#Critique Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2

#Critique Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2

Note de l'auteur

Sorti il y a 3 ans, Les Gardiens de la Galaxie avait surpris son monde avec ses personnages gonzos, son univers flamboyant, et son ton décomplexé et rafraîchissant. Voilà qu’arrive aujourd’hui sa suite, en mode « bigger and better », bien décidé à répéter le miracle, et prouver que le premier opus n’était pas qu’un joyeux accident.

Guardians-Galaxy-Vol-2-New-Logo

Loin de la relative gravité des autres productions Marvel, Captain America : le Soldat de l’hiver et Civil War en tête, le premier Gardiens de la Galaxie avait été l’un des rares films de cet énorme univers à proposer quelque chose d’un tant soit peu différent. Un monde kirbyesque au possible (et dont le prochain Thor : Ragnarok semble s’inspirer), bardé de personnages absurdes, mélangé à ce qu’il faut de pop culture, pour une aventure qui nous avait cloué à notre fauteuil, rappelant même à certain l’esprit des premiers Star Wars. Autant vous dire que la barre était bien haute pour cette suite. Tellement haute que ce Volume 2 ne pense pas une seconde à passer au-dessus, et trace même gentiment bien en-dessous…

Centré autour du personnage de Peter Quill (Chris Pratt) et du mystère de son père, le film avait pourtant une storyline efficace et toute tracée, déjà annoncée dans le premier volet, et qui aurait dû être le pivot de cette trilogie, comme avait pu l’être avec les mêmes enjeux L’Empire contre-attaque en son temps. Trop gourmand, le film ne s’en satisfait pas et, en plus de jouer sur cette corde sensible, s’en va courir plusieurs lièvres à fois, grandissant les rangs de ses fameux Gardiens (Yondu, Nebula et Mantis arrivent dans la bande), s’efforçant de leur donner une épaisseur souvent superflue, tout en élargissant son univers de manière chaotique.

guardians-of-the-galaxy-2-5k-to

Cette envie louable de donner à tous ces protagonistes des raisons d’être, et à tous les événements des explications, fait rentrer ce Gardiens de la Galaxie 2 dans un moule conformiste qui prend les spectateurs pour plus bêtes qu’ils ne sont. Là où dans le premier film, une simple musique valait toutes les scènes d’exposition, et où certains ressorts émotionnels et narratifs étaient bien mieux suggérés, ici chaque personnage a le droit à un arc narratif bien à lui, et aux personnages secondaires qui vont avec, au détriment de la cohérence, du rythme et de l’intérêt de l’histoire principale. L’ensemble finit ainsi bancal, boursouflé et même embarrassant dans plusieurs scènes, tire-larmes à outrance, quand le spectateur n’en a déjà plus rien à faire. Les Gardiens de la Galaxie 2 veut nous expliquer tout, et nous en montrer trop pour que l’on puisse s’impliquer un tant soit peu dans ce barnum de sensations sous vide et d’émotions poussives.

Guardians Of The Galaxy Vol. 2..Drax (Dave Bautista)..Ph: Film Frame..©Marvel Studios 2017

À la limite, on pourrait se dire que quitte à ne pas en prendre plein les cœurs, on en prendra plein les yeux… Mais même sur ce point, le constat est bien mitigé. L’univers spatial qui rend la franchise des Gardiens si différente du reste de l’univers Marvel prend ici une nouvelle dimension, et il faut avouer que certaines idées visuelles taquinent la rétine. Le souci est là encore dans l’outrance, et le meilleur côtoie le pire, quand la direction artistique soignée se retrouve bien souvent noyée la scène d’après par un raz-de-marée de CGI et de fonds verts à la limite de l’indigence.

Bien décidé à faire de ce second opus une grande fête nawak, James Gunn (qui se targue d’avoir eu une entière liberté sur le projet) continue de reprendre les ingrédients qui ont bien fonctionné la première fois, pop culture et clins d’œil appuyés en pagaille. Si elle est moins entrainante et variée que celle de 2014, la B.O. fait le boulot, et les plus observateurs se seront vus arracher un sourire devant quelques cameos inattendus et plutôt cools. Ayant fait exploser tous les petits cœurs de ce bas monde il y a trois ans, Baby Groot est l’une des rares satisfactions, et cela dès un générique de début malin et plutôt génial. Outre ce départ en fanfare, il fera sourire dans 3-4 moments au milieu de l’ennui (et qui n’ont pas été spoilés dans les bandes-annonces), sans parvenir à sauver les meubles.

guardiansofthegalaxy2-babygroot-detonator1

James Gunn aura loupé l’exercice de la suite, et en voulant trop en faire, créé un film bancal, difforme et indigeste. La recette surprise du 1er film se retrouve ici confinée dans un cadre de blockbuster normalisé qui dénature tout, et envoie ce Gardiens de la Galaxie Vol. 2 loin de son ADN, et de ce qui avait si bien fonctionné auparavant. Grosse tristesse.

guardians-of-the-galaxy-2-imax-posterLes Gardiens de la Galaxie Vol. 2

De James Gunn

Avec Chris Pratt, Zoé Saldana, Dave Bautista, Michael Rooker, Bradley Cooper, Vin Diesel, Karen Gillan, Pom Klementieff, Kurt Russell, Elizabeth Debicki, Sylvester Stallone…

Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 poursuit les aventures de l’équipe alors qu’ils traversent les confins du cosmos. Les Gardiens doivent se battre pour que leur nouvelle famille reste ensemble tandis qu’ils cherchent à percer le mystère de la véritable filiation de Star-Lord. De vieux ennemis deviennent de nouveaux alliés et des personnages appréciés des fans, issus des comics, viennent en aide à nos héros alors que l’univers cinématographique Marvel continue de se développer.

 

Partager