• Home »
  • BOOKS »
  • #Critique Les Abîmes d’Autremer : enfin la réédition !
#Critique Les Abîmes d’Autremer : enfin la réédition !

#Critique Les Abîmes d’Autremer : enfin la réédition !

Note de l'auteur

Les Abîmes d’Autremer sont une trilogie young adults écrite par Danielle Martinigol. Initialement publié aux éditions Mango à partir de 2001, il était presque impossible de remettre la main dessus… Jusqu’à aujourd’hui.

59688L’histoire : La planète Autremer cache bien des mystères… Les habitants de cette planète composée majoritairement d’eau sont taciturnes et cachent bien des mystères, surtout liés à leurs incroyables vaisseaux, les Abîmes. Mais la journaliste Sandiane compte bien percer à jour ces secrets, et les révéler à toute la galaxie, quitte à totalement changer la face des voyages intergalactiques.

Mon avis : Danielle Martinigol nous entraîne à travers ces trois romans sur 25 ans d’une histoire houleuse entre protection de l’environnement et critique acerbe des médias. À travers Sandiane, nous découvrons Autremer, et ses habitants. Les autres romans nous transportent à travers l’espace d’une planète à l’autre, par les yeux de ses descendants mais aussi d’autres adolescents qui découvrent eux-aussi la fabuleuse planète d’eau.

Les regards sont donc avant tout ceux des adolescents, qui n’ont pas encore perdu la magie de leur enfance et de leurs rêves, alors qu’ils découvrent aussi l’amour, l’amitié, avec les uns, les autres ainsi que leur environnement. Difficile d’en dire plus sans spoiler ce qui est un très beau récit d’ouverture à l’autre et à la différence, le tout porté par une plume efficace, directe et précise. C’est aussi un roman surprenant, n’hésitant pas à mettre en avant les contradictions de notre monde : celles de l’information à tout prix et tout le temps, de l’exploitation des ressources et du pouvoir militaire.

autresmondes005Mais surtout Danielle Martinigol, avec finalement des textes relativement courts, parvient à nous faire rêver à une autre planète bleue. Avec un regard innocent, elle parvient à réaliser un monde, un univers propre à elle et sans forcer sur un vocabulaire qui serait trop riche, ou une trop grosse pluralité de mots inventés. Ce monde lointain est plausible, car il tire ses racines du nôtre, respecte une certaine humanité avec ses fulgurances, ses amitiés et ses trahisons. Un roman Young Adults, qui plaira à beaucoup, avec des héros et des héroïnes.

Si vous aimez : les récits d’amitié, d’amour, de respect et surtout de voyages intergalactiques ! Avec de petites surprises au milieu, quand même.

Autour du livre : Le cycle des Abîmes a notamment reçu le grand prix de l’Imaginaire en 2002. Le premier tome se nomme Les Abîmes d’Autremer, le second L’Envol de l’Abîme et le troisième L’Appel des Abîmes. Ils ont été traduits en turc. Par ailleurs, Danielle Martinigol sera présente au Salon du livre Paris.

Danielle Martinigol

Danielle Martinigol

Extrait : « Elle fit mine de se replonger dans la contemplation de ses images. Pourtant, l’allusion de Biggy à la stase venait de lui provoquer un léger coup au cœur. Elle savait maintenant qu’elle n’oublierait jamais la sensation de ce premier saut dans l’hyperespace à l’intérieur d’un Abîme.
– Écoute ça… murmura Biggy en se penchant vers elle pour lui faire signe de se connecter sur la même longueur d’onde que lui.
Il venait de capter une conversation grâce à l’un de ses micros omnidirectionnels. Sandiane balaya les longueurs d’onde d’un geste sur son bracelet de commandes et reçut le son dans son casque.
– Quel micro enregistre ?
Biggy leva le doigt vers un coin du plafond. Un minuscule tube de métal flottait, quasiment collé dans un angle. Sa membrane faisait à peine trois millimètres de diamètre, et pourtant son cône de perception couvrait une bonne partie du hall.
Elle plongea la main dans sa poche et en sortit un mini-objectif cerclé de métal. L’anneau d’ultracier contenait un système antigrav miniaturisé. Paume ouverte, Sandiane lâcha la lentille. Le disque transparent monta doucement, jusqu’à rejoindre le tube de métal. Objectif et micro étaient quasiment invisibles. Il fallait être du métier pour les déceler, là-haut, immobiles sous les verrières du hall. »

Les Abîmes d’Autremer – L’intégrale
Écrit par Danielle Martinigol
Édité par ActuSF, collection Naos

Partager