#Critique Le Lendemain du monde de Xavier Coste et Olivier Cotte

#Critique Le Lendemain du monde de Xavier Coste et Olivier Cotte

Note de l'auteur

Sauver le monde, bon, ce n’est pas toujours simple. Surtout quand vos commanditaires s’avèrent être de beaux salauds. Entre manipulation et éthique bafouée dans un univers revenu à des âges ancestraux, notre héros va devoir la jouer fine pour ne pas être le jouet des puissants. Et servir jusqu’au bout une cause. Oui, mais laquelle ?

9782203094383_1L’histoire : C’était mieux avant. Voire beaucoup mieux. Avant le bug planétaire qui a détruit tous les appareils électriques et l’éclosion des intelligences artificielles censées rendre ce nouveau monde meilleur. James Graham Keran, un ancien militaire, est missionné pour régler tout ça et détruire ceux qui impulsent ce changement. Sa cause est-elle juste ? Ce sera à lui d’en décider dans une aventure où ceux qui lui veulent du bien ne sont pas forcément ceux que l’on croit.

Mon avis : le scénario tient debout avec notre héros qui croit servir les intérêts supérieurs d’un État et qui découvre au fil du temps que les méchants sont peut-être en fait les gentils, et vice versa, avant de s’en convaincre définitivement à l’extrême fin de cette BD. Le contexte avec cette ère post-apocalyptique est scabreux à souhait, on vit dans une époque incertaine où votre meilleur allié, c’est encore votre 9 mm. Où l’Homme réapprend à vivre sans le concours d’une certaine modernité.

L’équilibre de cette nouvelle société est encore bien instable avec, d’un côté, un retour à l’âge des cavernes pour certaines choses qui nous sont tellement naturelles au XXIe siècle et, de l’autre, une postmodernité au sein de laquelle les intelligences artificielles sont en passe de gouverner la planète, bien loin encore, même si on est sur la bonne voie, de notre temps. Cette dichotomie est bien exploitée.

9782203094383_2Le fond est là, la forme absente. On se perd dans le dessin peu réaliste de cette BD. Difficile parfois de saisir ce qui se passe, ce que les auteurs ont voulu instiller à tel moment. On peut apprécier le style un peu « gouache » mais il ne sert pas l’histoire. Pour aller plus loin, le graphisme cause un vrai tort à ce récit de science-fiction rétro qui aurait mérité autre chose. Une vraie déception.

Si vous aimez : la gamme de couleurs et le style de chez Desigual.

En accompagnement : le générique des Mondes engloutis.

Autour de la BD : Olivier Cotte est un habitué de la maison Casterman. On lui doit notamment L’Épouvantail ou Le Futuriste. C’est un auteur complet qui touche à pas mal de domaines. Xavier Coste, illustrateur, a sorti son premier album (Egon Schiele, vivre et mourir) en 2012.

Extraits : « Moi !? Pourquoi moi ? Envoyez plutôt un commando pour leur foutre dans le cul puisque vous connaissez le responsable ! »

« On l’a fait. Plusieurs fois. Et le peu d’hommes, qui en sont revenus, avaient perdu la raison. Certains se sont même échappés pour y retourner. Allez comprendre : des hommes d’élite. »

9782203094383_3« Et bombarder le centre à l’aide de planeurs ? Ce serait plus simple. »

« Impossible. Cela serait considéré comme une déclaration de guerre en territoire africain et les technocrates de l’ONU s’y opposent. Foutus politiciens. »

Le Lendemain du monde
Écrit par Olivier Cotte
Dessiné par Xavier Coste
Édité par Casterman

Partager