• Home »
  • BD - COMICS »
  • #Critique Michel-Ange (T1. Le banquet des damnés) de Didier Convard, Eric Adam et Thibaud de Rochebrune
#Critique Michel-Ange (T1. Le banquet des damnés) de Didier Convard, Eric Adam et Thibaud de Rochebrune

#Critique Michel-Ange (T1. Le banquet des damnés) de Didier Convard, Eric Adam et Thibaud de Rochebrune

Note de l'auteur

Un thriller démoniaque en pleine Renaissance italienne, voici la trame de la nouvelle enquête du prévôt Vittore. En 1508, on a tendance à raccourcir pas mal les cols et les bras. Sauf que ce ne sont pas les autorités qui sont à la manœuvre. Michel-Ange, Saint-Jean-Baptiste et le pape Jules II sont convoqués, dans une énigme à en perdre son latin.

9782723499750-P-1GL’histoire : à Milan, un mystérieux bourreau se met à collectionner des têtes qui ne lui appartiennent pas, décollées par une terrifiante hache. Caché derrière des bandages, ce géant laisse un curieux message pour signer son crime « Venit iustitiae sol ». Le prévot Vittore et son adjoint Menanzzo vont mettre toute leur énergie et leurs connaissances balbutiantes en matière de police scientifique pour tenter de comprendre. Au risque d’y laisser leur vie. Idem pour Michel-Ange, qui quitte en « loucedé » son taf à la chapelle Sixtine pour aller retrouver une mystérieuse naïade.

Mon avis : vous avez demandé de l’ésotérisme ? En voilà un stère. Avec Convard, de toute façon, on n’est jamais déçu. On fait des bonds en arrière pour se rappeler ou pour apprendre le supplice de Jean le baptiste dont la tête fut offerte sur un plateau à Salomé, princesse juive aussi sensuelle que peste. On s’étonne aussi du rôle joué par certains prélats de la curie romaine. On se perd souvent, on relit, on s’accroche, car on n’arrive pas à décrocher réellement. C’est l’une des forces de ce type de BD. Ce n’est pas simple d’abord, mais comme c’est aussi énigmatique qu’intéressant, le résultat est à la hauteur. Un vrai petit rattrapage en histoire moderne et en ancienne.9782723499750-P-2G

On a hâte de lire le second volume de ce diptyque, car le premier se conclut sur une scène glaçante qui lance parfaitement la suite.

En accompagnement : une petite balade au Vatican pour admirer la Sixtine de ses propres yeux. Inoubliable.

Si vous aimez : c’est plutôt facile, mais ça colle avec la précédente enquête du prévot Vittore dans Vinci de Convard, déjà, et Gilles Chaillet.

Autour de la BD : inutile de parler de Convard, son œuvre parle pour lui. Il est rejoint au scénario par un Eric Adam, lu sur Hertz avec l’auteur du génial Triangle secret, également très prolifique. Au crayon, Thibaud de Rochebrune est bien au rendez-vous, lui qui est passé par le dessin animé et qui arbore un trait ultra-précis.

9782723499750-P-3GExtraits : « Ce bouffe-cul de Bramante m’a couillonné. Il a manipulé le pape pour le pousser à me commander la réalisation des fresques du plafond de la chapelle Sixtine. »

« Mais c’est une commande d’un immense prestige… »

« C’est un piège de courtisan. J’ai dû interrompre le mausolée que ce fichu Jules m’avait tout d’abord commandé, ça, c’était un vrai travail. De la sculpture ! »

« La peinture est bonne pour les femmes, les fainéants. Elle est moins virile et pure que la statuaire… Par sa séduction même, par sa magie illusoire, la peinture ne crée que des fantômes. »

Michel-Ange
Écrit par Didier Convard et Eric Adam
Dessiné par Thibaud de Rochebrune
Édité par Glénat

Partager