On pense bien sûr à Louie (FX) mais le travail d’Ansari participe d’une saison (2016/17) extraordinaire sur le format court. Des séries comme Atlanta, High Maintenance, Better Things ou bien encore Insecure s’affranchissent des contraintes pour assembler des épisodes avec une grande liberté, que ce soit sur une durée variable, avec de multiples points de vue ou par la teneur des thématiques abordées.
En saison 1, Master of None proposait déjà un épisode remarquable (1.09 Mornings) qui compilait de brèves séquences étalées sur une durée fictionnelle de près d’un an. En quelques trente minutes, cet avant-dernier volet de la saison donnait un aperçu hilarant mais aussi très touchant de l’évolution de la relation entre Rachel et Dev. Un concentré fabuleux de comédie romantique et, sans conteste, l’un des meilleurs épisodes qu’il nous ait été donné de voir cette année-là.

En plus de l’épine dorsale d’une romcom poétique, Dev se plaît à laisser libre cours à une nature “foodistique” dévorante. Qui dit Modène dit Massimo Bottura et Master of None de s’offrir un détour à l’Osteria Francescana (voir, toujours sur Netflix, Chef’s Table). Une dégustation qu’il partage avec son ami – dans la vie comme dans la série – Arnold (Eric Wareheim). Une bromance savoureuse et haute en couleur car Master of None n’est pas qu’un one man show. Encore moins en cette saison 2 où une certaine maturité offre plus de force aux électrons libres accompagnant la trajectoire de Dev. On se souvient de Brian (Kelvin Yu) et surtout de Denise (Lena Waithe), son amie lesbienne qui offrent à nouveau un contrepoint salvateur.

Malgré une légèreté salée-sucrée assumée, Ansari ne cache toutefois pas la nature très autobiographique de Master of None. Dans un long portrait pour Vulture, il confie qu’il faudra sûrement attendre longtemps pour voir revenir la série. “J’ai besoin de devenir un autre homme avant d’écrire une saison 3”. C’est tout à son honneur que de vouloir éviter de répéter le même schéma d’un “jeune homme qui fait sans arrêt le tour des restaurants de New York”.
Qu’importe l’attente, tout comme Issa Rae ou Donald Glover, nous avons plus que jamais besoin d’entendre Aziz Ansari.

*: Faut-il encore présenter Aziz Ansari ? Originaire de Caroline du Sud, de parents indiens, Ansari a percé à New York en tant que comique au mitan des années 2000. Il doit essentiellement sa notoriété actuelle à son personnage de Tom Haverford qu’il tenait dans la comédie Parks and Recreation. Aujourd’hui, Ansari est un cador du stand-up qui peut remplir le Madison Square Garden les yeux fermés et apparaître dans le Saturday Night Live pour une performance aussi drôle qu’engagée !

MASTER OF NONE Saison 2 (10 éps.)
Disponible sur Netflix à partir du 12 mai.
Série créée et écrite par Aziz Ansari et Alan Yang
Avec : Aziz Ansari, Noëlle Wells, Lena Waithe, Eric Wareheim et Kelvin Yu.

Visuel : Master of None © Netflix

Partager