#Critique Gunnm (T. 1 & 2)

#Critique Gunnm (T. 1 & 2)

Note de l'auteur

601 GUNNM EDITION ORIGINALE T01[MAN].inddAprès la réédition du manga culte Akira, dans une version plus proche de l’original et avant celle de Ghost in the Shell le mois prochain, Glénat offre une seconde vie à l’un des titres les plus emblématiques de son catalogue, l’incroyable Gunnm de Yukito Kishiro. C’est avec un immense plaisir que l’on se replonge dans les aventures de Gally et que l’on redécouvre ce classique de la SF, dans un format, là encore, bien plus proche de l’édition japonaise. Avec la réédition de trois de ses titres mythiques, l’éditeur Glénat rend un hommage mérité aux auteurs et à leurs mangas et fait un superbe cadeau aux lecteurs qui n’attendaient que ça !

 

Début des années 90, le manga et la japanimation déferlent sur la France. Aux côtés des shônens de baston et de sport et des shôjos type « Magical Girl », des publications plus adultes, plus sombres et profondes voient également le jour. C’est notamment le cas de Gunnm qui débarque chez nous en 1995, l’année où il se termine au Japon. Avec ce seinen cyberpunk et dystopique, Yukito Kishiro se hisse instantanément au firmament des mangakas. Gunnm s’impose en best-seller et devient une référence. Une humanité perdue vivant dans une décharge géante, une arrogante citée suspendue réservée aux élites, qui attise toutes les convoitises, d’entrée de jeu, le titre pose le décor et nous convie à une fresque SF remplie de fulgurances graphiques. On y fait la rencontre de Ido, un cybernéticien et chasseur de primes à ses heures perdues. Suite à une fructueuse recherche dans la décharge géante Kuzutetsu, il met la main sur le buste d’un robot auquel il parvient à redonner vie. C’est ainsi que la jeune Gally (re)voit le jour. En apparence, Gally est une candide et frêle jeune fille, mais sous ces traits parfaitement humains se cache une machine à l’agilité hors-norme. Consciente de ses capacités, elle décide de suivre les pas de son concepteur et devient elle aussi une chasseuse de primes, un fameux Hunter-Warrior. Elle va, dès lors, se frotter à la violence de ce monde cybernétique et se trouver, dès le premier tome, un adversaire de taille, nommé Makaku. Suite à un premier affrontement avec Gally, le robot mangeur de cerveau n’a plus qu’une idée en tête : retrouver la jeune fille et la torturer.

 

kishiroGunmm1_3_converted-1200x675Ce premier tome donne le ton et nous plonge dans un récit sombre et violent dans lequel la jeune Gally semble être la seule lueur d’innocence. On est saisi par la minutie et les détails apportés à ce monde en décrépitude où l’acier et les câbles électriques cohabitent plus que jamais avec la chair et le sang. Au milieu de cette décharge géante, humains et robots se débattent et tentent de survivre, tandis qu’au-dessus d’eux, se dresse fièrement Zalem, l’orgueilleuse cité volante. Si, jusqu’ici, elle n’est qu’assez peu évoquée, elle reste au cœur des ambitions de nombreux protagonistes. C’est le cas de Yugo, un jeune garçon dont s’éprend Gally, qui tente de réunir une importante somme d’argent en échange de la promesse de pouvoir partir sur Zalem. Pour cela, il se retrouve obligé de travailler pour le marché noir, en vendant des colonnes vertébrales à prix d’or. Si le premier tome met en avant les capacités de combat de Gally, le second s’attache plus à développer les sentiments de son personnage. À travers son héroïne, l’auteur nous questionne sur les principes d’hybridation et de recherche d’immortalité, dans une société où le corps n’est plus qu’une enveloppe interchangeable. D’ailleurs, Gally a beau avoir l’apparence d’une jeune femme, elle semble dépasser les stéréotypes sexuels. Ni homme, ni réellement femme, elle est un être hybride comme tant d’autres, en possession d’un corps d’emprunt, qu’elle aura d’ailleurs vite fait de changer dans les premiers tomes.

 

Cette première œuvre de Yukito Kishiro est traversée par tout un tas de références cinématographiques, qui contribuent à l’édification de son récit post-apocalyptique. Metropolis, Blade Runner, La Fiancée de Frankenstein et dans les tomes à venir, Rollerball, les exemples sont nombreux et donnent un aperçu de l’univers du mangaka. Un univers qu’il dévoile et sublime avec un trait toujours aussi précis et pointu. En 25 ans, le graphisme n’a pas pris une ride et toutes celles et ceux qui l’ont lu à l’époque, se replongeront dans les planches de l’œuvre avec une réelle délectation. Alliant minutie, finesse et délicatesse, le dessin de Kishiro met à l’amande bon nombre de mangakas et rappelle à tout le monde son statut d’auteur majeur et indispensable. En atteste ces scènes d’action hallucinantes face à un Makaku survolté, qui sont autant de purs shoots d’adrénaline et d’orgasmes graphiques.

Gunnm-Rusty-Angel2-e1464870057732

L’entreprise de réédition des plus grands titres de la maison Glénat ne peut que satisfaire les fans, d’autant plus lorsque la démarche consiste à offrir une version plus conforme au matériau d’origine. Même si l’année 2017 semble être sous le signe de Ghost in the Shell avec la réédition du manga de Masamune Shirow et le film made in Hollywood avec Scarlet, Gunnm est loin d’avoir dit son dernier mot. En parallèle de sa réédition, Glénat publie également Gunnm Mars Chronicle, le prequel du titre original, toujours dessiné par Kishiro. Enfin, après avoir passé des années entre les mains de James Cameron, le projet de film a finalement atterrit entre celles de Robert Rodriguez. Clairement, je ne suis pas sûr qu’il y ait de quoi s’en réjouir, mais ceci est un autre sujet. Quoiqu’il en soit, Gunnm revient plus que jamais sur le devant de la scène et fait partie de cette première salve de mangas adaptés par les studios américains, qui vont inonder le monde. Tremblez super-héros !!! En attendant, jetez-vous sur cette remise à jour du titre culte de Yukito Kishiro, c’est un ordre !

 

Gunnm (T. 1 & 2)
De Yukito Kishiro
Édité par Glénat

Partager