#Critique Greg Rucka présente Wonder Woman (T.1)

#Critique Greg Rucka présente Wonder Woman (T.1)

Note de l'auteur

Quelles que soient leurs dates de créations, les bonnes histoires ont ceci de fascinant qu’elles ont souvent la capacité de parler de notre époque. Alors qu’à l’occasion de Rebirth, Urban Comics s’apprête à publier la nouvelle série Wonder Woman écrite par Greg Rucka, l’éditeur en profite également pour proposer la première prestation du scénariste sur le personnage. L’occasion pour nous de constater que malgré son âge, le récit est plus actuel que jamais.

 

greg rucka présente ww T1 - 2Ça raconte quoi ?

Super-héroïne célèbre et puissante, Wonder Woman est avant tout l’ambassadrice de son peuple, les Amazones, et porteuse d’un message de paix et de tolérance. C’est ce que va découvrir le jeune Jonah McCarthy, nouvellement embauché auprès de Diana et au sein d’une équipe devant gérer les crises mondiales, la promotion d’un livre ou bien les querelles divines.

 

C’est de qui ?

Drew Johnson au dessin pour la série régulière Wonder Woman (accompagné de Shane Davis, Stephen Sadowski et Linda Medley) et J.G. Jones pour le graphic novel Hiketeia qui ouvre un album qui, comme son titre l’indique, est entièrement scénarisé par Greg Rucka que l’on connaît notamment pour ses épisodes sur Detective Comics, Checkmate (dont le deuxième tome est sorti récemment chez Urban), Queen and Country ou bien encore le sublime Gotham Central avec Ed Brubaker et Michael Lark.

 

greg rucka présente ww T1 - 2Et c’est bien ?

Série télévisée marquante du début du XXIème siècle, The West Wing d’Aaron Sorkins fut également une source d’inspiration pour nombre d’auteurs de comics. Si on songe en priorité aux œuvres de Brian Vaughan (notamment Ex Machina), il apparaît également à la lecture de ce premier tome de Greg Rucka présente Wonder Woman, que le quotidien du président Bartlet a nourri le scénariste dans son approche d’une des figures emblématiques de l’univers DC.

 

Si le graphic novel Hiketeia qui ouvre l’album n’est pas le plus représentatif de cette approche (mais tout en mettant en valeur d’autres aspects fondamentaux), le premier épisode scénarisé par Greg Rucka se pose par contre comme un condensé de ce que sera la série. Brillamment exécuté en jouant de l’astuce classique du nouvel employé qui arrive dans le microcosme (tel John Carter dans le premier épisode d’Urgences), il annonce une orientation politique de Wonder Woman dans laquelle les discussions de couloirs entre les chargés d’ambassades seront tout aussi importantes que les combats de la princesse de Themyscira.

 

greg rucka présente ww T1 - 4Par les sujets traités, la mise en avant de leur complexité (la discussion entre Flash et Wonder Woman au sujet d’un énorme incendie de forêt), la nature ouverte du débat que l’héroïne suscite et la volonté fermée de ses détracteurs, le cycle de Greg Rucka s’inscrit dans la tradition de modernité qui a fait la marque de la série. Au centre de celui-ci, la complexité de la figure même de Diana (guerrière, ambassadrice, femme) est largement développée et abordée sous bien des aspects. On s’en amuse notamment via les difficultés pour ses adjoints à lui faire respecter son agenda mais il est également un ressort dramatique fondamental. Rucka en faisait déjà la démonstration à travers Hiketeia et son dilemme impossible à résoudre pour une super-héroïne fidèle aux traditions ancestrales quitte à devoir affronter un des ses plus proches amis, à savoir Batman. Cette complexité est exploitée encore plus dans la série à travers le fil rouge que représente l’ouvrage écrit par Wonder Woman dans lequel elle développe ses pensées et son message de paix et de tolérance et qui se verra critiqué par une frange de la population traditionaliste dont les propos restent cruellement d’actualité.

 

greg rucka présente ww T1 - 3Figure positive et lumineuse à l’instar de Superman, on retrouve chez Wonder Woman la même force dans son casting de personnages secondaires. Ceux-ci rendent crédible le quotidien d’une ambassade pas comme les autres. Servi par d’excellents dialogues (l’un des points forts de Greg Rucka), ils posent avant tout une ambiance avant de lancer la machine. Plusieurs pistes et arcs sont lancés et s’entrecroisent déjà avec une subtilité appréciable notamment grâce aux dessins de Drew Johnson. Ainsi la modernisation visuelle des dieux de l’Olympe sert autant un besoin de marquer une nouvelle époque que de lancer un arc narratif centré sur une lutte intestine entre des individus peu au fait de l’évolution et d’autres prêts à s’en accommoder.

 

2017 sera l’année de Wonder Woman au cinéma. Si on n’est franchement pas en attente de voir ses aventures sur grand écran, il en est tout autrement du programme d’Urban en la matière. Run mésestimé en France, voila l’occasion de le redécouvrir en attendant le retour du scénariste avec Wonder Woman Rebirh.

 

 

 

 

greg rucka présente ww T1 - 1

 

 

 

Greg Rucka présente Wonder Woman – Tome 1 : Terre à Terre (Dc Signatures, Urban Comics, DC Comics) comprend les épisodes US de Wonder Woman : The Hiketeia et Wonder Woman #195 à #201.
Écrit par Greg Rucka
Dessiné par Drew Johnson, J.G. Jones, Shane Davis, Stephen Sadowski et Linda Medley

Partager