#critique Compte à rebours de Marc Trévidic, Matz et Giuseppe Liotti

#critique Compte à rebours de Marc Trévidic, Matz et Giuseppe Liotti

Note de l'auteur

En pleine terreur islamo-fascistes, l’antiterrorisme hexagonal est sur les dents. Surtout quand un haut commandant français de l’EI est annoncé mort. L’enfumage est levé mais les risques sont de plus en plus élevés. Sécurité intérieure et juge doivent faire le boulot et surtout ne pas se tromper. Sinon, les conséquences seront dévastatrices.

L’histoire : Juge antiterroriste, Antoine Duquesne a des méthodes osées pour tenter de désarmer une cellule de Daech. Sauf que l’une d’elles aboutit à un double attentat meurtrier à Amsterdam et à Paris. Perspicace dans un premier temps, la star du barreau est punie de son audace. Pourtant, il avait bien senti la trame générale. Va-t-il continuer sa mission ?

Mon avis : Cruellement réaliste, cet oppressant récit est le premier essai de l’ancien juge anti-terroriste Marc Trévidic dans l’univers de la BD. Un récit largement inspiré de sa vie. Par nature très au fait des risques, des méthodes et de l’univers des guerres asymétriques, l’ex de l’antiterro nous plonge dans un récit palpitant, violent, dérangeant et sans happy-end.

Il y a une forme de docu quand il esquisse les rapports entre les services secrets et le pouvoir judiciaire. Quand il se fait tailler a posteriori par tous ceux qui savent mais toujours après, jamais avant. Cela nous montre également toute la difficulté à laquelle est confronté le pouvoir régalien face à des cellules atomisées, dormantes parfois. Cela en fait une histoire passionnante à suivre où on peut aussi constater tous les sacrifices personnels que les personnes qui défendent le pays doivent consentir.

Suspens, retournements de situations, dramaturgie très au point, tout y est pour faire une grande BD.

Si vous aimez : Homeland, plutôt les deux premières saisons.

En accompagnement : Une bonne conférence de presse du procureur de la République, François Molins. Sobriété et efficacité.

Autour de la BD : Le juge Trévidic, désormais aux affaires familiales à Lille, se prend au jeu de la littérature. Il vient de sortir son deuxième roman Le Magasin jaune et a prévu de prolonger son aventure dans les planches pour au moins deux nouveaux opus. Matz, qui co-scénarise, est protéiforme. Jeux vidéo, séries TV, BD et j’en passe. Liotti a été très apprécié sur Narcos ou sur Les Fils de la louve.

Extraits : « Il a même dit qu’il était prêt à faire des interventions auprès des jeunes pour expliquer comment c’est vraiment là-bas et les dissuader d’y aller. »

« Attendez un peu avant de lui signer son CDI et de lui confier nos enfants. Parce que pour quelqu’un qui ne veut plus rien savoir de tout ça, il est quand même bien informé. Il savait qu’Abou Othman était mort. Or, d’après nos éléments, Abou Othman est mort trois semaines après son retour en France. »

Écrit par Marc Trévidic et Matz
Dessiné par Guiseppe Liotti
Édité par Rue de Sèvres

Partager