• Home »
  • JAPAN »
  • #Critique Les 7 Princes et le Labyrinthe Millénaire (T. 1)
#Critique Les 7 Princes et le Labyrinthe Millénaire (T. 1)

#Critique Les 7 Princes et le Labyrinthe Millénaire (T. 1)

Note de l'auteur

les_7_princes_et_le_labyrinthe_millenaire_5227Voici le dernier venu de l’éditeur Doki-Doki, Les 7 Princes et le labyrinthe millénaire ! Derrière ce titre, il faut le dire pas vraiment inspiré, se cache le nouveau seinen du duo Haruno Atori et Yu Aikawa. Un récit en quatre tomes qui dans son introduction ne manque pas de charme. Pénétrez dans un mystérieux château et déjouez les pièges, tel est le menu auquel vous convient les auteurs. Un premier tome réussi grâce à un postulat de départ efficace et une galerie de personnages intéressants. Un bon début, donc !

 

Yuan Juno, un jeune homme, se réveille dans un espèce de cachot, sans savoir comment, ni pourquoi il est arrivé là. Heureusement pour lui, il est secouru par Lawrence Ackroyd, sommité dans le milieu des arts-martiaux. Tous deux se mettent alors en route pour trouver une issue et tombent sur d’autres personnes, six au total. Un illustre détective, une star de la chanson, un influent militant des droits civiques, un chef de gang de voleurs, un mathématicien de renom et un héritier fortuné, tous se retrouvent enfermés dans ce qui semble être un immense château truffé de pièges et d’énigmes. Le but de tout cela est de désigner un héritier au trône. Voilà donc pour l’armature principale du récit. On découvre chacun des protagonistes au fur et à mesure de la progression des uns et des autres et très vite, Yuan, tout comme le lecteur, se demande ce qu’il fait parmi ces illustres figures. Bien entendu, les auteurs en gardent sous le coude et ménagent le suspens. Toujours est-il que le jeune héros ne semble pas franchement avoir sa place parmi les prétendants au trône. On aura bien évidemment les réponses aux questions que soulève ce premier tome par la suite, d’autant que comme dit précédemment, le titre n’en comptera au final que quatre.

 

7PRINCES63_1Cette courte série d’Atori et Aikawa débute donc par un tome assez convaincant, proposant une ambiance délicieusement mystérieuse. À ce stade, il est même difficile de le classer dans une catégorie bien définie tant il tient aussi bien du shônen que du seinen gentiment horrifique. Les auteurs surfent sur la vague du « survival » ultra en vogue ces dernières années dans le manga mais parviennent à l’assaisonner différemment pour faire sortir leur titre du lot. Laissant de côté les délires glauques et racoleurs mettant en scène des lycéens, ils optent pour une approche plus énigmatique et enchanteresse. Le château ainsi que la galerie de personnages y sont pour beaucoup, d’ailleurs celle-ci paraît suffisamment éclectique pour que chaque lecteur puisse y trouver son compte. Graphiquement, le titre s’en sort très bien. Avec son esthétique baroque, le trait de Haruno Atori rappelle furieusement celui de Jun Mochizuki, l’auteure de Pandora’s Heart, voire même certains travaux du collectif CLAMP. Il y a cette même rondeur, cette douceur dans le dessin d’Atori, de même qu’il y a ce souci du détail que ce soit dans les décors ou le chara-design très soigné. Bref, ce premier tome des 7 Princes et le labyrinthe millénaire s’offre une entrée en scène remarquée. Pour le moment, pas de fausses notes à l’horizon pour un titre qui a du potentiel.

 

Les 7 Princes et le Labyrinthe Millénaire (T. 1)
De Haruno Atori et Yu Aikawa
Édité par Doki-Doki

Partager