• Home »
  • BD - COMICS »
  • #Critique Mémoires d’un paysan bas-breton (T.2 Le Soldat) de Babonneau, Betbeder et Gonzalbo
#Critique Mémoires d’un paysan bas-breton (T.2 Le Soldat) de Babonneau, Betbeder et Gonzalbo

#Critique Mémoires d’un paysan bas-breton (T.2 Le Soldat) de Babonneau, Betbeder et Gonzalbo

Note de l'auteur

Sortir de sa condition. Tel est le mantra de Jean-Marie, Bas-Breton de son état, qui va s’engager dans l’armée coûte que coûte afin de voir du pays. Sac à dos et chassepot en bandoulière, le jeune garçon va devenir un homme. Avant de revenir chez lui pour conter son aventure.

 

L’histoire : Simple vacher, Jean-Marie veut s’ouvrir l’horizon. Il a soif de connaissance, d’ouverture d’esprit et de géographie. Le moyen ? S’engager dans l’armée malgré sa petite taille et son très jeune âge. Campagnes de Russie, d’Italie et d’Algérie, son monde va considérablement s’agrandir. Son univers intellectuel itou. Il va cesser de baragouiner le breton pour s’en remettre tout seul ou presque au français afin de coucher ses souvenirs sur du papier.

Mon avis : Autant le premier tome, Le Mendiant, ne m’avait pas spécialement séduit ou à tout le moins m’avait ennuyé par instant, autant ce deuxième acte est beaucoup plus rythmé. On n’y trouve aucune longueur, cela s’enchaîne parfaitement. Il y a aussi des allers-retours entre présent et passé qui mettent à l’abri ce récit de toute monotonie.

Pour aller au fond, Jean-Marie est le témoin idéal de celui qui force son destin. Celui qui préfère agir au péril de sa vie plutôt que de réagir ou d’attendre. On lui promet l’ignorance et une place bien définie dans la société du XIXe siècle, il joue au chamboule-tout, s’instruit, prend les armes et force son sort. Une belle leçon de vie.

On constate aussi que la vie qu’il s’est forgé, ne plaît pas à ceux qui ont assumé jusqu’au bout leur rang. Humbles parmi les humbles, ses voisins le conchient et l’embêtent au possible quand il revient parmi eux. Tout simplement parce que c’est celui qui a osé quand tant se sont inclinés.

En accompagnement : Une bonne dose de Chouchen.

Si vous aimez : Sartre et notamment l’une de ses citations : « L’important n’est pas ce qu’on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-même de ce qu’on a fait de nous. »

Autour de la BD : C’est le deuxième volet de l’autobiographie de Jean-Marie Déguignet, vendue à près de 400 000 exemplaires. Avec aux commandes, les mêmes Stéphane Betbeder (notre photo), au cv de scénariste long comme le bras, et Christophe Babonneau, très apprécié au dessin notamment sur Les Contes du Korrigan ou Les Contes de Brocéliande.

Extraits : « Ben, François-Marie, qu’est-ce que tu fous au centre de recrutement ? »

« J’ai un souffle au cœur. Ils veulent pas de moi. »

« J’ai plus qu’à retourner sur les routes à mendier. »

« Attends-moi dehors. S’ils m’acceptent, y’a une place de vacher qui se libère à Kermahonnec, chez le monsieur de la ville. »

« Ils te prendront jamais, t’es trop minuscule. »

« Hé François-Marie, je suis apte, tu entends ? Ils m’ont même dit que je ferai un très bon « minuscule » soldat. »

Écrit par Stéphane Betbeder
Dessiné par Christophe Babonneau
Édité par Soleil

Partager