#Critique Lady whisky de Joël Alessandra

#Critique Lady whisky de Joël Alessandra

Note de l'auteur

Hommage poignant et très tourbé rendu à Helen Arthur, la plus grande dame du monde, un brin masculine, du whisky. Une marque d’amour incroyable d’un petit-neveu à la tante de sa femme : poursuivre sa quête posthume jusqu’à l’achèvement de l’œuvre. Enivrant.

9782203120181_1L’histoire : écrivaine à succès de la vie et de l’œuvre des single malt et autres blended malt, Helen Arthur (1947-2015) avait même créé sa propre sélection de ce nectar mondial, mais surtout écossais. Pour prolonger et aboutir ce travail d’une vie, Joël Alessandra, le mari de sa nièce, décide de partir à la découverte de l’île d’Islay pour dénicher le whisky des whiskys, celui que sa tante avait cherché durant toute son existence. Une plongée pédagogique dans un monde de tradition.

Mon avis : vous ne pourrez plus dire que vous ne connaissez rien au monde de la création d’un whisky. Ni ses singularités (single malt, blended malt, blended whisky ou single cask, le nec plus ultra), ni la façon de le fabriquer (de l’orge à l’embouteillage en passant par le travail du malt, la double distillation, la part des anges ou le vieillissement dans les meilleurs tonneaux de vin français…). Avant cette BD, je n’avais pas l’impression d’avoir jamais bu un verre de whisky (pas les carrés, surtout pas, plutôt les tulipes et surtout, profanation suprême, sans glaçon, juste une simple goutte d’eau pour l’aérer). Après, je ne rêve que de me laisser aller à la découverte de cette eau de vie en choisissant de l’écossaise évidemment.9782203120181_3

Ce sont de véritables carnets de voyage que nous livre l’auteur. Un périple qui nous mène de la maison du whisky à Paris jusqu’aux plus majestueuses distilleries d’Islay au nord-ouest de la Calédonie. Lui, qui n’y connaissait rien, se prend à vouloir perpétuer la quête de sa tatie. De déception en déception, il aboutit sur la tombe d’Helen Arthur pour lui avouer son échec jusqu’à un ultime coup de tonnerre qui rend son aventure pas totalement vaine.

C’est beau, ce n’est pas de la BD classique, cela nous ouvre des horizons et ce n’est pas de l’amour mais une énorme preuve d’amour pour quelqu’un qui a comme épitaphe : « Un vie pleine de sens. » Cet ouvrage n’en manque pas non plus. Il en regorge même.

En accompagnement : une bouteille de Lady whisky même si celui qui va la trouver n’est pas encore né.

Si vous aimez : Lady S de chez Dupuis. Non, rien à voir en fait ! Plutôt L’Ile noire d’Hergé.

9782203120181_5Autour de la BD : ce dessin de voyage, comme le qualifie l’auteur, est un pur délice. Des aquarelles qui en disent beaucoup mais pas trop sur l’expérience chromatique vécue dans les confins écossais. Cela colle parfaitement au récit. Illustrateur foisonnant, Joël Alessandra est un auteur complet.

Extraits : « Slainte Mhath ! » (À la vôtre)

« Attendez, un petit glaçon dans mon whisky… et cul sec ! »

« Un glaçon ??!! »

« Écoute, on ne met jamais de glaçon dans un single malt de cette qualité, ça anesthésie complètement le goût. »

Lady whisky
Écrit et dessiné par Joël Alessandra
Édité par Casterman

Partager