On a lu…Avengers Now n°1

On a lu…Avengers Now n°1

Note de l'auteur

11150769_10153271604229648_7515433940720512005_nRetour dans les kiosques avec la sortie du premier numéro de la revue Avengers Now. Successeur d’Avengers Universe, celle-ci représente une nouvelle porte d’accès pour de nouveaux lecteurs tout en étant l’occasion pour Marvel de procéder à un renouvellement massif de ses grandes figures.

 

Profitant de la relance des trois titres attitrés à la trinité Marvel (Iron Man, Thor et Captain America), Panini Comics décide donc de mixer les revues Avengers Universe (proposant à ses débuts les séries Thor : God of thunder, Hulk et Captain America) avec une revue Iron Man en perte d’identité depuis quelques années. Avengers Now apparaît donc comme le pendant logique de la revue Avengers en proposant toutes les séries liés aux Vengeurs les plus connus.

 

Une cohérence éditoriale qu’on saluera d’autant plus qu’elle accompagne le lancement de nouvelles séries. En effet mise à part Hulk (qui a lui même subit une nouvelle itération quelques mois plus tôt), les personnages d’Iron Man, de Captain America et de Thor ne sont pas forcément les mêmes que ceux que nous connaissons habituellement. Et si le cas d’Iron Man ressemble à une sorte d’évolution négative ceux du super-soldat et du Dieu du Tonnerre sont autrement plus significatif à tel point qu’ils firent la une des médias lors de leur présentation par Marvel l’année dernière.

 

319451_20141113014545_largeSteve Rogers cède le bouclier de Captain America à Sam Wilson (alias le faucon) et Thor n’est plus digne de soulever un marteau qui est dorénavant brandie par une femme dont l’identité n’est pas révélée. Un afro-américain et une femme sont donc les nouvelles figures des plus grands héros de la firme. Au delà du buzz médiatique évident, ce changement s’inscrit surtout dans une volonté de diversification totalement assumée par l’éditeur avec le lancement auparavant de série sur Black Widow et Elektra, de la création d’une nouvelle Miss Marvel ou bien de l’arrivée prochaine d’une équipe d’Avengers uniquement composé de super-héroïnes. La composition même de la prochaine équipe Avengers qui prendra le relais de l’actuel après Secret Wars est un marqueur fort de cette volonté avec sa diversité dans les sexes, les ages et les origines.

 

 

Cette volonté de diversité est d’autant plus passionnante qu’elle s’inscrit dans des projets scénaristiques intéressants et portés par des équipes créatrices pour la plupart établis et qui prolongent  ici leurs précédents travaux sans jamais mettre de cotés les anciens personnages. Au final ces nouvelles figures apparaissent comme une belle manière de poser un regard nouveaux sur les héros que nous connaissions¹. Malgré tout, la question la plus importante reste celle-ci : ces nouvelles séries sont-elles bonnes ? A la lecture de ce premier numéros d’Avengers Now, on constate que la qualité est au rendez-vous mais à des degrés divers.

 

Redevenu grand, vert et intelligent dans les précédents numéros de la série, Bruce Banner/Hulk est le personnage dont l’aventure est la moins intéressante de la revue. C’est celle du moins qui ne marque pas un nouveau départ pour le héros. Conscient de ce fait, Panini propose donc une histoire quelque peu déconnecté du la série régulière. Hulk Annual #1 nous montre ainsi le géant vert combattre une menace bucolique initiée par une ancienne assistante. Récit carré et sympathique mais sans réelle envergure, cet épisode fait office d’amuse-bouche en attendant la suite du run de Gerry Duggan reprenant au pied levé le travail de Mark Waid.

 

Superior_Iron_Man_Vol_1_1Suivant les traces de Spider-man, Iron Man est donc devenu « Superior » dans cette nouvelle série écrite par Tom Taylor (Earth 2, Injustice) qui se base sur les événements liés à la saga Axis pour proposer les aventure d’un Tony Stark devenu « méchant ». Si l’idée peut être en soi intéressant (le personnage naviguant facilement entre le bien et le mal depuis une dizaine d’année), la représentation too much de celle-ci la décrédibilise rapidement. Tony Stark parle mal à Pepper, s’entoure de bimbos dans une piscine et se remet à boire. La belle affaire ! Cette caractérisation est d’autant plus ridicule que la série propose à coté de cela des idées bien plus intéressantes pour illustrer le basculement du personnage. L’utilisation malicieuse d’une appli Extremis proposée aux habitants de San Francisco en fait partie. En mettant en évidence la dépendance à son téléphone et des pratiques commerciales facilement douteuses Iron Man propose une optique intéressante et potentiellement riche pour le personnage de Stark. Si ces deux premiers épisodes ne sont pas désagréables à lire, ils manquent  toutefois de panache et d’audace comme si Tom Taylor hésitait à faire de nouveau de Stark un salaud.

 

thor-hammer-previewpage1Toujours au commande de la série Thor, Jason Aaron continue avec brio son travail sur un Dieu du Tonnerre bien mis à mal depuis les événements de la saga Original Sin. Celui-ci doit en effet devoir accepter qu’il n’est plus digne de soulever son marteau. Déconcertant et passionnant, ce premier épisode met en place une multitude d’élément qui pose la nouvelle donne de façon intelligente pour la plupart d’entre eux. Le retour d’Odin, la tension entre lui et sa femme quand à la gouvernance d’Asgard et le rôle de celle-ci dans la venue du nouveau Thor en font partie. A l’inverse, si le fils d’Odin conserve un charisme certain dans sa chute, il est dommage que la scène de la perte de son bras soit si peu mise en valeur. Sans exiger un débordement graphique, on reste sur notre fin face à un événement longtemps attendu. Enfin, apparaissant dans les dernières pages de l’épisode, la femme à l’identité cachée soulève Mjolnir et devient la nouvelle déesse du Tonnerre. Personnage dont l’aura précède son apparition suite au buzz médiatique, il n’en reste pas moins qu’elle en impose et qu’on veut lire la suite. Maintenant !

 

4159904-all-new_captain_america_1_preview_3Devenu incapable de combattre suite à la perte du sérum du Super-soldat, Steve Rogers à donc transmis le bouclier de Captain America à Sam Wilson alias le Faucon. Une passation de relais somme toute logique compte tenu du passé entre ces deux personnages mais qui n’en reste pas moins fortement symbolique dans un pays encore ségrégationniste à l’époque de la création du personnage. Nous plongeons tout de suite dans le vif du sujet avec une attaque contre une base d’Hydra, la mise en place d’un duo inédit et au fort potentiel et la redécouverte du passé de Sam Wilson renforçant sa légitimité à porter le costume étoilé. Stuart Immonen valorise le héros et Rick Remender semble prendre énormément de plaisir à écrire cette nouvelle itération. Un plaisir qui rend d’autant plus incompréhensible l’écriture du personnage dans la saga Axis, elle aussi par Rick Remender et qu’on oubliera très rapidement.

 

Même si toutes les séries proposées ne se valent pas qualitativement parlant, cette nouvelle revue fait partie des meilleures de l’éditeur. On signalera enfin l’avantage financier du kiosque qui propose pour 4,90 €, cinq épisodes de série valant chacune plus de quatre dollars le numéro. La revue anthologique, on ne le répétera jamais assez, reste encore aujourd’hui la façon la plus économique de lire le plus de comics possible.

 

 

 

 

Avengers Now n°1 (kiosque, Panini comics, Marvel Comics) comprends les numéros US de :

  • Superior Iron man #1 et #2 écrit par Tom Taylor et dessiné par Yildiray Cinar
  • Thor #1 écrit par Jason Aaron et dessiné par Russel Dauterman
  • All-New Captain America #1 écrit par Rick Remender et dessiné par Stuart Immonen
  • Hulk Annual #1 écrit par Monty Nero et dessiné par Patrick Goddard, Luke Ross, Le Beau L. Underwood et Marc Laming

Prix : 4,90 €

 

 

 

¹ Cela permet également à Marvel de tester de nouvelles choses et de lancer de nouveaux personnages potentiellement capable de remplacer au cinéma les figures incarnées par Robert Downey Jr, Chris Evans et Chris Emsworth

Partager