• Home »
  • CINÉMA »
  • Incertain regard (critique de La Chambre bleue, de Mathieu Amalric)
Incertain regard (critique de La Chambre bleue, de Mathieu Amalric)

Incertain regard (critique de La Chambre bleue, de Mathieu Amalric)

Note de l'auteur

ChambreBleueAFFPour son quatrième long-métrage l’acteur-réalisateur curieusement récompensé en 2010 pour la mise en scène de Tournée revient à Cannes avec une adaptation incertaine de Georges Simenon, présentée cette fois dans la sélection parallèle Un certain regard.

Dans une de ces petites villes de notables qu’affectionnait le père de Maigret, une banale histoire d’adultère tourne au drame. Le mari se retrouve accusé de crime passionnel et subit une série d’entretiens léthargiques au cours desquels un juge d’instruction tente de reconstituer le fil des événements.

Un roman de Simenon, c’est une intrigue solide, des personnages complexes, une atmosphère pénétrante. L’action en est souvent absente, la psychologie toujours révélatrice. Autrement dit – et à la condition de savoir prendre la bonne distance avec l’œuvre – pour rater une adaptation de Simenon, il faut vraiment le vouloir. Mathieu Amalric l’a manifestement bien cherché en s’écartant considérablement de la mécanique imparable du romancier. Mais après tout pourquoi pas, un film peut gagner à trahir l’œuvre qu’il adapte. Sauf que là, non.

Dans un format 1.33 favorisant le décadrage poseur, le réalisateur tente de saisir une sensualité qu’il ne fait que forcer, au détriment de la connaissance plus intime qu’on aimerait avoir des personnages, et en particulier de celle par qui le scandale arrive. A cette approche frustrante s’ajoute une construction en flashback qui donne l’impression de noyer un poisson déjà pêché et, en concentrant l’attention sur l’accusé, maintient les autres personnages dans une superficialité dénuée de tout mystère. C’est sans doute le plus dommageable pour un film dont on se sent exclu malgré les efforts d’interprétation de Léa Drucker, de Laurent Poitrenaux aussi raide que la justice et de Mathieu Amalric himself, qui reste quand même un putain d’acteur.

 

En salles depuis le 16 mai.

2014. France. 1h15. Réalisé par Mathieu Amalric. Avec Mathieu Amalric, Léa Drucker, Stéphanie Cléau, Laurent Poitrenaux, Serge Bozon…

 

Partager