On a (aussi) lu…Je n’ai rien oublié de Ryan Andrews

On a (aussi) lu…Je n’ai rien oublié de Ryan Andrews

Note de l'auteur
Poésies étranges et histoires macabres au menu aujourd’hui avec la compilation d’histoires signées Ryan Andrews et que publie Delcourt bien décidé à nous faire passer de mauvaises nuits

 

Jeux macabres entre enfants dans Rouge sang, tourment du deuil enfantin dans Je n’ai rien oublié, évasion onirique dans Le Tunnel et naissance étrange dans Sarah et la Petite Graine, sont autant de thèmes abordés dans ce recueil. Quatre histoires surréalistes, à mi-chemin entre les contes fantastiques et les récits horrifiques des films de série B.

 

Le regroupement en recueil des premières histoires de Ryan Andrews nous donne l’occasion de découvrir l’univers étrange d’un dessinateur qui semble avoir su mélanger un certain onirisme de la culture japonaise avec un sens de l’étrangeté qu’on rencontre plus dans des œuvres américaines et anglaises. Vivant au japon, l’auteur avait auparavant publié une partie de ses histoires sur Internet avant de les compiler dans un ouvrage dont la lecture nous emporte en zone floue ou crépusculaire.

 

je-n-ai-rien-oublieQuatre histoires, quatre styles serait-t-on tenté d’écrire mais à bien y regarder on se rend vite compte que plusieurs thématiques se dégagent et traversent l’ensemble de l’album. En ouvrant sur une histoire macabre d’oies mortes sur un toit, Andrews semble nous parler de son enfance et de son rapport avec des frères protecteurs et moqueurs et un père dont la figure massive et autoritaire nous plonge dans la crainte. Belle métaphore sur le temps qui passe, Rouge Sang parle de la mort sous un angle intéressant que l’on retrouvera dans la seconde histoire, Je n’ai rien oublié, sorte de version noir de Mon Voisin Totoro.

 

Histoire qui aurait parfaitement sa place dans La Quatrième dimension, Le Tunnel combine concision du récit et impact durable par son postulat incroyable et un twist assez glaçant provoquant la relecture immédiate des dernières pages. Concluant le recueil, Sarah et La Petite Graine s’avère être un conte qui joue au yoyo avec les émotions. Incompréhension, curiosité, gêne, terreur et amour se partagent ainsi les cases d’un récit concluant un ouvrage dont la particularité du ton et l’atmosphère bien particulière donnent véritablement envie de suivre le parcours du dessinateur.

 

 

 

Je n’ai rien oublié (Outsider, Delcourt, autoproduction) comprend les histoires publiés dans Nothing is Forgotten.

Ecrit et dessiné par Ryan Andrews

Prix : 16,95 €

Partager