#Critique Gloutons & Dragons (T. 1)

#Critique Gloutons & Dragons (T. 1)

Note de l'auteur

9782203103993Pot-au-feu de scorpion géant et champignon ambulant, tarte aux plantes mangeuses d’hommes ou encore omelette aux mandragores et basilic. Si vous êtes un fin gourmet, Gloutons & Dragons est pour vous. De l’heroïc fantasy tout ce qu’il y a de plus traditionnel couplé à un ouvrage culinaire pour le meilleur et pour le rire. Derrière ce délire dont seuls les Japonais en ont le secret, on découvre le mangaka Ryoko Kui et son goût pour l’humour décalé et pour la bonne chair, même s’il elle provient d’un dragon.

 

C’est bien beau de parcourir de gigantesques et labyrinthiques donjons et de se friter avec les pires créatures, mais quand nos braves héros prennent-ils le temps de se poser pour casser la croûte ? Voici la question existentielle à laquelle tente de répondre l’auteur. Le chevalier Laïos, accompagné de l’elfe Marcyle et l’halfelon Tylchak partent à la rescousse de Farynn qui s’est fait avaler par un dragon. En chemin, ils rencontrent Senshi, un nain qui arpente le donjon depuis dix ans et qui décide de les suivre en mettant à profit ses innombrables connaissances culinaires pour qu’ils ne meurent pas de faim. Vous l’aurez compris, le ton de ce manga est à la farce plus qu’au récit épique et c’est assez rafraîchissant. Le genre ayant été labouré, exploité, voire parfois sali, on ne peut que se réjouir de voir débouler un titre qui ne tente pas vainement de reproduire ce qui a déjà été fait. À la place, il utilise un univers ultra-codifié et balisé comme prétexte pour faire un bouquin de recettes. Bien qu’improbables, compte tenu des ingrédients introuvables dans nos grandes surfaces, elles n’en sont pas moins précises et détaillées. Ryoko Kui joue la carte à fond et parvient presque à nous mettre l’eau à la bouche.

 

Gloutons-et-Dragons-04Entre deux cours de cuisine, nos aventuriers doivent abattre leur gibier, ce qui donne lieu à des scènes souvent drôles. Un humour passant principalement par le personnage de Marcyle qui se refuse à manger des créatures plus repoussantes les unes que les autres. Les scènes d’action sont avant tout l’occasion donc d’injecter une dose d’humour supplémentaire tout en introduisant un nouveau monstre qui finira en rôti. Le titre n’a d’autre but que de nous divertir et il le fait bien. Maintenant, on peut se questionner sur la suite car même si le concept fonctionne assez bien dans ce premier tome, il ne tiendra pas sur la longueur, si tant est que le titre dure. Alors oui, j’anticipe un peu mais je suis curieux de savoir où ira l’auteur. Bref… Côté graphisme, on ne va pas se mentir, ce n’est pas vraiment ça. Le dessin est assez simpliste, figé et parfois maladroit mais malgré tout, cela n’enlève finalement pas grand-chose au titre. On sent bien que le sujet n’est pas là, il est bien dans l’amour de la cuisine surtout s’il s’agit de beignets de chauves-souris royales.

 

Gloutons & Dragons (T. 1)
De Ryoko Kui
Édité par Casterman

Partager