On a lu… Fear Agent

On a lu… Fear Agent

Fear Agent

Au fin fond de l’univers, à des années et des années-lumière de la Terre, veille celui que le gouvernement intersidéral ne veut surtout pas appeler quand il n’est plus capable de trouver une solution à ses problèmes et quand il ne reste plus aucun espoir : le Fear Agent Heath Huston.

Rick Remender fait partie des scénaristes phares de Marvel. Bien que moins connu qu’un Brian Bendis ou un Matt Fraction, il a su s’imposer avec ses épisodes du Punisher, ses Secret Avengers et surtout Uncanny X-Force. Avec le remaniement de l’univers Marvel, il devient de plus en plus incontournable en reprenant les rênes de la série Captain America et en se chargeant de la nouvelle série Uncanny Avengers ; néanmoins Remender est aussi l’auteur de projets plus personnels tels que Strange Girl et bien sûr, son chef d’oeuvre : Fear Agent.

« Heath Huston est un mercenaire désabusé et fortement imbibé. Mais lorsqu’il se retrouve projeté dans le passé au beau milieu d’un complot d’extraterrestres visant à anéantir l’humanité, il doit choisir entre son penchant pour la bouteille et assumer à nouveau son rôle de défenseur de l’humanité . . en tant que dernier des fear agents ! »

Rythme trépidant, humain grande gueule et hâbleur entouré d’aliens, aventure qui brasse intelligemment des dizaines de concepts de science-fiction, I.A attendrissante qui pilote le vaisseau du héros et partenaire ronchon et combatif, si par sa fraîcheur et sa faune Fear Agent peut faire penser à Doctor Who, c’est surtout avec la géniale série télé Farscape que le rapprochement nous vient à l’esprit : Fear Agent cultive cette même frénésie et cette même audace dans le traitement des personnages et des concepts.

Ce premier volume (qui regroupe les trois premiers volumes américains) est construit comme un crescendo en ce qui concerne les révélations et l’action, les deux étant intrinsèquement liés autour du personnage de Heath. Il y a chez Remender le même sadisme que Sam Raimi peut avoir envers ses personnages. Heath Huston s’en prend littéralement plein la tronche pour pas un rond tant sur le plan physique que moral. De part sa nature, il est une incarnation parfaite de l’anti-héros. Il ne désire qu’une chose c’est qu’on le laisse peinard à se beurrer la ruche toute la journée. Bien sûr, au fur et à mesure de la série, Remender nous dévoilera petit à petit le passé tragique de son protagoniste principal.

Fear

Tout anti-héros bad mother fucker ass de la mort qui tue qu’il est, Heath Huston n’en est pas moins un personnage attachant et très charismatique. Ce Texan pur jus qui cite du Clemens à toutes les pages, trouve toujours le mot juste et la bonne réplique face au danger et aux ennemis qu’il rencontre. Ce n’est d’ailleurs pas cela qui manque, jugez plutôt : au fil des pages, Heath devra livrer bataille contre des hommes singes contrôlés par un cerveau géant, survivre à des organismes qui mangent tout ce qui se trouve sur leur passage, lutter contre des machines qui ont pris le pouvoir sur une planète, voyager dans le temps, plaider sa cause face à un tribunal temporel, affronter une (nouvelle) invasion d’extra-terrestre sur Terre le tout en essayant d’être à peu prêt à jeun, et je ne vous fais là qu’un résumé succinct des péripéties de la première moitié du bouquin.

Vous pouvez le constater, la grande force de Fear Agent se trouve dans son déchaînement d’action et son rythme effréné qui ne laisse jamais aux lecteurs un temps mort. Remender arrive à nous tenir en haleine du début à la fin de la BD. Elles sont nombreuses les fins de pages où nous sommes persuadés que là, ça y est Heath va canner c’est pas possible autrement, et de découvrir la page suivante comment le Fear Agent trouve le moyen de s’en sortir.

On ne le répétera jamais assez, le comics ne se limite pas au super-héros et il y a des séries formidables à découvrir. Fear Agent fait partie de ces séries. Remender nous offre un véritable et grand space-opéra où l’homme doit combattre en permanence pour sa survie. Parmi eux Heat Huston, le Texan qui peut dorénavant se tenir fièrement aux côtés de Cobra ou John Crichton au panthéon des héros de l’espace. Toujours la bouteille à la main et le majeur tendu vers ces enfoirés d’aliens bien sûr.

Rick Remender

Fear Agent – Volume 1 (Akileos, Dark Horse)

Ecrit par Rick Remender

Dessiné par Tony Moore et Jérôme Opeña

Partager