#Critique Lego Batman, le Film : beaucoup de briques pour rien ?

#Critique Lego Batman, le Film : beaucoup de briques pour rien ?

Note de l'auteur

Propulsée par le carton international de La Grande Aventure Lego (470M$ de recettes, pour 60M$ de budget), l’animation en petites briques jaunes montre qu’elle a de la suite dans les idées, et revient sur nos écrans avec Lego Batman, le film, bien décidée à répéter le miracle…

batman-robin-and-joker-lego_batman_movie-(981)

Les Lego, ces figurines ultra-populaires, mélangés à l’univers de l’un des plus célèbres super-héros, et de l’une des plus lucratives franchises du monde… Qu’est-ce qui pourrait mal se passer ? Honnêtement, si les résultats au box-office ne nous inquiètent pas trop, c’est plutôt l’objet lui-même, basé sur un personnage populaire – mais secondaire – de La Grande Aventure Lego, qui amène l’interrogation.

The-LEGO-Batman-Movie-preview

Tout ça semble balayé d’un revers de la main très rapidement quand on découvre le Batman doublé par Will Arnett, dont la caricature à grands renforts de narcissisme délirant, de punchline bien senties, et d’humour absurde savamment dosé, remporte l’adhésion. Ce qui nous avait fait marrer dans le personnage en 10 minutes d’apparition dans La Grande Aventure Lego est ici génialement extrapolé, sans qu’il semble y avoir de limites à la loufoquerie et à la référence à tout va, et le film joue la carte du « méta malin » généreux en prenant en compte toute l’histoire – et les précédentes adaptations – du Chevalier Noir. Les gosses riront sur les pirouettes du héros, les plus vieux sur le clin d’œil au Batman de 1966. C’est beau, c’est fun, c’est désopilant… Pendant le premier tiers du film.

batman-and-robin-lego_batman_movie-(1136)

Passée la mise en place de l’histoire, du ton et de l’énergie, Lego Batman le film semble en effet marquer le pas, s’obstinant à jouer sans cesse sur les mêmes traits des mêmes personnages qui, s’ils font rire au début, finissent rapidement par lasser. Pourtant lancée sur de bonnes bases scénaristiques – l’amour vache entre Batman et le Joker – l’histoire s’obstine à se concentrer sur l’envie de solitude de Batman comme seule caractéristique, et unique levier de gags du héros. Encore une fois, on rigole du personnage au début, puis il finit par agacer.

Entendez bien, Lego Batman le film est un joyeux bordel, plaisant et visuellement sublime. Les petits gars derrière La Grande Aventure Lego montrent une nouvelle fois qu’ils ne laissent pas les choses au hasard, et le film regorge de subtilités en tout genre, en plus des références à la pelle qui raviront à coup sûr les fans de tous horizons.

thelegobatman_trailer4

Mais c’est aussi là que le bât blesse, puisque l’aventure finit par ressembler à un défilé de clins d’œil pêle-mêle, construit sur l’absurdité d’un personnage gimmick amusant, mais trop mince pour tenir sur la longueur. On finit par être gavé de cette surenchère de private jokes à tout-va, trainée tant bien que mal par des personnages et une histoire avec autant d’épaisseur qu’une blague Carambar. Ce Lego Batman le film aurait peut-être dû écouter le bon vieux dicton : les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures. Même quand on s’appelle Batman.

 

473837.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxLego Batman, le film

Réalisé par Chris McKay

Avec Will Arnett, Michael Cera, Rosario Dawson, Ralph Fiennes, Zach Galifianakis…

À la suite des événements relatés dans La Grande Aventure Lego, l’autoproclamé chef du groupe, Batman, a désormais droit à sa propre aventure. Mais de gros changements se préparent à Gotham City. S’il veut sauver la ville des mains du Joker, Batman pourrait avoir à renoncer à son image de justicier solitaire, devoir travailler en équipe, et peut-être même apprendre à sourire…

 

Partager