• Home »
  • Manga »
  • On a lu… City Hall (Saison 2) de Remi Guerin et Guillaume Lapeyre
On a lu… City Hall (Saison 2) de Remi Guerin et Guillaume Lapeyre

On a lu… City Hall (Saison 2) de Remi Guerin et Guillaume Lapeyre

Note de l'auteur

City_Hall_4_EdSpecialeLe septième et dernier tome de City Hall vient de sortir et clôture une seconde saison trépidante. Les références pop et littéraires pleuvent à longueur de tomes et les auteurs prennent un malin plaisir à mixer tout ce qui leur tombe sous la main. On retrouve avec grand plaisir toutes les figures littéraires du début, auprès desquelles d’autres illustres noms viennent se rajouter dans un délire steampunk et fantastique. Un vrai grand titre d’envergure, bref on en redemande !

 

Alors que les trois premiers tomes s’articulaient autour de la mise en place du vaste univers de City Hall ainsi que la traque du sinistre Black Fowl, les quatre derniers se concentrent sur le sauvetage de Pierre Verne, le père de Jules, qui est condamné à mort. Après le cliffhanger et les révélations faites en fin de saison 1, les enjeux deviennent soudainement plus personnels, particulièrement pour Jules. On le retrouve au tournant du quatrième tome, complètement déstabilisé et accablé par ce qu’il vient d’apprendre. Accompagné par Amelia Earheart et Arthur Conan Doyle, il se retrouve à enquêter en France afin d’innocenter son père. Si jusqu’ici City Hall rappelait La Ligue des gentlemen extraordinaires, le titre enfonce carrément le clou et nous balance son Club des 10. Une organisation secrète composée de quelques-uns des grands de la littérature : Tolkien, Poe, Maupassant, Victor Hugo ou Agatha Christie, voici la League des Écrivains Extraordinaires. Les auteurs, Guerin et Lapeyre (dont vous pourrez lire une interview prochainement sur le site) font marcher leur concept à plein régime quitte à parfois le surcharger quelque peu mais l’ensemble de l’univers et sa dynamique fonctionnent très bien.

 

CITY-HALL-2-722x1024Les différents personnages, à quelques exceptions près, sont tous exploités de manière convenable et offrent quelques séquences géniales notamment avec Poe et Maupassant. Et comme si cela ne suffisait pas, les auteurs ajoutent à un catalogue de personnages, fourni, Nikola Tesla face à son illustre adversaire, Thomas Edison. Ah oui, et aussi pendant ce temps, Harry Houdini est piégé dans le Monde à l’Envers de Lewis Carol… Oui, c’est un grand bordel un peu « WTF ?! » mais finalement tout parvient à s’emboîter pour former une aventure king-size de premier choix. La surenchère de références aurait pu être la faiblesse de City Hall mais elle s’avère être l’une de ses forces. Le jusqu’au-boutisme de cet étrange délire autour de la littérature entraîne le lecteur et parvient à réellement le captiver. Le récit tient le cap coûte que coûte et se dirige vers un final sensé et maîtrisé. On sent bien que les auteurs savaient quelle direction ils allaient emprunter dès le début de leur histoire. Ils donnent naissance à un trip généreux, novateur et ambitieux dans un univers steampunk.

 

Les pointes d’humeur présentes du début à la fin du titre sont des doses nécessaires de légèreté qui permettent au récit de s’oxygéner. Les dialogues sont bien écrits et parviennent à ne pas tomber dans l’écueil de l’explication de texte. De leur côté, le graphisme toujours aussi clair et travaillé et le découpage fluide et lisible finissent d’asseoir City Hall à la table des grands de la bande-dessinée française. L’éditeur Ankama comme avec la première saison, propose d’ailleurs un très beau coffret qui trouvera certainement une place de choix dans de nombreuses collections. Quand je pense, qu’il y a encore quelques mois, j’étais hermétique au concept du manga français, je suis réellement content d’avoir surpassé certains de mes a priori. Franchement, ça aurait été dommage de passer à côté de ce titre parfois «too much» mais finalement assez addictif. D’ailleurs, pour ceux qui pleurent la fin du titre, sachez que City Hall reviendra en 2016, sous forme de spin-off et s’intitulera City Hall Icons. On en reparle très vite.

 

City Hall (Saison 2) de Remi Guerin et Guillaume Lapeyre aux éditions Ankama

Partager