#Critique La soif de l’or (Guyane / Canal+)

#Critique La soif de l’or (Guyane / Canal+)

Note de l'auteur

Après un polar nordique (Jour polaire), Canal+ mise sur la jungle sud-américaine pour une série de genre moite et frontale. Malgré quelques coups d’éclats, l’ensemble s’avère rapidement décevant.

Vincent est un étudiant encombrant de l’école des mines de Paris. Pour s’en débarrasser, il est envoyé en Guyane pour y effectuer un stage auprès de Cayenor, une société exploitant les gisements aurifères locaux. Au contact d’un maître de stage magouilleur, il va tenter de se muer en chercheur d’or évoluant au milieu des requins de la mafia locale…

Guyane est un récit de Fabien Nury. Ce sujet peu commun pour la production française est aussi né d’un auteur qui sort du moule habituel. Nury est en effet auteur de bandes dessinées, au parcours déjà couronné de succès ; citons notamment Il était une fois en France, prix de la meilleure série au festival d’Angoulême en 2011.
Pour cette immersion dans ce département d’outre-mer, il assemble au départ un tableau géographique séduisant. Les strates du contexte géopolitique (matières premières, composantes sociales, influence brésilienne) sont adroitement installées mais tout cela se dilue trop vite dans un récit mafieux très classique.

Néanmoins, Guyane séduit d’abord par sa mise en scène. C’est Kim Chapiron qui façonne les premiers épisodes et son travail s’élève rapidement au-dessus de la mêlée. Chapiron est un habitué du film du genre (Sheitan, Dog Pound) et cela se voit.
Avec cette première incursion sérielle, il impressionne par une double maîtrise aussi bien sur l’approche du milieu inhospitalier entre jungle mangrove que sur les expressions de ses acteurs qu’il souligne par une belle dynamique du cadre. On regrette toutefois qu’il n’ait pas officié sur l’intégralité de la saison (il réalise 4 épisodes sur 8) car ses successeurs sont loin du compte.

Au final, il est difficile de pointer le talon d’Achille de cette Guyane. Pris entre le désir d’encourager une œuvre qui fait le pari du genre et le constat que cette histoire ne déclenche pas l’intérêt minimal escompté, on ne peut que regretter la légèreté employée pour caractériser des personnages grossiers et jobards. À ce titre et dans le rôle principal, Mathieu Spinosi ne démérite pas, mais il est difficile de croire en ce Vincent qui oscille entre naïveté abyssale et clairvoyance improbable.

L’an passé, sensiblement à la même époque, Canal+ nous surprenait avec Baron noir dans un genre qu’on pensait pourtant difficile à gravir pour nos productions françaises. Avec Guyane, l’ambition est belle à nouveau, mais la pente s’avère plus ardue. Cela ne doit tout de même pas nous empêcher de rêver d’une Banshee à la française !

GUYANE (Canal+) Saison 1 en 8 épisodes
Série écrite par : Fabien Nury avec Sabine Dabadie et Frédérik Folkeringa.
Réalisée par : Kim Chapiron, Philippe Triboit et Fabien Nury.
Avec : Mathieu Spinosi, Olivier Rabourdin, Issaka Sawadogo, Anne Suarez et Flora Bonfanti.
Musique originale de : Quarantine et Stéphane Le Gouvello.

Visuel : Guyane / Mascaret Films et Canal+

Partager