• Home »
  • BOOKS »
  • #Critique L’Effet Domino : meurtre et magie sous Clémenceau
#Critique L’Effet Domino : meurtre et magie sous Clémenceau

#Critique L’Effet Domino : meurtre et magie sous Clémenceau

Note de l'auteur

François Baranger nous invite à suivre une équipe de choc dans Paris en 1907, à la recherche d’un tueur aussi mystérieux que violent.

1702 - L effet domino_orgL’histoire : L’inspecteur Lacinière a été appelé à Paris. Le voilà qui doit quitter Rennes, soi-disant pour enquêter sur les Apaches, des bandes de jeunes voyous sans foi ni loi. Mais en réalité, le préfet Lépine le met à la tête d’une brigade peu commune qui a une seule mission : enquêter sur un mystérieux assassin qui, non content de tuer, torture et met en scène des corps selon un étrange rituel. Et toutes ses victimes se retrouvent avec un domino dans la gorge… Lacinière devra compter sur toute son ingéniosité ainsi que celle d’une jeune noble féministe et d’un agent tout aussi peu âgé pour retrouver qui se cache derrière ces assassinats.

Mon avis : Âmes sensibles s’abstenir, ceci n’est pas un roman à l’eau de rose, ou un mystère de Paris. Les meurtres sont explicites et tortueux, mécaniques et ésotériques. François Baranger nous invite dans un vrai roman d’atmosphère, où la politique se mêle de la petite et de la grande histoire, où le socialisme et les valeurs féministes tentent de se faire une place dans un univers violent et étrange. Celui de la France du début du XXe.

François Baranger

François Baranger (ceci n’est pas un mug shot)

Ne vous fiez pas à sa taille, plus de 600 pages. Ce livre est une vraie réussite et d’une rapidité à être englouti. Impossible de lâcher le pavé, tellement l’inspecteur Lacinière nous entraîne à sa suite dans ce roman qui est à la fois une histoire sociale, politique et, bien entendu, policière. Et ce dernier arrive très bien à nous faire sauter d’un suspect à l’autre, tout en écumant les bas-fonds de Paris, qui n’a jamais été si dangereuse et misérable. Certes, l’inspecteur cache un triste secret. Certes, la jeune noble féministe aussi. Mais tous se battent contre un destin cruel ou difficile, et surtout, de nombreuses surprises sont au rendez-vous.

La grande réussite de l’ouvrage, c’est avant tout de nous perdre dans une atmosphère qui passe de l’ambiance feutrée des cabinets ministériels, à la puanteur d’un meurtre dans une chambre de bonne, en passant par les ruelles mal famées… Le tout dans un environnement majoritairement masculin, où les femmes quand même gardent des portraits forts et nuancés, même en arrière-plan. On regrettera peut-être un peu la fin qui s’étale un tantinet sur la longueur.

9783764704445_1Si vous aimez : Paris post-exposition universelle, où les espoirs du peuple se heurtent à la violence et où les découvertes scientifiques se font aussi par des femmes.

Autour du livre : Il s’agit du troisième livre de l’auteur, qui est aussi illustrateur et concept-artist. C’est d’ailleurs lui qui a réalisé la couverture de son livre, en s’inspirant du travail de Paul Gooney. Ses deux premiers ouvrages sont de la science-fiction, et se nomment Dominium Mundi.

Extrait :
« – Je commençais à penser qu’il avait mis les voiles quand, début février, il a commis un nouveau meurtre. Stefan Markanov, mélomane et compositeur à la petite semaine, vivant aux crochets de ses amants fortunés, au nombre desquels on compte notamment le compositeur Camille Saint-Saëns.
– Ce meurtre ressemblait-il à celui de Peniaud ?
– Comme deux gouttes d’eau. Son corps a été retrouvé dans le même état que celui du laborantin, mutilé et disposé de la même manière, sauf que cette fois le visage n’a pas été touché. On lui a coupé les cou… (Lépine fronça les sourcils), euh, on l’a émasculé.
– Des dessins sur les murs ?
– Les mêmes imbécillités satanistes. Là encore, les voisins n’ont rien entendu, pas de témoin oculaire, pas d’indice. Quelques jours plus tôt, comme Contet avait été mis au repos forcé – ses nerfs avaient lâché -, j’avais affecté un autre inspecteur sur l’affaire Peniaud : Émile Wolberer. Un vieux de la vieille qui sait y faire avec les voyous.
Avec les voyous peut-être, mais avec les assassins à répétition ?
– Wolberer se familiarisait à peine avec le dossier qu’il était appelé sur le meurtre de Markanov. Pas de quoi l’impressionner, cela dit. Il commença les investigations à son habitude. Malheureusement, il ne put les mener bien loin. »

L’Effet domino
Écrit par François Baranger
Édité par Bragelonne

Partager