#Critique Gunnm Mars Chronicle (T. 1 & 2)

#Critique Gunnm Mars Chronicle (T. 1 & 2)

Note de l'auteur

gunnm-mars-chronicle-1-glenatVoilà enfin la troisième partie de l’œuvre de Yukito Kishiro ! Après Gunnm et Gunnm Last Order, l’éditeur Glénat nous propose en parallèle de la réédition du titre original, la publication de Gunnm Mars Chronicle. Un prequel nous faisant découvrir l’enfance de la jeune Gally, anciennement nommé Yoko et sa trajectoire sur plusieurs centaines d’années. Si le premier tome offre une entrée en matière intéressante, le second malheureusement, convainc beaucoup moins à cause d’un récit confus et référentiel. Dommage !

 

Au commencement, il y a le mythique Gunnm. Malgré un succès public, le titre ne connu pas la fin souhaitée par son auteur, Yukito Kishiro. Quelques années plus tard, le mangaka voit l’occasion d’offrir une suite et une réelle conclusion à sa saga SF, avec le très critiqué Gunnm Last Order. Ce titre poursuit la série originelle, tout en revenant dans le passé de l’héroïne, à travers de nombreux flash-back. Avec Gunnm Mars Chronicle, Kishiro replonge une nouvelle fois dans l’œuvre de sa vie, revenant sur l’enfance de Gally, tout du moins dans le premier tome. La planète Mars a subit les affres de la guerre et au milieu de ce paysage apocalyptique, Yoko, une jeune fillette/robot, tente de survivre aux côtés de sa meilleure amie Erika Wacht. Placées dans un orphelinat, elles reprennent peu à peu une vie presque normale. Mais cela n’est que de courte durée car leur ville-refuge subit de nouvelles attaques. Sous les yeux attendris des lecteurs, Yoko, tel un petit pantin désarticulé sachant à peine marcher, fait ses premiers pas balbutiants. Il s’agit en fait d’un flash-back, une grosse introduction soulignant l’amitié indéfectible entre Yoko et Erika et annonçant en fin de tome, le destin unique de l’héroïne. D’entrée de jeu Gunnm Mars Chronicle s’éloigne de son aîné en termes d’ambiance, exit la mégalopole futuriste, nous voici perdus dans l’immensité martienne, se rapprochant d’avantage de l’aspect space opera de Last Order.

 

gunnm-mars-chronicle-2-glenatYukito Kishiro prend le temps d’installer son récit et le plaisir de se replonger dans l’univers de Gunnm est bien là. Cependant, un premier constat, son trait a bien changé depuis les années 90 et il paraît finalement moins convaincant aujourd’hui. La puissance graphique du mangaka s’est quelque peu assagit et même si le dessin reste de bonne facture, on regrette quand même celui des débuts. Lorsque l’on entame le second tome, on ne s’attend pas vraiment à faire un bond de 200 ans dans le futur. Yoko est devenue une jeune femme bien plus proche de celle que l’on connaît. La voilà de retour sur Mars où elle retrouve son amie d’enfance, Erika, devenue son ennemi. Et là, tout se complique… Le récit se perd dans des tartines de dialogues pas toujours très clairs, faisant référence à tout un tas d’événements survenus dans Gunnm Last Order. Pour ma part, je ne suis pas allé au bout de cette seconde série et pour être parfaitement honnête, ce second tome de Mars Chronicle m’a complètement perdu. Partir sur une origin story, pourquoi pas ?! Cela aurait pu être l’occasion d’écrire un nouveau chapitre, mais Kishiro a pris le parti de lier trop étroitement et abruptement cette dernière série à la précédente.

 

Du coup, en rentrant autant dans le dur dès le second tome et en tissant des liens aussi étroits avec Last Order, le mangaka exclut dès lors les nouveaux arrivants qui n’auront franchement pas les clés pour aborder l’histoire. Il s’adresse avant tout aux fans et lecteurs assidus de sa saga. Le problème, c’est qu’après ce second tome, on se demande si Mars Chronicle parviendra à se suffire à lui-même, scénaristiquement parlant ou s’il s’appuiera constamment sur ses aînés pour progresser. Malgré un avis assez mitigé concernant ce tome 2, l’éditeur Glénat nous offre tout de même, un petit bonus à la fin avec le one-shot Le Monde des brumes, dessiné par Kishiro, sur une idée originale de Hirotaka Tobi. Un court récit poétique et fantaisiste sur l’espace-temps qui fait office de bulle d’oxygène après un tome un peu étouffant en dialogues et références. Voilà donc deux tomes assez différents qui nous déstabilisent un peu. Je ne suis pas persuadé que s’appuyer à ce point sur Last Order soit la meilleure des idées compte tenu de ses qualités discutables. Le prochain tome devrait confirmer la voie empruntée par cette troisième série Gunnm et puis au pire, on relira le titre d’origine.

 

Gunnm Mars Chronicle (T. 1 & 2)
De Yukito Kishiro
Édité par Glénat

Partager