On a lu…Bedlam (T.1) de Nick Spencer et Riley Rossmo

On a lu…Bedlam (T.1) de Nick Spencer et Riley Rossmo

Note de l'auteur
Et si le Joker devenait un gentil ? Et si après un traitement de choc, celui-ci était considéré comme guéri et capable de devenir un citoyen utile à la société ? Et si ce dernier décidait de traquer les vilains ? Si Nick Spencer n’inscrit pas son histoire dans l’univers de DC Comics, il est toutefois clair que l’univers de Bedlam nous semble très familier.

 

Filmore était autrefois Madder Red, un criminel psychopathe et sanguinaire qui terrorisa pendant des années la ville de Bedlam. Désormais guéri de sa folie, il décide de mettre ses anciens talents au service de la police pour protéger Bedlam face aux nouvelles menaces qui émergent – mais peut-on faire confiance au tueur le plus sadique de l’histoire, tout repenti soit-il ?

 

Bedlam - 3Connu chez nous pour ses Secret Avengers, le scénariste Nick Spencer nous revient aujourd’hui avec sa production indépendante éditée ici par Les Humanoïdes Associés qui lance une collection « comics ». Avec Bedlam, l’auteur s’amuse à triturer des figures connues de tous et à les mettre dans un nouveau contexte. Procédé souvent utilisé (on se souvient ainsi du simili Superman de Mark Waid pour Irrécupérable), il permet de proposer des histoires qui n’auraient pas pu voir le jour chez DC ou Marvel.

 

Inutile de chercher bien loin, The First est un décalque de Batman tandis que le personnage principale de l’œuvre, Filmore alias Madder Red, est un Joker qui aurait subi un traitement de choc d’une rare cruauté (et dont les amateurs d’Orange Mécanique ne s’étonneront guère) afin de devenir un citoyen modèle. Toute la question est alors de savoir ce qui se passerait en cas de rédemption d’un tel personnage. Car si la recette est bien connue (rien de tel qu’un voleur pour attraper un autre voleur), la particularité d’un personnage aussi violent et radical fait l’intérêt de l’histoire de prime abord. S’ouvrant sur un flash-back, Bedlam nous montre les atrocités de Madder Red. Comment dès lors pouvons-nous croire à son changement ?

 

Bedlam - 4Mais si la série joue sur une possible « rechute » du personnage (du moins dans ces six premiers numéros présentés dans ce tome), cela reste toutefois esquissé au profit d’une enquête plus classique. Malgré la déception de voir que la bd prend un tel tournant et que l’identité première de Filmore n’est jamais source de conflit, Bedlam reste agréable à lire. Porté par le dessin de Riley Rossmo, la série distille une atmosphère assez dérangeante. N’ayant rien à envier à la cité de Seven, la ville décrite par Spencer semble n’être éclairée que par un crépuscule étouffant traversée par de très belles images tel le look du tueur.

 

Sur fond de meurtre en série et de pédophilie, l’enquête suit un cours classique mais maîtrisé variant malicieusement sur le genre du buddy-movie. Filmore et sa comparse forme un drôle de tandem dont les interactions font le sel de l’histoire. On attendra toutefois la fin de celle-ci dans le prochain tome pour juger de l’ensemble.

 

 

 

Bedlam – Tome 1 (Les Humanoïdes Associés Comics, Les Humanoïdes Associés, Image) comprend les épisodes US de Bedlam #1 à #6

Ecrit par Nick Spencer

Dessiné par Riley Rossmo

Prix : 14,99 €

Partager