• Home »
  • BD - COMICS »
  • #Critique Le mystère de la chambre jaune de Jean-Charles Gaudin, Sibin Slavkovic et Joël Odone
#Critique Le mystère de la chambre jaune de Jean-Charles Gaudin, Sibin Slavkovic et Joël Odone

#Critique Le mystère de la chambre jaune de Jean-Charles Gaudin, Sibin Slavkovic et Joël Odone

Note de l'auteur

Soleil ressuscite Gaston Leroux et son mystère de la chambre jaune. Un huis clos angoissant où il est bien difficile de démêler le vrai du faux. Où les apparences sont bien souvent trompeuses. À l’instar du roman, vous pouvez compter sur Rouletabille, plus détective que journaliste, pour vous offrir la lumière sur un plateau.

L’histoire : Au château du Glandier, ce n’est qu’expérimentations scientifiques et doctes savants. Sauf qu’un malotru se prend à vouloir assassiner mademoiselle Stangerson, fille de son professeur de papa. Une première fois dans un réduit bouclé à double tours, sa chambre jaune, l’autre dans le château attenant. À chaque fois, le malfaisant réussi à semer ses poursuivants. Mais ça, c’était avant. Avant que Joseph Rouletabille, ci-devant pisse-copie au Matin, ne débarque, flanqué de son fidèle Sainclair. L’assassin n’a qu’à bien se tenir.

Mon avis : Il y a une forme de lenteur dans cette adaptation. Mais pas celle qui vous voue à un ennui certain, plutôt celle des dimanches après-midi. Quand la torpeur le dispute à la chaleur d’un feu de cheminée. Dans les frimas d’un début de printemps, on aurait envie de s’asseoir dans un fauteuil molletonneux, pelotonné dans une écharpe bien chaude avec un thé à la bergamote comme compagnon. Et on se plongerait dans cette mystérieuse chambre jaune qui devient froide.

Il y a de la rondeur dans cette BD. Il y a aussi du suspens. Cela respecte en ce sens le roman de Gaston Leroux. Et comme on l’a lu il y a, ma foi, bien longtemps, on ne se hasardera pas à définir un degré de fidélité à l’œuvre originelle, on appréciera juste le sentiment de curiosité qui se développe chez le lecteur. Et comme on ne souvient plus qui est le coupable, on biche de le savoir au gré des pages. Mission donc accomplie puisque le secret est bien gardé jusqu’à la fin.

On apprécie un peu moins la vantardise de Joseph Rouletabille. Ce dernier a tout vu, tout fait, sait tout et ne manque jamais de le faire savoir. Un petit Tartarin de Tarascon, bien loin de son compère Tintin, qui balade sa modestie en bandoulière. Mais comme « Jo » le malin dénoue à peu près toutes les intrigues, on tolérera son côté bravache.

Avec cette adaptation, on retombe légèrement en enfance, façon Madeleine de Proust. Et ce n’est pas le plus désagréable.

En accompagnement : une bonne bouffarde d’Amsterdamer bleu qui brûle légèrement la lippe et qui parfume les bacchantes que vous n’aurez pas manqué de vous laisser pousser. Pour les filles, ça marche aussi. Avec un postiche.

Si vous aimez : une partie de Cluedo. Avec une indiscrétion rien que pour vous, ce n’est pas le colonel Moutarde et le chandelier ne sert que d’écrin aux bougies.

Autour de la BD : c’est une première de Soleil qui sera suivie par d’autres et qui annonce une autre adaptation Le Parfum de la dame noire. Jean-Charles Gaudin est un scénariste prolifique qui navigue à son aise d’habitude dans le fantastique. Sibin Slavkovic nous offre un trait d’époque. Du moins pour l’ambiance générale avec des personnages résolument modernes.

Extraits : « Qui a osé interrompre l’interrogatoire ? »

« Je demande pardon monsieur le président, la Transatlantique a eu du retard ! J’arrive d’Amérique. Je suis Joseph Rouletabille. » (…)

« Je vous apprendrai jeune homme à vous moquer de la Justice. En attendant que la cour délibère sur votre cas, je vous retiens à la disposition de la Justice. »

« Je ne demande que cela : être à la disposition de la Justice… Et nul, plus que moi, n’a le respect de la Justice… »

« Eh bien, nous vous écoutons Joseph Rouletabille. Nous attendons le nom de l’assassin. »

« Monsieur le président, je ne pourrai vous le dire qu’à six heures et demie ! »

Écrit par Jean-Charles Gaudin
Dessiné par Sibin Slavkovic
Édité par Soleil

 

Partager