#Critique Le Ferry : une croisière pleine de promesses

#Critique Le Ferry : une croisière pleine de promesses

Note de l'auteur

The Strain, The Walking Dead et Le Fléau sont sur un bateau ; la plupart des humains et quelques vampires/zombies tombent à l’eau… Mats Strandberg peine à exorciser ses influences – Stephen King en tête – dans ce roman plutôt plaisant, malgré tout.

leferry

L’histoire : Quelque 1 200 personnes embarquent à bord du Baltic Charisma, un ferry qui les emmènera de Suède en Finlande. Certains ne pensent qu’à se bourrer la tronche, d’autres à trouver l’âme sœur, d’autres encore à oublier qu’ils ont un père ou une mère… Tous font face à une épidémie de dents acérées et de soifs de sang inextinguibles après qu’un petit garçon a désobéi à sa mère et parcouru les couloirs pour se nourrir.

Mon avis : « Le Stephen King suédois », annonce l’éditeur en quatrième de couverture. Bon, on ignore d’où vient cette apparente citation. Mais si la référence au Maître de l’horreur est évidente – elle hurle à chaque page (les pensées insérées en italiques ; les éléments de pop culture disséminés) – difficile de comparer ces deux auteurs. Le Suédois Mats Strandberg n’a pas encore le niveau d’imagination, de créativité, de talent narratif de l’horroriste de Bangor. Ceci dit, il n’en a pas non plus la longévité. Et certaines promesses, dans ce Ferry de facture vraiment honnête, laissent penser à un avenir plutôt intéressant pour le romancier nordique.

Le côté choral est assez maîtrisé, même si l’on regrette un peu de ne pas plonger davantage dans le passé de chacun des personnages – une des grandes forces du King. Cela aurait permis, au passage, de bien faire la différence entre une Madde et une Marianne, par exemple. Franchement, à certains moments, on ne sait plus trop qui est qui, avec des chapitres très courts en succession rapide. Au bout d’un moment, on finit par renoncer à réellement identifier qui est en jeu à l’instant T, pour se laisser porter par l’avancée du récit. Et l’on y perd quelque peu dans la dimension humaine.

Le récit, justement, pèche par manque de nouveauté. Pour faire court, il s’agit d’une épidémie de vampirisme/zombification dans un espace relativement clos. Du classique pur et dur, sans une once d’originalité. Ça bouffe, ça mord, ça souffre, ça meurt, ça revit, ça remord… Une mère et son fils âgés de plus d’un siècle… Un chanteur has-been qui semble sur le point de conquérir le monde grâce à sa nouvelle nature… Des gentils et des méchants, des courageux et des lâches… Un final des plus prévisibles… Rien de neuf sous le soleil scandinave. Reste un roman pas désagréable, et un auteur qui, s’il affine ses instruments, pourrait produire des choses vraiment intéressantes.

Si vous aimez : les romans de Stephen King (Le Fléau et Salem en tête), la trilogie romanesque The Strain de Chuck Hogan et Guillermo del Toro (et la série télé qui en a été tirée), et plus largement toute la culture épidémiologique ès vampires et zombies qui dure, qui dure… et ne paraît jamais vouloir s’éteindre complètement.

Mats Strandberg (c) Arild Vagen

Mats Strandberg (c) Arild Vagen

Autour du livre : Mats Strandberg a également écrit le cycle d’Engelsfors en collaboration avec Sara B. Elfgren. Cette trilogie fantastique située à Engelsfors, une petite ville de Suède entourée de forêts immenses, a notamment donné lieu à un film made in Sweden en 2015 (The Circle), après que le barbu du groupe ABBA en eut acquis les droits.

Extrait : « Les monstres existent, et ils sont ici. Il n’y a nulle part où se réfugier.
Des relents écœurants montent dans l’air. Tant de cris. Partout des bruits de lames qui cisaillent, taillent la chair. Des chaises et des tables se renversent, des jambes sont brisées, le sang éclabousse le sol et les murs, peignant la pièce en rouge. Le vieux vigile rampe sur le sol, laissant des traînées ensanglantées derrière lui. Au milieu de la pièce se tient la femme qui vient de parler à Dan Appelgren.
Ce dernier se tient près de la porte et observe la scène de ses yeux injectés de sang, un sourire mauvais aux lèvres. »

Le Ferry
Écrit par Mats Strandberg
Édité par Bragelonne

Partager