#Critique Meminisse (T.1 & 2)

#Critique Meminisse (T.1 & 2)

Note de l'auteur

Meminisse, du latin « se souvenir » est le nouveau shōnen de l’éditeur Doki-Doki et nous plonge dans un univers fantastique avec tout plein de gens qui ont des pouvoirs et qui s’affrontent… On connaît la chanson… Sur le principe, rien de bien nouveau sous le soleil mais le titre de Makoto Shiozuka parvient malgré tout à s’en sortir honorablement. Les personnages sont, certes, un peu clichés mais attachants et le récit parvient à nous surprendre. Le seul petit problème, c’est que la série ne compte que deux petits tomes qui auraient dû, a priori, faire office d’introduction à une histoire plus vaste. Du coup, on reste tout de même sur notre faim. C’est un peu con… !

 

Rai Kurusu est un lycéen lambda qui un jour, rencontre Sai, une jeune fille capable de manipuler les souvenirs. Il se retrouve embarqué malgré lui dans une guerre contre les Spéciaux, des individus dotés de pouvoirs divers et variés. Il va découvrir par la même occasion que lui aussi possède des capacités spéciales puisqu’il peut désintégrer la matière. Un point de départ on ne peut plus classique pour un shōnen sympathique. Mais une fois encore, tous les clichés et archétypes sont de la partie : un héros orphelin qui ignore tout de sa nature, une sidekick aussi sexy que kawaii qui va le guider, une organisation ultra-secrète et des êtres surnaturels qui n’emploient pas toujours leurs facultés à bon escient. Depuis maintenant quelques années, le shōnen est passé en mode photocopieuse, reprenant encore et toujours les mêmes ingrédients en y ajoutant quelques maigres variations. Pour départager les vagues successives de titres se ressemblant, il faut savoir faire preuve de motivation et de persévérance. Heureusement, Meminisse parvient à tirer son épingle du jeu grâce à des personnages bien définis et un rythme assez maîtrisé. Le binôme Rai/Sai fonctionne, trouvant un équilibre précaire entre humour et émotion. Face à eux, se dresse un autre binôme d’adversaires d’envergure.

 

Oui mais, car il y a bien un mais, comme je vous le disais en introduction, le titre ne comprenant que deux tomes seulement, on aura malheureusement pas beaucoup l’occasion de les voir à l’œuvre. En effet, le manga ne va pas au-delà de son introduction, laissant une fin totalement ouverte à ses lecteurs. On se doute que l’auteur avait certainement d’autres projets pour son titre comme il le laisse entendre dans une petite note en fin de tome 2. Concernant l’arrêt assez brutal de la série, nous n’en saurons pas plus… Il faut donc se contenter de cette introduction qui bien qu’intéressante, ne se suffit pas complètement à elle-même. C’est dommage, d’autant que Makoto Shiozuka montre un certain savoir-faire d’un point de vue graphique. Son trait fin trouve sa plénitude dans les scènes de combats mettant en avant des pouvoirs assez impressionnants à défaut d’être originaux. Le rendu général, agréable à l’œil, rend la lecture facile et on aurait bien aimé en voir plus. Il faudra se contenter de ça… Au final, Meminisse ne partait pas gagnant avec ses éléments vus maintes et maintes fois, mais il réussit plus ou moins bien à éviter les pièges. Reste les prémisses d’un récit qui n’aura pas eu le temps de se développer. Sympa mais frustrant… !

 

Meminisse (T.1 & 2)
De Makoto Shiozuka
Édité par Doki-Doki

Partager